Tribune libre de J.-J. Blake :

Karine, Éricka et Macron


Publié / Actualisé
Si Ericka Bareigts assume pleinement son alliance opportuniste avec Nassimah Dindar, elle assume apparemment beaucoup moins son alliance avec une fraction de la République en Marche représentée localement par Karine Nabénésa. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Si Ericka Bareigts assume pleinement son alliance opportuniste avec Nassimah Dindar, elle assume apparemment beaucoup moins son alliance avec une fraction de la République en Marche représentée localement par Karine Nabénésa. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Cette dernière, qui fut la première dès 2016 à se rallier à Emmanuel Macron, bien avant Gilbert Annette, Gérald Maillot et Monique Orphée, est aujourd’hui très officiellement la référente du micro parti macronien, Territoires de Progrès, fondé par Jean Yves Le Drian et c’est bien à ce titre qu’elle figure en 3ème position sur la liste de Mme Bareigts car ce n’est pas son poids électoral modeste qui peut justifier une telle place. Effectivement, en 2017, Karine Nabénésa avait obtenu 3,40 % des voix sur la première circonscription face à…Ericka Bareigts facilement élue. Une Ericka qui avait clairement placée sa candidature sous le signe du ralliement à Emmanuel Macron puisqu’elle déclarait à la presse : "Je serai aux côtés de Macron, je serai avec lui pour défendre son programme". Mais en 2017 il n’y avait pas deux places pour deux candidates macronistes.

La macron-compatibilité de la maire de Saint-Denis est un secret de polichinelle.

Ericka pourrait en juin prochain apporter à Emmanuel Macron la seule région conquise par la République en Marche

 

   

1 Commentaire(s)

Mdr, Posté
Et quid des 136 voyages de l'autre ' Et on.n'a pas parles ses affaires judiciaires