Tribune libre :

Canton 18 : où sont passés les conseillers sortants ?


Publié / Actualisé
Alors que le premier tour des élections départementales approche à grands pas, nous ne cessons d'interroger les habitants sur le rôle et le travail d'un conseiller départemental, élu de proximité s'il en est. Le seul bilan qu'ils sont en mesure de tirer relève de la chronique judiciaire. La conseillère départementale sortante, Sandra Sinimalé, n'a en effet brillé sur son canton qu'à travers ses gardes à vue, mises en examen et condamnations. Quant à son binôme, Patrick Dorla, il semble porté disparu. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que le premier tour des élections départementales approche à grands pas, nous ne cessons d'interroger les habitants sur le rôle et le travail d'un conseiller départemental, élu de proximité s'il en est. Le seul bilan qu'ils sont en mesure de tirer relève de la chronique judiciaire. La conseillère départementale sortante, Sandra Sinimalé, n'a en effet brillé sur son canton qu'à travers ses gardes à vue, mises en examen et condamnations. Quant à son binôme, Patrick Dorla, il semble porté disparu. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est dire si les besoins des habitants restent criants après un mandat inexistant, un mandat pour rien. Aucun des défis n’a été relevé. Aucun des manques n’a été comblé. Dans les zones urbaines comme Plateau-Caillou, la petite enfance a stagné, l’insertion des jeunes ou des personnes porteuses de handicap n’a pas progressé. Partout, la sécurisation des routes et des radiers en particulier reste largement déficiente. Dans les hauts qui constituent l’essentiel de ce canton, les agriculteurs restent dans l’attente d’un réel soutien de la collectivité pour sécuriser leur accès à l’eau et pour entretenir leurs chemins d’exploitation.

Alors que ces deux élus avaient le soutien entier de la majorité municipale jusqu’en 2020 et qu’ils auraient pu mutualiser les moyens et convaincre les deux collectivités, rien n’a été entrepris sur ce canton. Tous les dossiers qui avaient été portés sous la mandature précédente, jusqu’en 2015, sont restés en l’état.

Même la série d’incendies tragiques que nous avons vécus au Maïdo n’a pas mobilisé les énergies pour donner enfin aux pompiers du Bernica des conditions de travail dignes. La caserne des hauts de Saint-Paul, en 2021, reste faite de bric et de broc, d’algécos et de locaux défraîchis.

C’est un exemple parmi d’autres du laisser-aller qui s’est installé ces six dernières années. Place désormais à des élus déterminés à servir véritablement et au quotidien la population du canton 18. Nous avons déjà communiqué quelques unes de nos propositions aux électeurs du canton. Nous développerons dès la semaine prochaine des engagements clairs et précis pour les habitants et pour tous ceux qui attendent une politique sociale et solidaire au Conseil Départemental.

Pascaline Chéreau-Némazine et Jean-Noël Jean-Baptiste, avec Bernadette Mouniama Cuvelier et Dominique Hoarau, candidats de la majorité municipale de Saint-Paul, soutenus par Huguette Bello

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !