Tribune libre de Jean Claude Comorassamy :

Création d'une maison "d'autonomie" pour les plus fragiles


Publié / Actualisé
La crise sanitaire que nous avons vécu, que nous vivons encore n'a fait qu'accentuer les inégalités sociales et la mise en lumière, la situation difficile des plus fragiles, les personnes dépendantes dites " le cinquième risque " et des personnes en situation d'handicap. Élections achevées, face à cet éclairage, la réflexion désormais doit être nourrie pour qu'émergent des actions plus adaptées aux besoins de ces personnes handicapées mais aussi aux personnes en perte d'autonomie de plus en plus nombreuses sur le département.
La crise sanitaire que nous avons vécu, que nous vivons encore n'a fait qu'accentuer les inégalités sociales et la mise en lumière, la situation difficile des plus fragiles, les personnes dépendantes dites " le cinquième risque " et des personnes en situation d'handicap. Élections achevées, face à cet éclairage, la réflexion désormais doit être nourrie pour qu'émergent des actions plus adaptées aux besoins de ces personnes handicapées mais aussi aux personnes en perte d'autonomie de plus en plus nombreuses sur le département.

En effet, la proximité des logiques d’interventions  des deux champs, personnes âgées dépendantes et personnes en situation de handicap doivent nous pousser à réfléchir au rapprochement d’une nouvelle organisation encore plus efficace pour ces deux publics, enrichi par des antennes décentralisées au plus près de la population. Il s’agit d’une démarche innovante de coordination dont la réussite repose sur une participation pluri-partenariale, État, collectivités, ARS, CCAS, CIAS, intercommunalité mais aussi tous les acteurs associatifs et privés concernés par ces problématiques.

- Convergence des politiques Personnes âgées/Personnes Handicapées -

Il serait donc urgent que nos élus départementaux s’engagent à une réflexion globale dans le schéma unique d’autonomie, ce chantier qui regrouperait ainsi, les services de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et les services du conseil départemental. Ceci, dans le cadre de la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement de sa population.

D’ailleurs, comme l’ensemble des départements français, la Réunion est confrontée également au vieillissement de sa population et au défi de l’autonomie. Malgré que notre conseil départemental et l’État jouent déjà un rôle central en tant qu’institution pivot des solidarités humaines et territoriales. Dont ils ont mis en place durant ces dernières années de nombreux dispositifs innovants en faveur des personnes âgées et handicapées.

Cependant, le rapprochement en une seule entité (plusieurs MDA existantes déjà dans l’hexagone), les services du conseil départemental avec celle de la Maison Départementale des Personnes Handicapées devrait permettre cette convergence de politique.

Dont l’objectif final est de mieux structurer l’accueil des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, d’améliorer l’efficacité des processus d’instruction, d’évaluation et d’orientation des demandes dans cet espace unique, et avec des antennes décentralisées, être au plus près et de mieux répondre aux besoins de ces publics.

Il s’agit là, de promouvoir une véritable politique globale incluant le besoin de formation et de personnel formé, d’amélioration d’habitat….pour mieux lutter contre l’exclusion et d’avoir surtout un regard nouveau sur le grand âge. Les maîtres mots doivent être inclusion, autonomie, solidarité et proximité. Bref tout reste à inventer et à construire dans le cadre de la bientraitance et de la bienveillance.

 

   

4 Commentaire(s)

Maximin, Posté
Le nouveau président du conseil départemental Melchior doit recevoir ce monsieur pour discuter de cette" maison départementales d'autonomie pour les plus fragiles". Il y a des bonnes idées chez cette personnalité civile, il faut l'exploiter.
Un vié banian, Posté
Decentralisons au plus près de la population. Nos aînés doivent être écoutés et aidés. Beaucoup non plus de dépendance et une retraite de misère de 350 euros. Avec la crise sanitaire, ils se sont renfermés , certains aucun contact avec l'extérieur. Doit-on fermer les yeux lorsque les élections terminées ' L'article pointe surtout les manques et besoins. Abandonne pa lo ban' gramoune dan' la misère, rouve zot zié ....
NADIA, Posté
Qu'en pense M. CENTON Aurélien lui qui défend les plus démunis à la Réunion ' Je trouve de l'idée est bonne de regrouper en une seule structure la MDPH et les personnes âgées en manque d'autonomie. Lors des demandes d'aides ou d'infos, on est orienté de tous les côtés parfois il y a des doublons....Un lieu unique me semble plus approprié. Une Maison Départementale d'autonomie (MDA) SERAIT la bienvenue à condition que des points relais sont étudiés dans les divers arrondissements . Je trouve vraiment l'idée pertinente. Le nouveau conseil départemental doit s'approprier ce concept qui peut Être bénéfique aux ayants droits. Bon dossier pour M. CENTON.
Daniel , Posté
Merci pour nos gramounes. Le sujet mérite une attention particulière. Il faut en faire une priorité .....