Tribune libre de Nadia Ramassamy :

Projet de loi " passe sanitaire "


Publié / Actualisé
Dès demain, le projet de loi présenté hier en Conseil des ministres arrivera sur les bancs de l'Assemblée nationale où il sera débattu. Etant moi-même médecin et vaccinée, je connais l'importance de la vaccination. Elle permet de se protéger soi-même contre les formes graves, de réduire la propagation du virus et de protéger les autres : personnes âgées, personnes immunodéprimées, personnes pour qui la vaccination est contre-indiquée. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dès demain, le projet de loi présenté hier en Conseil des ministres arrivera sur les bancs de l'Assemblée nationale où il sera débattu. Etant moi-même médecin et vaccinée, je connais l'importance de la vaccination. Elle permet de se protéger soi-même contre les formes graves, de réduire la propagation du virus et de protéger les autres : personnes âgées, personnes immunodéprimées, personnes pour qui la vaccination est contre-indiquée. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est encore plus vrai dans les lieux publics clos : centres commerciaux, mais aussi intérieurs des restaurants, des cafés, des bars, où les gens ôtent leurs masques une fois assis. Cependant, si je soutiens l’objectif final du projet de loi, je ne peux approuver les moyens employés : le gouvernement préfère en effet utiliser des méthodes coercitives plutôt que des méthodes incitatives, posant ainsi la question d’une atteinte aux libertés. En particulier, je m’oppose fermement à la menace d’une suspension du versement du salaire, qu’il s’agisse des soignants qui depuis plus d’un an se sont battus contre l’épidémie, ou d’autres salariés. Une telle approche n’est pas digne de la République.

Je ne peux donc pas approuver ce projet de loi tel qu’il est rédigé aujourd’hui. Néanmoins, les discussions sur les bancs de l’Assemblée seront l’occasion de revenir sur les procédés employés par le gouvernement afin d’en faire un texte en accord avec nos libertés
fondamentales. 

   

1 Commentaire(s)

Marc, Posté
Nos libertés Fondamentales...Je n'ai aucune solution à vous proposer pour le coté fondamental. En effet, il y a bien longtemps que les bases meme de notre démocratie ont ete sapées. Alors il reste nos libertés.Il est incontestable que cela represente une atteinte à la liberté individuelle. Mais le Collectif ' Nous sommes tous une partie de l'edifice. Refuser de s'y integrer met en peril l'equilibre de l'ensemble. Alors quand je mets en paralelle le refus d'etre malade ou meme de mourir et dans un meme temps l'energie depensée pour rejeter le seul traitement efficace pour se proteger. J'avoue que je suis perdu. Que souhaite la population 'Chacun apporte son argument pour lutter contre le port du masque, le couvre feu, le confinement, les jauges et tant d'autres mesures qui ne visent qu'à seul Objectif proteger la population parfois d'elle meme. Alors aujourd'hui quand on avance l'idée d'une obligation vaccinale, les arguments sont bien legers pour pouvoir la refuser face à la responsabilité que chacun a dans la propagation du virus ou de sa limitation.Les arguments sont de plus en plus fallacieux. Mais je propose le mien à present.Chacun est libre de choisir. Ceux qui ne veulent pas se faire vacciner doivent pouvoir laisser s'exprimer leur choix. Mais ils doivent dans le meme temps assumer leur responsabilité pour eux et leurs proches. Ainsi je leur demande de rejeter les soins susceptibles de leur etre prodiguer si ils venaient à contracter une forme grave du virus. Mais le pire peut encore evoluer... En effet, dans une civilisation de plus en plus favorable à une justice, qu'est ce qui pourrait empecher un individu de porter plainte dans son voisin son oncle sa tante ou n'importe qui d'autre pour homicide involontaire dans le cas d'une contagion suite à un refus de vaccination '