Tribune libre du collectif Liberté :

Une réaction disproportionnée de l'État qui bascule dans la violence


Publié / Actualisé
L'Union des collectifs réaffirme toutes les raisons pour lesquelles des manifestations d'ampleur ont lieu depuis plus d'un mois : l'instauration du pass dit "sanitaire" qui enfreint le secret médical, l'absence de réelle volonté de proposer des traitements curatifs et préventifs alternatifs et/ou naturels et traditionnels à la vaccination, la protection des marmailles qui n'ont pas besoin d'être vaccinés puisque la balance bénéfice-risques pour leur tranche d'âge est largement en défaveur de la vaccination, privation progressive des libertés
L'Union des collectifs réaffirme toutes les raisons pour lesquelles des manifestations d'ampleur ont lieu depuis plus d'un mois : l'instauration du pass dit "sanitaire" qui enfreint le secret médical, l'absence de réelle volonté de proposer des traitements curatifs et préventifs alternatifs et/ou naturels et traditionnels à la vaccination, la protection des marmailles qui n'ont pas besoin d'être vaccinés puisque la balance bénéfice-risques pour leur tranche d'âge est largement en défaveur de la vaccination, privation progressive des libertés

Malgré les manifestations tous les samedis de milliers de personnes depuis plus d’un mois, les annonces du gouvernement maintiennent le cap des restrictions de plus en plus liberticides. Et le préfet et les autorités font la sourde oreille.

Ce samedi 14 août, une fois de plus, des milliers de personnes étaient rassemblées, une grande partie des collectifs mobilisés depuis le début de la crise covid étaient là !

En effet l'’appel avait été lancé pour rassembler les réunionnais autour d’un KABAR LA LIBERTÉ à Saint Denis. L’ambiance y était bon enfant, festive, joyeuse, sportive, créative...

A cette occasion, l’union des collectifs a décidé de créer une zone libre, qui veillerait devant la préfecture 24h/24, jusqu'à 'obtenir une réponse du préfet aux questions qui lui ont été plusieurs fois posées. Nous n'en pouvons plus de tourner en rond dans toutes les villes de l’île à la recherche d'une oreille, c'est pourquoi aujourd'hui nous avions décidé de nous faire entendre autrement. Ne plus être simplement présents en manif, mais faire corps et montrer qu'un autre monde est possible !

Cette zone libre a accueilli pendant quelques heures nos cris du cœur, nos rires et nos danses. Au son du maloya, un stand de vaccination contre les mensonges s'est installé, en plus d'une cuisine, d'un espace marmay, de plusieurs stands de faiseurs de changement, un terrain de sport... Des militants kréolèr (anti-coloniaslistes) ont recouvert symboliquement la tête de Mahé de La Bourdonnais, dans un désir déterminé de réparation et d'émancipation.

Vers 19h, alors que la zone libre était installée pacifiquement, les forces de l'ordre ont commencé à encercler la zone. A ce moment là, les familles avec enfants se sont senties menacées par les mouvements d’encerclement des forces de l’ordre et ont donc dû se retirer par prudence. Les autres personnes sont restées dans la zone libre, assises, ensembles, pacifiques ; malgré cela, les forces de l'ordre ont réprimé ce mouvement avec violence en faisant usage de la force, des gaz lacrymogènes et de leurs matraques.

Cette réaction disproportionnée de l’État est inquiétante. A travers les réseaux sociaux, toute La Réunion a pu voir les images de ces hommes et femmes subissant une répression policière ; ces images choquantes altèrent encore plus la confiance entre les citoyens et les forces de l’ordre.

Nous dénonçons également le silence assourdissant du Préfet quant à cet épisode néfaste qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Nous dénonçons l'irrespect des traditions et de la kiltir réyonèz, à travers l'attaque de ce kabar ! Gro zozo na lo draw fé sak zot i vé, aswar dann kabar la liberté banna la gaz nout zié, deux poids deux mesures i pass pa ! De plus la police a volé les instruments des musiciens ainsi que beaucoup d'affaires laissées sur place lors de la charge . Nous réclamons la restitutions de tous nos effets !

Autrefois applaudis, ces soignants, médecins, pompiers sont désormais privés de leurs libertés fondamentales ... Ils sont terrorisés pour leur avenir (menaces de licenciement) et subissent une pression terrible depuis plusieurs mois.

Par ce mode opératoire l’Etat tente de réprimer un mouvement pacifique. Ces dernières semaines sont marquées par des procédures judiciaires disproportionnées contre des lanceurs d'alertes ! Nous sommes rentrés dans une grave crise politique qui ne va pas se résoudre d’elle-même. Les principes démocratiques tels que la liberté de circuler, de manifester, de critiquer l’État ou le gouvernement sont devenus des menaces pour la classe dirigeante, et elle se sert de l'autoritarisme pour maintenir l’ordre social.

Ils s'enfoncent dans leur folie chaque jour de plus en plus, multipliant les mensonges et manipulant l'opinion. Le gouvernement prétend combattre la maladie, mais a installé un système dans son sens, il s'en sert pour écraser la résistance, pour détruire les acquis sociaux, ils appliquent leur politique de la peur afin d'amener la population à accepter l'impensable tout en se targuant d'agir en respectant la démocratie.

Pourquoi l’État envoie-t-il des policiers en nombre sur l'île pour une crise sanitaire ? Ils suppriment des lits d''hopitaux, mais le budget de l’État qui manque pour la santé et l'éducation est toujours disponible pour la répression ! Ils payent des contrôleurs de pass et n'ont pas d'argent pour nous !

Nous nous demandons vraiment si les gens qui nous regardent depuis leurs balcons ou derrière leurs postes de Télé sont conscients que le peuple qui se soulève aujourd'hui le fait pour leurs Futurs ?

Si nous laissons aujourd'hui un Gouvernement nous contraindre par la force et nous menacer alors nous avons perdu. Nous avons tous perdus. Il n'y aura pas de lendemain.

Allons nous organiser dans un mouvement de réparation, de souveraineté, politique et alimentaire. Par nous même, pour nous-même, récupération de la terre, relocalisation de la production, autonomie, autogestion... Ça va nous demander du temps, de l'engagement, beaucoup plus que les manifs : construire une société organisée, un monde où on n'a plus besoin d'eux, il va falloir convaincre des millions de gens !

Nos demandes sont claires :

- Retrait du passe-sanitaire
- Fin de l’état d’urgence.
- Véritable plan de redressement du système de santé, plus de moyens humains et matériels pour l’hôpital (taxe exceptionnelle sur les bénéfices des milliardaires francais qui se sont fortement enrichis pendant la crise pendant que la population s'appauvrissait)
- Étude de l'impact de la vaccination
- Étude sur les traitements préventifs et curatifs précoces.
- Levée des brevets sur les vaccins, et nationalisation du pharmaceutique, reconnaissance et utilisation de la pharmacopée traditionnelle, des tisaneurs, des médecines ancestrales.
- Abandon des réformes retraite et et l'assurance chômage.
- Retrait des lois sécurité globale, séparatisme et surveillance
- Mise en application des 149 propositions de la convention citoyenne sur le Climat afin d'éviter les prochaines pandémies et assurer un avenir plus soutenable aux générations futures et actuelles

Signataires :

Colcovmed
Voix Libre
V pour Vérité
Parents 974 Mobilisation
Reunion Air Liberté
Peuple Libre 974
QG Zazalé
Konsyans Réyoné
Comité d'Action pour l'Autosuffisance Alimentaire Durable (C3AD)
Komité Rényoné Panafrikin (KRP)

   

1 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
S'il faut demander aussi des comptes au préfet qui, au fait n'est qu'un fonctionnaire recevant et appliquant principalement des ordres, faut-il pour autant- oublier les politiques, à qui nous avons donné délégations pour nous représenter et nous défendre' Nous trinquons d'avantage depuis le 25/72021 par le vote de 156 parlementaires sur 925 députés et sénateurs confondus.-De même, où sont les principaux dirigeants syndicaux' Manqueraient-ils de journée liberté syndicale pour s'apercevoir que : la liberté du travailleur est assassinée' En effet, perdre son emploi par refus de se faire vacciner, de plus par un produit encore au stade expérimental, ne serait pas plus grave que de toucher à l'index de correction; de s'opposer à ,l'énième réforme de l'E.N...' Votre silence assourdissant en la circonstance est autant incompréhensible qu'Intolérable' (Difficile de supposer que ce petit monde a été espionné et que désormais il n'a plus les mains libres, d'où justification de l'attentisme en cours)Pour nos enfants, veut-on un monde que de soumission' Cochon vole, faudra dire oui sans chercher à comprendre ' D'autant si le non spécialiste se réfère aux publications scientifiques d'avant 2020, il lui sera difficile d'y trouver des points de convergence, entre publications antérieures et mesures imposées actuellement. Dans ce contexte, les médecins opposés à la politique sanitaire actuelle, pour l'essentiel n'y trouvent pas là aussi de point de convergence'Déjà au moins 8000 personnes parsemées dans les rues du département, (limitation tactique de déplacement à 10 km, oblige), pour dire NON à la mascarade imposée, qu'attende les autorités pour organiser le débat contradictoire demandé depuis le début par les personnalités scientifiques de renom sur les tenants et aboutissants des politiques sanitaires en contradiction' Après 17 mois de promesse et d'insuccès, il serait grand temps d'envisager autre chose