Tribune libre de Jean-Charles Nagou :

Pass sanitaire : une contrainte supplémentaire pour les artisans réunionnais


Publié / Actualisé
Jean-Charles Nagou et ses colistiers, candidats aux élections de la Chambre des Métiers et l'artisanat (CMA) d'octobre prochain avec la liste "La Réunion des Artisans", souhaitent évoquer les conséquences du pass sanitaire pour les artisans réunionnais dans la tribune ci-dessous. (Photo d'illustration DR)
Jean-Charles Nagou et ses colistiers, candidats aux élections de la Chambre des Métiers et l'artisanat (CMA) d'octobre prochain avec la liste "La Réunion des Artisans", souhaitent évoquer les conséquences du pass sanitaire pour les artisans réunionnais dans la tribune ci-dessous. (Photo d'illustration DR)

" Par une loi du 9 août dernier, le pass sanitaire est mis en oeuvre de manière effective pour inciter l’ensemble des Réunionnais à aller se faire vacciner. Objectif : alléger la pression sanitaire qui s’exerce depuis plusieurs semaines dans notre île, avec obligation du port du masque et tests PCR récent pour voyager ou accéder à certains lieux. Les chiffres réunionnais du COVID 19 ne sont pas bons et le nombre de vaccinés est encore trop faible - bien qu'en augmentation.

Face à cette loi pleine de bonnes intentions, force est de constater que, comme en Hexagone, La Réunion elle aussi se divise entre les pro et anti vaccination, résultat vraisemblablement de la brutalité avec laquelle cette mesure a été promulguée par le Gouvernement.

Au-delà de ces débats de fond qui traversent la société réunionnaise sur la vaccination, les artisans réunionnais semblent presque être les grands oubliés. Le manque d'accompagnement et d’aides adaptés à leur situation économique actuelle est une réalité sur laquelle nous voulons attirer l’attention avec cette tribune.

Rappelons que la majorité des restaurateurs et des petites entreprises artisanales souffrent quotidiennement de l’accumulation de restrictions sanitaires et administratives qui compliquent leur vie de chef d’entreprise. Parmi ces restrictions, citons : le confinement dans une zone de 10 km qui empêche les déplacements de consommateurs, le couvre-feu à 19h00 qui est limitant et, bien sûr, le contrôle obligatoire du pass sanitaire à l’entrée des restaurants qui rajoute une contrainte supplémentaire, chaque jour, pour nos artisans.  

A ces restrictions s’ajoute un contexte économique mondial particulièrement défavorable, qui impacte notre économie locale et nos artisans dans leur approvisionnement en matières premières : le renchérissement du coût du fret depuis plus d’un an et demi, les délais de livraison des matières premières qui s’allongent, le manque de disponibilité de certaines matières premières du fait de la reprise de l’activité économique dans des pays clés pour l’économie mondiale comme la Chine, la hausse mondiale des prix du pétrole,…

Le moral des artisans réunionnais est en berne. Nous le constatons chaque jour dans nos échanges avec nos consoeurs et nos confrères. Avec une trésorerie en difficulté et la perspective de jours meilleurs qui semble s’éloigner, nombreux sont celles et ceux qui ont temporairement cessé leur métier d’artisans - leur passion, pour se lancer dans une nouvelle activité professionnelle pour subvenir à leurs besoins. D’autres, moins chanceux, ont carrément mis la clé sous la porte.  

Mais pourquoi ces chefs d’entreprises ne sont-ils pas mieux suivis et accompagnés ? Malgré leurs prises de position et leurs déclarations, les instances consulaires, et au premier rang la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de La Réunion, brillent par leur absence sur le terrain.  

Les artisans sont unanimes sur l'absence de l’actuelle Chambre des métiers. Elle manque de  

    proximité et d’accompagnement pour appliquer les mesures demandées par l’Etat et mettre en oeuvre les aides accordées aux artisans
    proactivité pour proposer à l’Etat des aides innovantes pour nos artisans, adaptées aux spécificités du contexte réunionnais
    bienveillance car, aujourd’hui plus que jamais, les artisans ont besoin d’un fort soutien moral de la CMA qui doit être leur premier partenaire dans ces temps difficiles

Face à ces manquements de la Chambre des métiers et de l’Artisanat de La Réunion, nous appelons la Préfecture et la Région - de par sa forte compétence sur les questions économiques - à nous recevoir dans les prochains jours pour mieux appréhender la réalité des artisans réunionnais et les attentes du terrain afin de proposer des solutions pérennes et rapides pour l’ensemble de nos artisans en difficulté. "

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !