Tribune libre de Mickaël Crochet :

Parc du Volcan : un péi captif, asé gaspiy nout péi !


Publié / Actualisé
"...Le projet du Parc initie une perméabilité des paysages et une sensibilisation aux enjeux naturels... avec une stratégie globale d'aménagements et d'organisations des flux et des temporalités... il permet de plus de valoriser la reconstitution du milieu végétal... " ! (Photo Baseland)
"...Le projet du Parc initie une perméabilité des paysages et une sensibilisation aux enjeux naturels... avec une stratégie globale d'aménagements et d'organisations des flux et des temporalités... il permet de plus de valoriser la reconstitution du milieu végétal... " ! (Photo Baseland)

Avec ce jargon technocratique, une agence française – sans doute parce que l’intelligence réunionnaise ça n’existe pas – nous propose un programme de destruction subtile d’une partie du terroir cafriplainois (autour du Bourg Murat) qui comporte notamment : la " neutralisation " de 45 ha de zone naturelle et pastorale, la création de 1000 places de parking, l’installation de 10 tyroliennes et d’un ballon captif, la construction d’un pumptrack, de 12 toboggans, peut-être même d’une héli-station…et de deux grandes serres géodésiques pour les espèces endémiques des Hauts soit la petite touche de greenwashing pou pinn anou ! En creux, ce projet exogène nous dit tout d’un péi maltraité, bétonisé, bitumé…transformé en pâle copie d’une banlieue française, d’ores et déjà devenu un vaste supermarché et en passe d’être bientôt un immense parc d’attractions pour touristes où nous sommes réduits au rôle d’hyperconsommateurs.

Emblématique, ce champ de foire promis est d’abord incarné par le grand bonimenteur en chef André Thien Ah Koon, dernière figure historique d’une droite assimilationniste pour qui la simple évocation d’une identité réunionnaise (langue créole, contes et légendes, savoir-faire ancestraux, connaissances des plantes médicinales, gastronomie …) constitue en soi une déclaration unilatérale d’indépendance.

Pour cette génération-là mais aussi hélas pour certains de ses héritiers, il faut faire France/Europe quoi qu’il en coûte : peu importe que nos traditions, notre viv an kréol soient bafoués ou pire encore instrumentalisés dans une logique de marchandisation ; effacés ou gommés doivent être les grandes et petites histoires que raconte ce territoire au milieu duquel se dresse fièrement le Piton Dugain, le dur labeur dessiné par les champs et pâturages des agriculteurs et éleveurs des environs, les sentiers marrons balafres d’une histoire douloureuse ; et comme la beauté de notre patrimoine naturel remarquable et de nos paysages extraordinaires ne se suffit pas à elle-même, il convient de la redessiner, de l’appareiller, de l’augmenter…pour nous " donner une nouvelle appréhension du paysage et des volcans " !!!

Une forme sévère du syndrome de la Goyave de France ? Indiscutablement mais à laquelle vient s’ajouter une conception de la démocratie participative très " jupitérienne " :  le système TAK - presque une légende rurale - c’est une équipe de fidèles prête au sacrifice final, de l’entregent, des réseaux de tous ordres et à tous les niveaux, des délégués de quartiers prêts à lever des troupes en un clin d’œil…mais aussi des petits accommodements raisonnables, des appels très insistants à la raison, des promesses d’emploi…le tout enrobé d’un paternalisme incommensurable !

La méthode a fait ses preuves et l’on peut entrevoir ce kaloubadia quand l’ancien sous-préfet de Saint Pierre chargé de la rédaction du bilan de l’enquête préalable sur les tyroliennes déclare publiquement – comme preuve de son impartialité bien sûr ! - qu’il n’est autre que l’époux de la Responsable des grands travaux à la Mairie ! De même, il est aussi permis de s’interroger sur le fait que l’ONF, gardienne vigilante de chacun des pied’bwa de nos forêts - et il faut s’en réjouir - cautionne un projet aussi destructeur pour la biodiversité, mais viendra le temps où des explications devront être données.

Concluons sur un autre aspect parmi d’autres révélé en creux par ce projet : la perpétuation d’une politique d’assistanat-dépendance qui ancre notre péi dans la dépendance alimentaire et le consumérisme effréné. Dans cette logique, les espaces naturels et/ou ruraux sont de plus en plus colonisés par les marchands de loisirs et ce, au détriment d’activités agricoles, forestières, artisanales, touristiques…qui pourraient participer de la création d’emplois dignes de ce nom et d’un début de commencement d’une souveraineté alimentaire.

Voilà donc près de 12 millions d’euros injectés par l’Europe et la Région pour un projet qui n’augmente en rien nos capacités productives et constitue par ailleurs un facteur aggravant de la fracture sociale dans notre péi. La haute valeur culturelle ajoutée par une descente en tyrolienne ou une ascension en ballon captif restant à démontrer, chacun comprendra que le prix de la minute hurlante de sensation forte pour la première activité, autour de 30 €, éliminera d’emblée les jeunes et moins jeunes des familles en situation de pauvreté soit 40% de la population…mais sans doute les promoteurs de ce projet objecteront-ils qu’ils /elles ont déjà les rodéos !

Tristes tropiques où des décideurs condamnent à la stérilité des milliers d’hectares sans imaginer pouvoir les transformer en jardins familiaux pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre dans nos traditionnelles kaz kréol atèr, y aménager des espaces de rencontre, d’exposition et d’animation pour les artisans et artistes de la commune ou d’ailleurs, ou encore les équiper pour la vente directe de produits agricoles…et tout cela en préservant la beauté et la tranquillité des lieux.

Cafriplainois.es, Tamponnais.es, Réunionnais.es, mobilisons-nous pour empêcher qu’une nouvelle blessure soit infligée à la terre réunionnaise et dénoncer cet écocide qu’on ose nous présenter comme " un système vertueux tourné autour de l’écologie, l’économie et des loisirs ". Posons ensemble les premiers actes fondateurs du combat pour la ZAD Bourg Murat !

Michaël Crochet

   

2 Commentaire(s)

Cecile, Posté
Un peuple metissé, le Reunuonnais, sous influence, sous hypnose, regarde la goyave de France et ne voit pas que son ile est encore colonisée, et que la majorité des élus ne pensent qu a leurs propres intérêts. Adieu l ile authentique, vive le béton, les hypermarchés, les grosses barquettes de poulet d importation.
Jaco, Posté
Et la tegion a donné le 21aout 2,8 millions d'euros a tak.......et lirt parle de tourisme vert....allô monsieur le breton....