Tribune libre de Karine Lebon :

Nouvelle opposition au pass sanitaire


Publié / Actualisé
Monsieur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, évoquait hier encore dans la presse un allègement probable du pass sanitaire. L'amélioration de la situation justifiant pleinement cela. Et nous voici aujourd'hui face à un projet de Loi proposant la possible prorogation du pass sanitaire et voulant donner le champ libre au gouvernement afin de convoquer sans discussions ou débats l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022.
Monsieur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, évoquait hier encore dans la presse un allègement probable du pass sanitaire. L'amélioration de la situation justifiant pleinement cela. Et nous voici aujourd'hui face à un projet de Loi proposant la possible prorogation du pass sanitaire et voulant donner le champ libre au gouvernement afin de convoquer sans discussions ou débats l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022.

Réaffirmer la nécessité urgente du pass, tout en parlant de lâcher du lest, il faudrait savoir ! Mais ce n’est malheureusement pas tant votre manque de congruence qui pose le plus de souci aujourd’hui.

Tout d’abord, c’est un réel déni de démocratie que vous souhaitez imposer. Le prétexte que vous utilisez est celui de l’urgence. En effet, en rappelant que les députés terminent leur session ordinaire le 27 Février du fait des élections, vous affirmez que ces huit mois sans contrôle sont nécessaires.

Mais quand bien même urgence il y aurait, faut-il vous rappeler que l’article 28 de la Constitution a tout prévu, et que rien n’empêche la tenue de sessions parlementaires extraordinaires ?

Accepter le débat et rendre des comptes au peuple à travers son seul et unique représentant constitutionnel, le Parlement, c’est le fondement historique même de nos Républiques. Vous devriez savoir que même suite à l’article 16 distribuant les pouvoirs exceptionnels au Président, le Parlement est convoqué pour effectuer sa mission. Rien dans une démocratie ne peut justifier de ne pas convoquer les représentants du peuple en cas de crise grave.  

Ensuite, sans même revenir sur votre proposition d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 5 ans pour l’utilisation frauduleuse d’un faux pass sanitaire, soit autant que pour une fraude fiscale ou une agression sexuelle, le second souci sérieux qui est posé par ce projet de Loi, c’est tout simplement son manque de clarté confinant à l’incompétence, ou pire au mensonge éhonté.

Selon les déclarations gouvernementales début septembre, le pass ne s’appliquait pas dans les territoires en état d’urgence sanitaire. Pourtant, la réalité était tout autre. L’état d’urgence a été levé la semaine dernière à La Réunion, mais le pass ainsi que l’obligation vaccinale des soignants s’y appliquaient déjà, en même temps que dans l’hexagone. Et en Martinique, Guadeloupe, Guyane, toujours en état d’urgence, le pass s’applique.  Alors nous vous avons pris soit en flagrant délit d’incohérence, soit en flagrant délit de mensonge.

Ne cautionnant ni rupture démocratique, ni rupture d’égalité, ni incohérence, et encore moins mensonges nous voterons contre ce projet de loi et pour cette motion de rejet

   

2 Commentaire(s)

974, Posté
La nouvelle " huguette ". Cette dame a l'air de faire le job.Pas toujours d'accord avec ses idées mais elle reste une valeur sûre.
Mékoué, Posté
A souhaiter Madame la Députée que tous les parlementaires se sentant dignes de la représentation populaire, suivent votre exemple pour s'opposer à ce diktat insensé. Néanmoins il vous faut aller plus loin en combattant la politique du chantage actuel. Officiellement 3000 salariés, 70 dans notre département, se retrouvent sans avoir commis de faute professionnelle, mis à pied et sans solde. Ils ne font pas confiance à l'ARNm imposé, et refusent de se faire injecter ce produit expérimental, qui de plus malgré la non reconnaissance officielle, beaucoup de personnes se plaignent déjà des effets secondaires subi après injection...'! Faut-il rappeler que se faire vacciner, en général n'est pas un acte anodin. Combien de personnes se retrouvent handicapées à vie comme la jeune Océane Bourguignon pour avoir voulu se prémunir contre le cancer de l'utérus ' De plus ce vaccin contre le papillomavirus entre autre, a été normalement finalisé...donc imposer à TOUS un traitement sanitaire, c'est d'emblée VOULOIR ÉLIMINER toutes les personnes "allergiques" à cette molécule...