Insitut d'émission :

Paiements : les Réunionnais utilisent de plus en plus leur carte bancaire


Publié / Actualisé
L'utilisation des espèces reste très forte à La Réunion, selon une étude de l'Institut d'émission des départements d'Outre-Mer (Iedom) de La Réunion. "Toutefois, l'usage de la carte bancaire progresse d'année en année, et la crise Covid-19 a accéléré cette transition" précise l'Iedom. "La pandémie a notamment contribué au développement des moyens de paiement électronique, favorisé par le relèvement à 50 euros du plafond des paiements sans contact" ajoute l'institut dont nous publions le communiqué ci-dessous
L'utilisation des espèces reste très forte à La Réunion, selon une étude de l'Institut d'émission des départements d'Outre-Mer (Iedom) de La Réunion. "Toutefois, l'usage de la carte bancaire progresse d'année en année, et la crise Covid-19 a accéléré cette transition" précise l'Iedom. "La pandémie a notamment contribué au développement des moyens de paiement électronique, favorisé par le relèvement à 50 euros du plafond des paiements sans contact" ajoute l'institut dont nous publions le communiqué ci-dessous

"La Réunion se singularise par rapport à la Métropole par un usage bien plus important des espèces comme moyen de paiement. Cette caractéristique s’illustre par les retraits de billets aux distributeurs : rapportés au nombre d’habitants, les Réunionnais retirent deux fois plus d’espèces que la moyenne française.

Toutefois, l’usage de la carte bancaire progresse d’année en année et gagne du terrain sur les espèces. Les entrées de billets à l’IEDOM de La Réunion (qui réalise le recyclage et la remise en circulation des billets) reculent légèrement depuis 2015 (-5 % sur 2015-2019). Cette baisse reste toutefois très faible au regard des évolutions observées aux guichets de la Banque de France dans l’Hexagone, où les versements d’espèces ont diminué d’un tiers entre 2012 (point haut) et 2019.

En 2020, avec la crise de la Covid-19, cette baisse des entrées de billets s’est accélérée à La Réunion comme sur l’ensemble du territoire français, traduisant à la fois des changements de comportement et une baisse de la consommation

La pandémie de Covid-19 a contribué au développement des moyens de paiement électronique, favorisé par le relèvement à 50 euros du plafond des paiements sans contact. La transition en cours sur les habitudes de paiement a ainsi été accélérée.

En 2020, les versements de billets à l’Iedom  ont en effet connu une nette diminution (‑9 %), bien supérieure à la baisse de la consommation des ménages mesurée sur l’année (-1,6 %). Cette baisse est concentrée sur la période du premier confinement, mais sans rattrapage sur le reste de l’année. À l’inverse, les paiements par carte bancaire, s’ils ont connu également une nette diminution lors du confinement, ont été plus dynamiques sur la fin de l’année.

Ces tendances se poursuivent en 2021. Sur les sept premiers mois de l’année, les transactions par carte bancaire sont plus élevées que sur la même période de 2019 (+7 %), tandis que les versements de billets au guichet de l’Iedom restent en recul (-7,3 % par rapport à 2019)"

   

3 Commentaire(s)

Citoyens observateurs, Posté
Le côté pratique est incontestable, mais le fait que c'est devenu aussi un moyen de surveillance (espionnage) des citoyens, tout comme le fait qu'ils veulent nous en rendre dépendants pour pouvoir ensuite nous contrôler est aussi plus qu'évident! Aussi je connais des personnes dont le compte a été simplement fermé par la banque, car pas dans la ligne de l'obéissance civile! Donc si on ne réagit pas, cette chaîne d'esclavage sera encore plus serrée que celle d'antan ....
Mékoué, Posté
CB, certes c'est un moyen très pratique, la vie de l'usager s'en trouve grandement facilité pour beaucoup d'opérations. 1) Néanmoins le fait que ce moyen, est aussi et ainsi trop pratique, n'interpelle plus par les désagréments insidieusement engendrés : suppression d'emplois (le logiciel de traitement des données CB supprime au moins 3 à 4 intervenants par rapport à un paiement classique : espèces, chèque; - 2) Liberté sous tutelle ; la généralisation de ce mode opératoire, devrait amener à terme la suppression du papier monnaie, comme de plus en plus réclamé par nos instances. Avec la suppression du papier-monnaie, l'individu ne deviendrai qu'obéissant, car avec un " arrêt saisie, ou interdiction de prélèvement" sur son propre compte, la CB ne sera plus qu'élément de décoration' N'est-on pas déjà obligé de se faire soigner, de 3 vaccins en 2017 on a imposé 11 pour les nourrissons, maintenant pour avoir une vie plus ou moins sociale, il faut se faire injecter de l'ARNm, ou avaler bientôt le comprimé au " Molnupiravir ", mutagène ; cancérigène. "Enfin, En TOUT, ILS ONT désormais à c'ur que notre Bonheur " !'' - Comme Hannah ARENDT avait raison : "ON SAVAIT," avant de déplorer les sinistres conséquences'
Philippe P , Posté
Normal ici plus d espèces qui circulent car bcq de travail au noir traquez ces arnaqueurs qui fraudent aux alloc aux aides diverses les impots aussi nous travailleurs nous payont tt pr ces mecreants !! Bientôt que cb sera utilisé vous irez a mada pr depenser votre argent sale !