Tribune libre de Serge Hoareau :

Violences urbaines à St-Benoît : L'AMDR apporte sa solidarité et propose une table-ronde


Publié / Actualisé
Suite aux récents et récurrents épisodes de violences urbaines, l'Association des Maires du Département de La Réunion tient à apporter sa solidarité aux victimes de ces violences, au Maire et son Conseil Municipal, ainsi qu'à l'ensemble des habitants de Saint-Benoît. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Suite aux récents et récurrents épisodes de violences urbaines, l'Association des Maires du Département de La Réunion tient à apporter sa solidarité aux victimes de ces violences, au Maire et son Conseil Municipal, ainsi qu'à l'ensemble des habitants de Saint-Benoît. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

En tant que Président de l'AMDR, je condamne fermement ces violences etsouhaite que tout soit mis en œuvre pour qu'elles cessent immédiatement et définitivement. Je souhaite également souligner que ces problèmes ne sont pas inhérents à un quartier ou un territoire mais concerne toutes les communes de La Réunion.

C'est pourquoi, l'AMDR propose la tenue d'une table-ronde ave l'ensemble des parties prenantes afin d'aborder le sujet des violences urbaines sans tabou ni arrière- pensée.

A ce titre, je voudrais souligner le travail concerté et organisé de manière hebdomadaire entre les Maires et le Préfet de La Réunion pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 et ses conséquences économiques. Cette collaboration et ces échangesfructueux mis en place depuis plus d’un an doivent nous servir d'exemples sur d'autres problématiques tout aussi cruciales pour notre île.

Il est aujourd'hui essentiel que les services de l’Etat accompagnent au plus près les communes pour mettre un terme définitif à ces violences quotidiennes.

Souvent perçus comme les premiers acteurs de la sécurité publique, les Maires ont des pouvoirs trop limités en la matière et des moyens directement conditionnés à la taille et l'organisation des communes.

Pour être plus efficaces, les actions de sécurité publique doivent être fondées sur des échanges d'information et l'élaboration collective d'objectifs partagés entre la Police Nationale, la Gendarmerie et la Police Municipale. L'éradication de cette violence gratuite, symptôme d'une société malade,
passe par la mobilisation et l'engagement de l'ensemble des acteurs publics, l’Etat, les collectivités locales, l’Education Nationale, les administrations concernées, les associations.

Je considère par ailleurs que les bailleurs sociaux ont également un rôle à jouer avec notamment la présence des gardiens d'immeuble, véritables médiateurs de ces groupes d’habitations. Ce lien social entre les locataires et la société d’HLM doit être rétabli afin que les locataires aient un interlocuteur direct et une personne quotidiennement à leur écoute.

C'est pourquoi l'AMDR se tient à la disposition de l’État pour participer activement à l'organisation et la tenue de cette table-ronde qu'elle appelle de ses vœux, et plus largement à un travail de fond et de collaboration avec l’État et les différents acteurs.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !