Tibune libre de Jean Luc Poudroux :

Pour la fin immédiate du pass vaccinal


Publié / Actualisé
Les 10 et 24 avril prochains, les Français sont appelés à voter pour celle ou celui qui sera le futur Président de la République. C'est l'un des rendez-vous les plus importants pour notre démocratie. Et pourtant, ce qui fera date, ce n'est pas tant le nom de celui qui ressortira des urnes, mais plutôt les conditions particulièrement hypocrites, contraignantes et liberticides dans lesquelles se tient la campagne des présidentielles. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Les 10 et 24 avril prochains, les Français sont appelés à voter pour celle ou celui qui sera le futur Président de la République. C'est l'un des rendez-vous les plus importants pour notre démocratie. Et pourtant, ce qui fera date, ce n'est pas tant le nom de celui qui ressortira des urnes, mais plutôt les conditions particulièrement hypocrites, contraignantes et liberticides dans lesquelles se tient la campagne des présidentielles. (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

Les faits sont clairs : nous avons un Président sortant qui veut rabaisser au maximum les autres candidats en annonçant le plus tard possible sa candidature et en évitant au maximum de débattre avec eux avant le 2nd tour.

Emmanuel Macron veut absolument être réélu et après l'épisode des Gilets Jaunes, les mouvements de contestations populaires, il en a peur et surtout il en a horreur. Le grand débat national n'a rien donné et le quoi qu'il en coûte, ce n'est pas lui qui paie, mais nous et les générations suivantes. Quant au convoi de la liberté que je soutiens pleinement, Emmanuel Macron a réagi en barricadant Paris.

Pour Emmanuel Macron, la démocratie, c'est se taire devant lui et les grands de ce monde, parce que les grands de ce monde savent tout, ils sont experts en tout, en santé publique, en négociations militaires, en gestion de crise, etc. Quand on réfléchit à tout cela, et cela n'engage que moi, je me dis que le Covid-19, il a bon dos.

A cause de lui, la démocratie est mise sous embargo depuis 2 ans. Actuellement, malgré les centaines de milliers de contamination par jour, le Gouvernement d'Emmanuel Macron nous oblige à une 3e dose avec son fameux pass vaccinal. Mais la réalité est là. L'épidémie se propage malgré le vaccin.

Pourquoi avoir décidé ou presque de lever la fin du pass vaccinal à quelques petites semaines du 1er tour des Présidentielles ?

En tant que député de La Réunion, je suis très inquiet pour notre démocratie et nos libertés fondamentales. Je crois davantage au bon sens qu'au diktat d'une élite formée d'experts aux ordres du pouvoir. A l'instar de plusieurs sénateurs, je réclame également au Gouvernement la fin immédiate du pass vaccinal.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !