Tribune libre :

Valoriser les jeunes en apprentissage à travers une volonté politique réelle !


Publié / Actualisé
"A croire que chômage, précarité, pauvreté, inégalité, misère sociale, exclusion chez aussi nos jeunes, sont des terreaux fertiles que nos politiques se prospèrent à chaque élection. On peut se poser la question, y a-t-il vraiment une volonté politique forte et réelle de s'en sortir de ce fléau du chômage surtout chez nos jeunes, chômage qui gangrène notre société." (Photo d'illustration : fh/www.ipreunion.com)
"A croire que chômage, précarité, pauvreté, inégalité, misère sociale, exclusion chez aussi nos jeunes, sont des terreaux fertiles que nos politiques se prospèrent à chaque élection. On peut se poser la question, y a-t-il vraiment une volonté politique forte et réelle de s'en sortir de ce fléau du chômage surtout chez nos jeunes, chômage qui gangrène notre société." (Photo d'illustration : fh/www.ipreunion.com)

"S’appuyant, dernièrement sur le rapport de l’INSEE, qui fait froid dans le dos, vient de nous confirmer que Mayotte et la Réunion pointent en première et deuxième place, d’un taux de chômage le plus haut de toute l’Europe et des RUP (région ultra-périphérique), de quatre fois supérieur aux moyennes nationales. L’institut nous précise encore que le taux du chômage chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans est de 43%.

De ce fait et face à une surexposition des jeunes au chômage, la Commission européenne s’est même donnée pour objectif de promouvoir une politique par voie d'apprentissage, qui permettra aux jeunes de 15 à 29 ans d’accéder à une qualification, en combinant des périodes d'emploi en entreprise ou établissements publics et des périodes en centre de formation.

De plus, récemment dans un grand article de notre presse locale (JIR), nous a énoncés que " dans un département pourtant miné par le chômage des jeunes, les métiers sociaux peinent à recruter leurs apprenants. En conséquence, avant même d’être diplômés, la plupart sont recrutés par des établissements médico-sociaux sous dotés en personnels ".

C’est ainsi que la crise sanitaire a mis en lumière de nombreux besoins en travailleurs sociaux, aussi bien dans les structures médico-sociales, sociales que sanitaires.

Un chemin plus inclusif de la fonction publique

Dés lors, l’apprentissage dans les structures médico-sociales, sociales et sanitaires, serait-il une des réponses face aux chômages des jeunes à la Réunion ? Notons que le contrat d’apprentissage est un contrat de formation en alternance associant l’exercice d’une activité professionnelle et des enseignements dans un centre de formation (CFA ou Institut de formation des travailleurs sociaux).

Pourtant, malgré un accord unanime en faveur d’un nouveau système de financement de l’apprentissage. Nos trois fonctions publiques ne semblent pas jouer la carte de l’apprentissage, très rare voire inexistant les contrats d’apprentissage dans nos diverses collectivités ou dans nos hôpitaux.   

Malgré que la concertation entre les ministres du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Élisabeth Borne, et de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, les associations d’élus et le CNFPT exhortant à une vision plus inclusive de la fonction publique.

L’idée générale est de permettre aux jeunes apprentis sélectionnés à l’IRTS ou l’EMAP  de mieux s’insérer sur le marché du travail tout en leur offrant l’opportunité de découvrir les métiers du service public. De plus, un dispositif de financement pérenne et incitatif au recrutement d’apprentis a été déjà validé en concertation.

 Alors espérons que nos élus si prompts à dénoncer le scandale de la pauvreté, de la misère sociale, du chômage, de l’exclusion dans leurs discours de campagne électorale,  mettront tout en œuvre pour que l’apprentissage dans la fonction publique devienne comme le secteur privé ou associatif, une vraie bouée de sauvetage pour nos jeunes. "

De Jean Claude Comorassamy

 

   

7 Commentaire(s)

David, Posté
Programme des candidats M. Thierry Robert et de M. LORION. Ils en parlent dans leur divers meetings " les jeunes un atout ". Les autres ne cherchent que notre voix. Domen est nul en la matière.
Marie Claire, Posté
L'APPRENTISSAGE est une clé pour l'emploi. Trop de jeunes restent au bord du chemin. Les candidat(e)s aux législatives doivent prendre ce dossier à coeur. Pour l'instant personne ne l'a mise dans son programme.
Madiron , Posté
Bonjour à vous,L'idée d'une table ronde des divers représentants : Etat, collectivités, ARS et de monsieur Serge Hoareau Président de l'association des maires de la Réunion me semble très pertinente. La fonction publique a une grande place dans l'inclusion des jeunes dans la formation par apprentissage, diplômes et l'emploi. L'urgence sociale M. Hoarau est aussi là, une jeunesse en perdition. Les Présidents Bello et Melchior ne doivent pas aussi faire l'autruche, il faut qu'ils s'engagent pleinement pour les contrats d'apprentissage des jeunes dans ces deux collectivités.
Serge , Posté
Le Préfet (État ) , le Directeur Général de l'ARS, le Président du Conseil Départemental, du Conseil Régional et le Président des maires doivent se réunir pour définir le projet des divers contrats d'apprentissage dans les trois fonctions publiques. Une GPMC ( gestion prévisionnelle des métiers et des compétences ) doit construite . Il faut élaborer des objectifs en besoins et d'anticiper les besoins nouveaux dans la F.P.
Babouk, Posté
Article très utile qui donne espoir à nos jeunes . Apprentissage et diplôme demeurent la barrière contre le chômage. Aux collectivités de jouer le jeu pour diminuer le chômage des jeunes. Les jeunes attendent des ACTES.
MARIE PAULE, Posté
Bonjour, moi aussi AES (accompagnant educatif et social ), je risque de perdre ma sélection si d'ici novembre aucune réponse de l'intercommunalité de l'ouest.
Emmanuelle , Posté
Bravo monsieur, une vérité qui peut blesser plus d'un. J'ai fait une demande à CCAS puis au conseil départemental, aucune réponse jusqu'à ce jour et je risque de perdre ma sélection M.E.