Tribune libre de Rémy Bourgogne :

"Il ne faut pas confondre la vérité avec l'opinion de la majorité"


Publié / Actualisé
Je tiens à remercier les personnes qui nous ont fait confiance, près de 1000, lors du premier tour des élections législatives dans la 3ème circonscription. Contrairement à certains, nous avons mené une campagne d'un petit mois avec très peu de moyens, sans machines, ni employés de collectivités : nous n'avons donc pas à rougir de notre score. Les 3,4 % réalisés sont purement des voix d'adhésion et de convictions et non des voix de promesses et de compromissions.
Je tiens à remercier les personnes qui nous ont fait confiance, près de 1000, lors du premier tour des élections législatives dans la 3ème circonscription. Contrairement à certains, nous avons mené une campagne d'un petit mois avec très peu de moyens, sans machines, ni employés de collectivités : nous n'avons donc pas à rougir de notre score. Les 3,4 % réalisés sont purement des voix d'adhésion et de convictions et non des voix de promesses et de compromissions.

La meute est lâchée 

Dès dimanche soir, après l’annonce des résultats, la meute est lâchée, le coupable idéal  de la défaite du candidat de " l’Union de la gauche " est tout trouvé, c’est Rémy  Bourgogne, oubliant ainsi le taux d’abstention record mais aussi la percée du  Rassemblement National sur notre territoire.  Le résultat de ces élections est le fruit d’une politique de mépris menée depuis  plusieurs années par la droite mais aussi par certains leaders de gauche.  Aussi, à vouloir nous imposer une candidature non réfléchie basée uniquement sur le  réseau; une candidature basée sur un tissu de mensonge nous nous retrouvons dans un  deuxième tour droite / droite. 

Rétablissons la vérité ! 

La candidature du candidat de " l’Union " a été imposée d’en haut, sans concertation :  candidature non validée par les groupes d’action de la circonscription. Pour preuve, à la  base c’est le nom de Virginie Grondin qui avait été validé au niveau national. Le ticket  Grondin / Bourgogne fut un temps annoncé dans les médias. Au fil des jours, je me  rends compte que Virginie, que je respecte, n’est pas prête, je lui fais part de mon  constat et fait remonter l’information aux instances du mouvement. Ayant été validé  comme suppléant, je propose donc d’intervertir les rôles, demande qui a été faite par  mail à Paris via un responsable du mouvement. À la surprise générale, et après moult  cafouillages, je me retrouve évincé du ticket final au profit d’un autre candidat.  Pourquoi ? Aucune raison n’a été donnée ! 

Kisa mi lé ? 

Sympathisant LFI depuis la création du mouvement en 2016, je suis animateur du  groupe d’action de Saint-Louis / La Rivière depuis 2018. En mai 2019, je pilote avec les  camarades du PEUP, les élections européennes pour Younous Omarjee à Saint-Louis. En  juillet 2019, notre groupe d’action organise le plus grand rassemblement des insoumis à  la Rivière : nous faisons salle comble avec des camarades venant de toute de l’île. En  2020, en tant que référent de la France Insoumise, je suis candidat sur la liste du PEUP  aux élections municipales, il en sera de même en 2021 où au premier tour, je suis  positionné 18ème sur la liste de Mme Bello aux élections régionales. Je ne sors donc pas  de nulle part, ma légitimité n’est donc plus à prouver.

Pourquoi maintenir ma candidature ? 

Au-delà de défendre nos idées et de proposer un projet crédible à la population, au delà d’une question de place, il s’agissait pour nous, de nous battre contre une injustice  au sein de notre propre famille politique. Le militant de terrain que je suis ne pouvait  accepter cela; par leur attitude, ces gens me signifiaient que " j’étais très bien en colleur  d’affiche mais pas apte à représenter ma famille politique ". Pour reprendre Karl Marx, la  bataille est symbolique, une lutte des classes, et non des places commença donc en  interne ! Une bataille contre les réseaux aussi : " untel est placé là parce qu’il fait partie  de notre réseau d’amis, de notre milieu social, de notre communauté ". Nos familles se  sont battues contre cela, je me devais donc de m’ériger contre cette injustice…nou lé pa  plus nou lé pa mwin…réspèk anou ! 

L’analyse des résultats 

Dans la troisième circonscription, la droite traditionnelle totalise pratiquement 50% des  suffrages exprimés, le Rassemblement National 13,6%, la droite souverainiste 1, 2% : le  bloc de droite et d’extrême droite totalisent donc 64,4 % des suffrages ! On le voit, c’est  évident, c’est de la faute à Rémy Bourgogne si le candidat de " l’Union de la gauche "  est éliminé dès le premier tour ! Foutor va !  En politique 1+1 n’est pas égal à 2, ce n’est pas mathématique mais comme certains  tentent de le faire croire, amusons-nous à diviser les 16,57% du candidat de " l’Union "  par son nombre de soutien : leader national de LFI, 1 député Européen, 2 députés de la  Réunion, une présidente de région, une vice présidente de région, un conseiller  régional, un ancien maire de Saint-Louis et député / président de parti, le candidat lui même. 16,57 / 8 = 2,1 % ! En reprenant la logique de mes détracteurs, on peut estimer  que cela représente le score du candidat de " l’Union " sur son propre nom. 

Sur les 7 circonscriptions, 6 candidats de " l’union " sont au second tour malgré la  présence d’autres candidats de gauche. Dans la 3ème circonscription, avec la même  configuration, cela ne fonctionne pas…il faut faire une vraie analyse, pas celle du café  du commerce : il y a eu manifestement une erreur de casting et il faut l’assumer ! 

À la Rivière Saint-Louis, notre équipe termine deuxième avec près de 600 voix (14% des  suffrages exprimés) alors que le candidat de " l’Union " peine à obtenir 1000 voix, c’est  un désaveu pour ses soutiens locaux ! Précisons la présence soutenue de CH le rouge,  ancien maire de Saint-Louis, aux côtés des candidats de la 3ème et la 7ème  circonscription. Résultats : un candidat éliminé, un autre en ballotage défavorable…à  méditer ! 

Enfin, si certains estiment que ce qui est dit dans ce billet est faux, qu’ils portent plainte  pour diffamation : cela me donnera l’occasion de défendre mon honneur devant la  justice de mon péi ! 

Fraternellement 

Rémy Bourgogne

   

1 Commentaire(s)

Nénette , Posté
Quand la gauche comprendra qu'il faut mettre les hommes de terrain tête de liste pour faire l'union et non des parachutés (depuis l'Unef pour Chaussalet), de l'eau aura coulé sous les ponts. Bravo Mr Bourgogne, le petit créole n'est pas fait uniquement pour coller des affiches et faire du porte à porte, surtout quand on a un bagage scolaire et le contact avec sa population.