Tribune libre de Philippe Naillet :

Lettre à Bruno Le Maire concernant la hausse vertigineuse des prix des carburants


Publié / Actualisé
Monsieur le Ministre le sujet des carburants est, comme vous le savez, très sensible sur notre territoire. Le samedi 17 novembre 2018, la France découvrait le mouvement des "Gilets Jaunes" dont l'origine était principalement la hausse des prix des carburants.
Monsieur le Ministre le sujet des carburants est, comme vous le savez, très sensible sur notre territoire. Le samedi 17 novembre 2018, la France découvrait le mouvement des "Gilets Jaunes" dont l'origine était principalement la hausse des prix des carburants.

À La Réunion, nous avons aussi subi de durs blocages durant deux semaines, pénalisant l’activité économique et limitant les déplacements des personnes. Cette crise sociale et économique a par la suite été amplifiée par l’émergence de la Covid-19 dont les effets persistent aujourd’hui et depuis peu par les conséquences du conflit en Ukraine.

Dans les Outre-mer, et à La Réunion singulièrement, nous subissons depuis toujours la " vie chère ". Sur ce point, les actions des “Gilets Jaunes” entamées sur notre territoire en novembre 2018 font écho aux revendications du Collectif des Organisations Syndicales, Politiques et Associatives de La Réunion (COSPAR) de février 2009. Les récentes actualités internationales pèsent sur le pouvoir d’achat des familles réunionnaises. Selon l’Insee, “au cours du confinement du 2e trimestre 2020, 25 % des Réunionnais de 15 ans ou plus, hors retraités, considèrent avoir subi une dégradation de leur situation financière”. Plus récemment encore, lors 12 derniers mois - à la fin mai - les prix moyens de l’énergie ont augmenté 23,3% et ceux de l’alimentaire de 5,4%.

La hausse vertigineuse des prix des carburants prévue à La Réunion pour ce vendredi 1er juillet 2022 est insupportable pour nos familles déjà en grande difficulté. Pour de nombreux Réunionnais, il faut choisir aujourd’hui entre se déplacer et se nourrir. Notre géographie particulière limite le développement des transports en commun et la plupart des Réunionnaises et des Réunionnais n'a d'autre choix que d’utiliser sa voiture.

Face à cette situation historique et complexe, nous devons pouvoir compter sur des mesures d’urgence adaptées.

Le décret n° 2022-423 du 25 mars 2022 a permis la mise en place d’une remise de 18 centimes à la pompe pour l’achat de carburants pour la période du 1er avril 2022 au 31 juillet 2022. Cette remise est de 15 centimes en Outre-mer. En attendant le projet de loi sur le pouvoir d’achat, je vous demande, à titre exceptionnel, dès ce 1er juillet 2022, de majorer cette remise afin d’annihiler la hausse prévue.

Monsieur le Ministre, à l’heure où une partie de nos concitoyens de La Réunion a exprimé son incompréhension dans les urnes face à ces situations que nous dénonçons également, nous espérons pouvoir compter sur votre pleine compréhension et votre volonté de protéger le pouvoir d’achat des Réunionnaises et des Réunionnais.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

   

5 Commentaire(s)

[email protected], Posté
A part demander du pognon, du flouzz, de l'oseille, que savent faire les élus réunionnais. Ha si le piquer pour eux et leurs copains...Je me rappelle de Paul Verges, seul politique local a n'avoir à tout jamais possédé un cerveau disait à propos du tram-train, qu'il voulait le construire car sinon, un jour les réunionnais viendront lui demander de l'argent pour payer leur carburant. Ben voilà nous y sommes.
Citoyenne, Posté
C'est beau de faire genre.... Au lieu d'écrire des courriers dans les journaux, répondez plutôt à la population lorsqu'elle vous écrit.
Vacheà lait., Posté
Il faut demander d'abord à Mme Bello Présidente du conseil régional de baisser les taxes sur le carburant car c'est eux qui se gavent le plus. Le prix à la pompe augmente avec le même taux en taxe, normal que les réunionnais crient. Une vraie aubaine pour les recettes de la région. Mais nos députés préfèrent demander Paris. Là misère de la population s'est leur fond de commerce, qi'en pensent M. Retenon, M. Frédéric Mayo'''' Le pire lorsque qu'une station fait l'effort de baisser d'une dizaine de centimes, les autres bloquent qui sont contre bloquent le lieu de stockage......quelle misère ces patrons !
Thomas, Posté
encore une fois, Paris donn a ou larzen
Missouk, Posté
Elle est bien gentille sa lettre... Autant dire qu'elle n'arrivera jamais jusqu'à Bruno LEMAIRE...