Culture :

Pascal Montrouge à la tête de l'ODC


Publié / Actualisé
Pascal Montrouge, directeur artistique de l'association Pardon Mars, s'est vu confié la direction des deux théâtres départementaux, la décision a été diffusée par voie de communiqué ce mercredi 17 juin 2009 à l'issue de la Commission permanente du Conseil Général. À compter du 6 juillet 2009, il aura pour mission d'insuffler "un nouvel élan" aux théâtres départementaux, de leur donner "une accroche territoriale plus significative", ainsi que de s'impliquer "aux côtés des artistes de La Réunion que la crise économique et financière actuelle n'épargne pas".
Pascal Montrouge, directeur artistique de l'association Pardon Mars, s'est vu confié la direction des deux théâtres départementaux, la décision a été diffusée par voie de communiqué ce mercredi 17 juin 2009 à l'issue de la Commission permanente du Conseil Général. À compter du 6 juillet 2009, il aura pour mission d'insuffler "un nouvel élan" aux théâtres départementaux, de leur donner "une accroche territoriale plus significative", ainsi que de s'impliquer "aux côtés des artistes de La Réunion que la crise économique et financière actuelle n'épargne pas".
Le choix en faveur du danseur et chorégraphe s'est fait au regard du dossier technique et financier présenté que le Département estime en correspondance avec le cahier des charges et donc "mieux à même de répondre aux orientations de la collectivité en matière de diffusions du spectacle vivant à La Réunion".

Pascal Montrouge succède donc à Jacques Dambreville à la tête de l'ODC. Dans son communiqué, le Conseil général prévient que "ce choix ne mérite pas d'être lu comme un désaveu de l'équipe sortante". Le Département "salue le rôle pivot, moteur, le rôle pionnier que Jacques Dambreville a tenu pendant longtemps dans le paysage culturel réunionnais".

Dans un communiqué publié mercredi soir, le Collectif des acteurs culturels Réunionnais favorables au changement à l'ODC se félicite de la nomination de Pascal Montrouge et annonce sa dissolution puisque "n'ayant plus d'objet". Le collectif s'était formé pour réclamer le départ de Jacques Dambreville. Il était présidé par Danyèl Waro et avait Sandrine Ebrard pour porte-parole.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !