Sainte-Suzanne - Patrimoine maritime :

Le phare s'invite au ministère de l'écologie


Publié / Actualisé
Au cours de cette année 2011, le phare de Bel Air deviendra musée des phares et de la mer. Dans le cadre de la réhabilitation de cet édifice, Bernard Batou, président de l'association pour la sauvegarde de la mémoire réunionnaise (A.S.M.R.) et passionné du phare, a été reçu récemment au ministère de l'écologie, du développement durable et de la mer.
Au cours de cette année 2011, le phare de Bel Air deviendra musée des phares et de la mer. Dans le cadre de la réhabilitation de cet édifice, Bernard Batou, président de l'association pour la sauvegarde de la mémoire réunionnaise (A.S.M.R.) et passionné du phare, a été reçu récemment au ministère de l'écologie, du développement durable et de la mer.
Construit en 1846, le phare de Bel-Air s'est éteint en 1984 lorsque son dernier gardien avait pris sa retraite. Symboliquement, car les navires sont maintenant suffisamment bien équipés en matériel électronique de navigation. Depuis, Bernard Batou, président de l'A.S.M.R se bat afin de redonner une âme et une seconde vie au monument maritime, classé historique.

Dans le cadre du projet de réhabilitation du phare en musée de la mer, le président de l'association a donc été reçu par Vincent Guigueno, chargé de mission patrimoine phares et balises au ministère de l'écologie. "Très peu de documents existent à La Réunion. L'A.S.M.R a donc orienté ses investigations vers la Métropole où des contacts ont été pris avec le ministère de l'écologie, du développement durable et de la mer et avec l'école des ponts et chaussées située dans le Val de Marne", précise Bernard Batou.

Selon le président de l'A.S.M.R, cette visite a permis de lancer les bases d'une collaboration "qui s'annonce fructueuse". "A ce sujet, il m'a transmis toute une série de documentations concernant la création du phare depuis 1860 jusqu'à mise en service et aussi l'évolution de la signalisation maritime du bâtiment", ajoute-il.

Par ailleurs, Bernard Batou note que "le projet de réhabilitation est déjà bouclé et entre les mains de la Cinor et de l'office du tourisme intercommunal Nord (Oti.)". "Des réunions de travail ont également été organisées avec la Cinor, la direction régionale des affaires culturelles, la Région Réunion, le Département, la confrerie des gens de la mer. Tous ont été unanimes à reconnaître qu'il fallait absolument redonner une nouvelle dynamique touristique et économique à notre phare, unique à la Réunion", souligne-t-il.

À noter que le phare de Sainte-Suzanne est depuis plusieurs mois maintenant répertorié sur le site de Phareland et sur le site de Phare du monde.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !