Pour condamner la programmation du rappeur Orelsan (Actualisé à 17 heures 50) :

La Région retire sa subvention au Sakifo


Publié / Actualisé
Ce mardi 27 mars 2012, à l'unanimité, les membres de la commission permanente du conseil régional se sont prononcés contre le versement d'une subvention de 150 000 euros allouée à l'édition 2012 du Sakifo. C'est la programmation du rappeur Orelsan au festival qui est à l'origine de cette décision. Une venue décriée par un grand nombre d'associations luttant contre les violences intrafamiliales. En cause, l'un des morceaux interprété par le rappeur français, qui a créé la polémique en 2009, en raison de ses propos violents à l'encontre des femmes. Déçu, Jérôme Galabert, directeur du festival Sakifo, dit "encaisser le choc". Selon lui, le non versement de cette subvention, même si elle ne représente que 10% du budget, est suffisant pour mettre le festival en danger.
Ce mardi 27 mars 2012, à l'unanimité, les membres de la commission permanente du conseil régional se sont prononcés contre le versement d'une subvention de 150 000 euros allouée à l'édition 2012 du Sakifo. C'est la programmation du rappeur Orelsan au festival qui est à l'origine de cette décision. Une venue décriée par un grand nombre d'associations luttant contre les violences intrafamiliales. En cause, l'un des morceaux interprété par le rappeur français, qui a créé la polémique en 2009, en raison de ses propos violents à l'encontre des femmes. Déçu, Jérôme Galabert, directeur du festival Sakifo, dit "encaisser le choc". Selon lui, le non versement de cette subvention, même si elle ne représente que 10% du budget, est suffisant pour mettre le festival en danger.
Les élus de la commission permanente du conseil régional ont tranché ce mardi dans le dossier de financement du Sakifo. La collectivité retirera sa subvention d'un montant de 150 000 euros au festival. Une subvention qui était conditionné à la déprogrammation du rappeur français Orelsan. En effet, depuis qu'elle est annoncée, sa participation au Sakifo est condammnée par un collectif d'associations luttant contre les violences intrafamiliales, qui le qualifie de "porte-parole de la haine, du meurtre et de la misogynie". L'une de ses chansons avait créé la polémique en 2009 en raison de propos violents à l'égard des femmes.

Jérôme Galabert, directeur du festival Sakifo, ne cache pas sa tristesse. Il note, en substance, que cela ressemble à "un acte de censure". Si cette subvention ne représente que 10% du budget de l'événement, l'organisateur indique qu'il faudrait 7 000 entrées supplémentaires pour combler ce manque de financement. Un manque suffisant, selon lui, "pour mettre le festival en danger". "Cela veut dire qu'il nous faudra battre des records", explique Jérôme Galabert.

Pour sa part, Didier Robert, président du conseil régional, explique que ce sont les valeurs de "la famille, de la tolérance" ou encore "du respect déterminé et absolu que l'on doit à chaque femme, à chaque homme, et à chaque enfant" qui ont amenés les élus de la commission permanente "à rejeter la demande de subvention de 150 000 euros sollicitée par les organisateurs du Sakifo 2012". "La violence verbale, les appels à la haine, au viol, à la pédophilie, à la violence physique portés par l'un des artistes, invité ne peuvent obtenir ma caution", déclare-t-il. Néanmoins, le président de la pyramide inversée souligne que "la discussion reste ouverte aux organisateurs, si elle est utile".

Si elle se félicite de ce vote, Catherine Gaud, conseillère régionale de l'Alliance, dit rester "vigilante", et ce, car dit-elle, "les droits des femmes et des enfants sont bafoués en permanence". Cette dernière rappelle que ce coup d'éclat est, entre autres, à l'initiative de la conseillère régionale de l'Alliance, Maya Césari, qui protestait contre l'examen de ce dossier en raison des "paroles outrancières" du chanteur. "À partir de là, toutes les femmes, tous partis politiques confondus, se sont ralliées à cette cause. Le président nous alors assurer qu'il examinerait le dossier", explique Catherine Gaud. "On ne peut pas laisser financer des paroles virulentes par des crédits publics. Nous lui aurions alors donné caution, ce qui est moralement inacceptable", affirme-elle.

Rappelons que Jérôme Galabert et son équipe, avaient annoncé, le vendredi 16 mars, lors d'un point presse, que la programmation du rappeur Orelsan serait maintenue. "Nous avons fait le choix de le proposer dès le départ, il sera maintenu", avait-il alors expliqué.

S'il ne niait pas ce texte violent, il avait déploré que l'affaire soit ressortie à La Réunion, malgré les explications passées du chanteur. Jérôme Galabert avait dit également "avoir constaté l'émotion du collectif d'associations" et "avoir décidé de rester dans le dialogue potentiel avec ces associations".

Enfin, le directeur du festival avait également annoncé que, sur chaque billet acheté pour la soirée du dimanche 3 juin - date où est programmée Orelsan -, un euro sera réservé pour la constitution d'un fonds à destination de ces associations. Et ce, afin de les accompagner dans leurs démarches de lutte contre les violences intrafamiliales.

   

21 Commentaire(s)

Marquito, Posté
Pourquoi ne pas jouer du " Bach" au Sakifo ils savent qu'il i aurait 10 personnes au spectacle, quand on voit l'ampleur agressive de ces artistes (Orelsan) et qu'il rempli l'audience ce n'est certainement pas un exercice de style & de qualité, non plus de culture, de musique. A vous de vous enrichir, pensé a vos enfants et petits enfants...
Clement, Posté
une honte! encore une fois on bafoue la liberté d'expression d'autant que les fait reprochés à cet artiste sont daté de 2009, il s'en est expliqué...
je suis de plus en plus outré par les réactions sois disant "bien fondées" de l'opinion publique qui filent vers un conformisme mal placé qui n'a aucun sens...
Faam, Posté
@mathshad : tu as résumé ce que j'allais mettre... tout est dit.
pour moi, le chanteur a déjà expliqué ses propos... de+, ça remonte à 2009 !!! depuis quand on a pas l'droit d'évoluer?
et que les politiques censurent pour avoir quelques votes de + = LAMENTABLE !!! doit-on rappeler que c'est extrêmement GRAVE!!!
on est déja suffisamment censurés par le pouvoir du capitalisme général qui ne diffuse que de la daube musicale!!
aprés, OrelSan, on aime ou on aime pas! moi, je suis encore partagée: phénomène de mode, mec appart.. ? dans tous les cas, il a le mérite de poser ces questions... contrairement à la majorité du rap français actuel... et du business de la music française, plein de FAUX bons sentiments!!! hypocrite et molle à souhait!!
faut écouter "suicide social" ... et chercher à comprendre ce qu'est cette musique. pour moi: une réflexion qui a pour but de nous rappeler qu'ON EST TOUS LE "CON" de quelqu'un!!!
QUI, dans les chansons populaires, aujourd'hui, raconte un truc comme ça??? ne parle pas que d'son nombril... ??
... et s'il surfe sur une vague, utilisant des refrains accrocheurs, qui peut lui reprocher?? on est noyés dans la soupe... alors rajouter un peu de crème pour faire goûter un peu de sel... pourquoi pas???
Miss.syl13, Posté
Magnifique pub pour Mr Orelsan...Je souhaite plein d'entrée pour le Sakifo 2012...
Greg, Posté
Quand les citoyens pourront-ils cesser de verser leurs impôts aux institutions qui tiennent des propos qui ne plaise pas a la population hein !!!!!
Abat la censure Vive le sakifo !!!!
Woody, Posté
La liberté d'expression c'est effectivement pouvoir dire ce que l'on veut mais à la seule condition d'être assez fort pour en assumer les conséquences.
Nous sommes ici en face d'une de ces conséquences et bizarrement ça chouine.

Quand on a pas les épaules, on ne va pas sur le terrain de la provocation.

Heureusement, Orelsan a fait du chemin et un beau (merci 3ème bureau) depuis le titre polémique - titre qui n'avait aucun intérêt artistique et qui était aussi glauque et dérangeant que la scène du tunnel dans irréversible - mais il faut continuer d'assumer ses paroles en acceptant les conséquences.




Woody, Posté
La liberté d'expression c'est effectivement pouvoir dire ce que l'on veut mais à la seule condition d'être assez fort pour en assumer les conséquences.
Nous sommes ici en face d'une de ces conséquences et bizarrement ça chouine.

Quand on a pas les épaules, on ne va pas sur le terrain de la provocation.

Heureusement, Orelsan a fait du chemin et un beau (merci 3ème bureau) depuis le titre polémique - titre qui n'avait aucun intérêt artistique et qui était aussi glauque et dérangeant que la scène du tunnel dans irréversible - mais il faut continuer d'assumer ses paroles en acceptant les conséquences.




Faam, Posté
@mathshad : tu as résumé ce que j'allais mettre... tout est dit.
pour moi, le chanteur a déjà expliqué ses propos... de+, ça remonte à 2009 !!! depuis quand on a pas l'droit d'évoluer?
et que les politiques censurent pour avoir quelques votes de + = LAMENTABLE !!! doit-on rappeler que c'est extrêmement GRAVE!!!
on est déja suffisamment censurés par le pouvoir du capitalisme général qui ne diffuse que de la daube musicale!!
aprés, OrelSan, on aime ou on aime pas! moi, je suis encore partagée: phénomène de mode, mec appart.. ? dans tous les cas, il a le mérite de poser ces questions... contrairement à la majorité du rap français actuel... et du business de la music française, plein de FAUX bons sentiments!!! hypocrite et molle à souhait!!
faut écouter "suicide social" ... et chercher à comprendre ce qu'est cette musique. pour moi: une réflexion qui a pour but de nous rappeler qu'ON EST TOUS LE "CON" de quelqu'un!!!
QUI, dans les chansons populaires, aujourd'hui, raconte un truc comme ça??? ne parle pas que d'son nombril... ??
... et s'il surfe sur une vague, utilisant des refrains accrocheurs, qui peut lui reprocher?? on est noyés dans la soupe... alors rajouter un peu de crème pour faire goûter un peu de sel... pourquoi pas???
Pffff !!!, Posté
Didier Robert s'est fendu d'un speech sur le thème des valeurs sur la base desquelles il aurait été élu et de toute une série de mots qu'il élève au rang de dogmes et de règles structurant notre société, selon lui. Monsieur Robert est un menteur doublé d'un hypocrite.

Dans une interview donné au télévisions locales, on l'entend parler "du respect de la personne". Il exprime ainsi ce "à quoi il est profondément attaché". On est très loin des valeurs et des méthodes sur lesquelles il a bati sa campagne. Tout un pan de son argumentaire d'alors a été fondé autour d'une violence inouï faite à une femme. Que l'on se souvienne du flot sans retenue d'insultes proférées à l'encontre de Françoise Vergès par les tenants de l'actuel président fainéant et des attaques sur l'âge de l'ancien capitaine.

On peut ne pas être en accord avec ces dernières personnes. On peut ne pas les "aimer". On peut et, si on en est convaincu, on doit les combattre. Certes. Mais on ne peut pas faire ce que Didier Robert et les siens on fait sur ce plan.

Concernant la censure, Didier Robert est un triste habitué. Souvenez vous de ce blog qui il y a quelque temps dénonçait les exactions de l'actuel président à la tête de la Région et les forfaitures des siens. Il s'agissait de Bon anniversaire Didier (www.bonanniversairedidier.com). Parce que ce blog le caricaturait et le dénonçait, parce que le peuple rigolait au dépend de sa personne, il l'a attaqué en justice. Belle démonstration de distance, d'élévation d'esprit, de sérénité.

Didier Robert c'est un jeune qui incarne ce qu'il y a de plus conservateur, de plus violent, de plus archaïque en matière de faire et de penser dans ce pays. Et le voir jouer le père-la-morale avec cette affaire Orelsan est un vaste blague, qui nous ferait bien rire si toutefois le sujet n'était pas aussi triste.
Marc, Posté
heu.. ça donne une drôle d'image de la région. Comme l'impression d'un écho qui reviendrait avec le retard d'une réverbération lointaine, taine, taine, taine.... Orelsan c'était il y a deux ans qu'il fallait l'épingler, et encore, c'était discutable. Lui faire ça aujourd'hui après ce qu'il a vécu, c'est n'avoir rien compris, ne pas s'être documenté.. Bref, ne pas avoir réfléchi plus de.. Trois minutes ?!
Naguisha, Posté
C'est simplement scandaleux. Cette bande d'abrutis de ce conseil régional a-t-elle pris le temps de savoir qui est Orelsan et ce qu'il a produit depuis 2009 ? Ces associations de défense l'ont elles aussi fait ? À quand ont ils fixé la date à laquelle on arrêtera de le censurer ? Je ne connais pas ce festival mais j'espère que les organisateurs ne lâcheront rien.
Krav36, Posté
Je n'aimerais pas vivre à la Réunion avec une pareille décision. La nouvelle forme de censure se traduit par la suppression des subventions. Honte aux "élus"...
Franzgal, Posté
Honteux, c'est de la censure, une décision disproportionnée et dictatoriale. Qu'on aime ou pas Orelsan, cela ne peut arriver. Je suis de près la carrière de cet excellent rappeur, l'ai vu à Bruxelles il y a à peine deux mois... un concert excellent, des propos intelligents et un artiste généreux. Comment les membres de cette commission permanente ont pu trancher si violemment sans tenir compte du contexte général de la carrière d'Orelsan, où ont-ils eu leur documentation pour en arriver là ? Dans des journeaux populistes ? Comment ces mêmes membres peuvent-ils insulter un festival comme Safiko, reconnu internationalement ? Tout mon soutien moral aux organisateurs du Safiko pour supporter cette situation. Enfin, ici à Bruxelles, le festival Couleur café a été interpellé pour le même cas de figure (artistes jamaïcain)il y a deux ans, heureusement que notre ministre de la culture a été suffisamment intelligente et documentée pour ne pas agir comme cette obuscure commission !
Tyreg, Posté
Le Hellfest de Clisson (44) rencontre aussi à ma connaissance cette censure pour son festival Métal mais de la part du clergé qui demande à lire les textes des différents groupes programmés avant d'autoriser, sans porter plainte pour x raison, le passage de ces groupes.
Pouvoir politique et clergé ? tiens ça me rappelle une période de l'histoire ....
Bétise, Posté
ORELSAN la di dé koneri grav en 2009,moin osi moin té outré, mé mi v pa rest in bourik, , li la esplik ali, nou p pardone ali, nou sarpa fé porte ali tou lé traver la société réunionnaise, la violence faite aux femmes existent, c'est un drame humain, c'est un drame pour toute une société. Mais la réponse qu'on veut donner aujourd'hui ne résoudra pas le problème. Par contre on crée un autre problème aujourd'hui, la censure, le droit d'expression, on remet en cause le sens du pardon etc....Par contre Mr Gélabert laissez tomber lé 1 éro pour ces associations , car çà manque de sens pour ces personnes ,, ils ont refusé de discuter , de comprendre, inutile de faire un geste dans ce contexte, donner plutôt cet argent à des associations, qui prônent la tolérance, qui travaillent sur l'ouverture d'esprit, l'éducation des jeunes, Merci et tyinbo SAKIFO...
Xav, Posté
Tant qu'on y est interdisons tout texte qui déplait à quelqu'un...pauvre France et quel manque de courage des élus concernés.Se sont ils émus quand Talipot à du interrompre sa représentation quand l'élu concerné ( président CCI je crois...)à juger le spectacle trop je ne sais quoi..?
Le texte d'Orelsan est nul à chier et alors...Marre de ses refoulés qui font malgré eux de la pub à cet artiste. Merde à l'hypocrisie..
Zer, Posté
les politiques en question ne sont avides que de bulletins de vote .... le reste ne les concerne que très peu ...
LOl, Posté
Orelsan c'est particulièrement inintéressant. Le morceau incriminé qui date est une sombre merde. Il a d'ailleurs changé sa production depuis, et presque fait amende honorable.

Mais les élus du CR sont en train de contrôler la diffusion artistique, c'est grave. Bientôt une censure des journaux ? Pitoyable. Il faut ne plus voter pour ces bouffons de la République.

On croirait Maréchal…
-Twist-, Posté
Pauvre France...
Mathshad, Posté
je trouve que c'est honteux.
Je suis très loin d'être un fan de Orelsan mais cette polémique à assez durée, le chanteur lui même s'est expliqué à ce sujet. Les associations en question sont donc incapable de dialoguer, de prendre du recul et d'aborder ces problèmes avec de la hauteur. Quant aux élus c'est encore plus scandaleux, ils se sont laissés influencer par l'émotion, c'est presque du populisme!!! Et où est donc la liberté d'expression???? Alors oui il y a des limites mais Orelsan s'est déjà bien fait taper dessus pour cette chanson alors qu'on en fasse pas un bouc émissaire, et surtout qu'on ne prenne pas ce festival en otage... Vous verrez quand c'est la politique qui décidera de ce que l'on devra tous écouter, se sera bien la fin de la démocratie, et on sera tous des moutons!!!!
Ange974, Posté
hé bien sage décision malgré que ses 150 000 ne viendra pas forcément a la population mais au moins n'ira pas enrichir encore plus un gro zozo