Saint-Denis - Exposition de modèles réduits de bateaux :

"À fond de cale" à l'ancien hôtel de ville


Publié / Actualisé
Depuis ce jeudi 19 avril 2012, l'exposition de bateaux "À fond de cale" de Danyèl Duriès plonge les visiteurs à l'ancien hôtel de ville de Saint-Denis dans un voyage dans le temps. À travers une douzaine de modèles réduits de bateaux, qu'il a réalisé, l'artiste veut faire découvrir "ce qui, durant plusieurs siècles, a servi à transporter les esclaves" et ainsi, "montrer autrement l'histoire de la traite négrière". L'exposition est à découvrir jusqu'au 12 mai 2012.
Depuis ce jeudi 19 avril 2012, l'exposition de bateaux "À fond de cale" de Danyèl Duriès plonge les visiteurs à l'ancien hôtel de ville de Saint-Denis dans un voyage dans le temps. À travers une douzaine de modèles réduits de bateaux, qu'il a réalisé, l'artiste veut faire découvrir "ce qui, durant plusieurs siècles, a servi à transporter les esclaves" et ainsi, "montrer autrement l'histoire de la traite négrière". L'exposition est à découvrir jusqu'au 12 mai 2012.
Par ailleurs, l'exposition "À fond de cale" s'inscrit dans le cadre de l'année Élie. Pour rappel, condamnés pour avoir participé à la révolte des esclaves de Saint-Leu qui s'est déroulée du 5 au 8 novembre 1811, deux esclaves, Géréon et Jasmin, ont été décapités, le 10 avril 1812, sur la place publique, au lieu des executions du Barachois.
   

1 Commentaire(s)

Duriès Danyèl , Posté
CE QUE JE VOULAIS DIFFUSER DANS CETTE EXPOSITION DES NAVIRES.
Bonjour !
Pour vous dire vrai, mon exposition qui a eu pour origine "DEVOIR DE MÉMOIRE" dont l'objectif fut l' instruction de l'organisation du marché des noirs et leur déportation pour faire "des bêtes de somme", la faisabilité de la traite et la construction de ces navires majestueux, qui se sont transformés en NÉGRIERS.

Mettre en lumière les pays et les hommes qui sont devenus très riches grâce au code noirs promulgués par les états européens et américains.

Démontrant, la puissance de la flotte française, dans le monde et dans le mascareigne au 17ème et au 18ème siècle et qui sont-ils ces hommes qui ont mené ces escadres ? etc....

Et mettre en LUMIÈRE NOS DATES ÉVÉNEMENTIELLES AFIN QUE LES REUNIONNAIS S'APPROPRIENT LEUR HISTOIRE ET PAR LA SUITE SE CONSTRUISENT UNE Véritable IDENTITÉ ET une HISTOIRE , tout cela ne sont pas ÉLUCIDÉS dans cette exposition.

Bien que pour la préparation de cette expo, l'éducation populaire fut donné comme une prérogative, par mes textes sur la traite et l'esclavage, et les dates marquantes, divers lithographies et mes divers photos lors de la construction du négrier.

Je suis déçu qu'on présente cette exposition comme un "artisanat d'art" de qualité de la marine du 17 ème et 18 ème siècle, et mes textes préparés pour l'occasion n'y sont pas.

C'est un verre à moitié vide.(bien vide d'instruction historique)

Parlons du verre à moitié plein

En entrant, la salle vous envoûte d'un silence respectueux, musique son des vagues flux et reflux, craquement des coques des navires, cri et hurlement lointains des esclaves dans les cales, on découvre les bateaux qui nous tirent vers notre histoire, notre mémoire collective, et là, le silence, la réflexion s'installent, on est secoué ....UN RECUEILLEMENT S’installe SUR NOTRE HISTOIRE, UNE RÉFLEXION sur notre MÉMOIRE

MERCI, un grand merci à Jean pour sa visite et pour les photos.

Duriès Danyèl (vous pouvez consulter pour plus d'information ma page fb "kalou maloya)