Culture :

Le marché de l'Océan Indien fait son bilan


Publié / Actualisé
Après une nouvelle série de rencontres, d'échanges, d'idées ou encore de découvertes musicales, le deuxième marché de la musique de l'Océan Indien (IOMMA) s'est terminé le jeudi 31 mai 2012. Les organiAinsi plus de 250 délégués - local, régional et international - ont été reçus pour le plus grand événement professionnel de la musique dans la région Océan Indien. 20 showcases d'artistes en provenance de 10 pays différents se sont tenus.
Après une nouvelle série de rencontres, d'échanges, d'idées ou encore de découvertes musicales, le deuxième marché de la musique de l'Océan Indien (IOMMA) s'est terminé le jeudi 31 mai 2012. Les organiAinsi plus de 250 délégués - local, régional et international - ont été reçus pour le plus grand événement professionnel de la musique dans la région Océan Indien. 20 showcases d'artistes en provenance de 10 pays différents se sont tenus.
Créé pour stimuler l'exposition des artistes, les rencontres professionnelles et le développement de carrières dans la musique, le marché des musiques de l'Océan Indien a également pour objectif "d'enrichir la scène régionale en permettant à ses artistes et ses entrepreneurs de révéler leurs richesses à l'autre et au monde". Les pays participants comprennent Maurice, la Réunion et la France, les Comores, Mayotte, Seychelles, Madagascar, Afrique du Sud, le Swaziland, l'Inde, l'Australie, le Kenya, la Chine, le Japon, Suisse, Pologne, Belgique, Allemagne, le Canada et les États-Unis.

"Une fois de plus nous avons invité et accueilli des professionnels internationaux de la musique bien ciblés pour rencontrer les artistes régionaux et tous les opérateurs de l'industrie musicale. Nous savons qu'il faut faire entendre cette musique afin que celle-ci prenne la place qu'elle mérite sur la scène régionale et internationale", expliquent les organisateurs du IOMMA.

Aussi plus de 300 rencontres professionnelles entre les délégués locaux et régionaux et invités internationaux au cours des trois jours de One 2 One "Speed Dating" ont été organisés.

"Nous avons mis en place des séances d'évaluation pour les projets locaux et régionaux appelés "Diagnostic Box", qui a donné plus de temps pour l'analyse en profondeur des porteurs de projets, et nous avons coordonné des réunions avec des programmateurs de salles et de festivals "Place des tourneurs" pour faciliter la rencontre des artistes avec les personnes les mieux placées dans le domaine", poursuivent les organisateurs.

À noter que des conférences et ateliers sur les thèmes des marchés internationaux de musique, des réseaux professionnels de l'Océan Indien ou encore du marketing par le biais de l'internet et les réseaux sociaux, et le projet de collaboration culturelle spéciale avec la France se sont tenues.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !