La magie MAJA :

Théâtre : le Collectif X dépoussière le mythe du grand méchant loup


Publié / Actualisé
Une mise en scène précise et méticuleuse, fragmentée par des fondus au noir très cinématographiques et des acteurs h abités... Avec "Maja", le collectif X propose dès demain soir, un conte initiatique, poétique, puissant et universel.
Une mise en scène précise et méticuleuse, fragmentée par des fondus au noir très cinématographiques et des acteurs h abités... Avec "Maja", le collectif X propose dès demain soir, un conte initiatique, poétique, puissant et universel.

Si, depuis le XVIIe siècle, les contes sont utilisés pour renforcer l’éducation des plus jeunes, pour ce projet, le Collectif X porté par Maud Lefebvre  bouleverse l’ordre établi en inversant les rôles. Ici c’est Maja qui raconte l’histoire de son père en phase de reconstruction suite à la perte de son épouse. L’enfant devient le narrateur et le père, le héros auquel chacun de nous peut s’identifier.

Porté par un univers onirique fort, Maja est un spectacle d’images à la fois sombre et lumineux, délicat et tout en nuances. Une fable moderne qui dépoussière le mythe du grand méchant loup à l’écriture hautement cinématographique où se succèdent flash-back et boucles temporelles. Un  spectacle d’une heure environ qui s’adresse à toutes les générations (à partir de 9 ans) et dont la finalité est de dissiper tous malentendus entre parents et enfants, car il fait écho à des problématiques propres à l’individu, qu’il soit petit ou grand.

- "Nous forcer à grandir" -

"Quelle que soit notre histoire, Maja nous renvoie forcément à un vécu. Son principe de base est de nous forcer à grandir et d’apprendre sur nous-mêmes pour nous épanouir en tant qu’adultes", indique Maud Lefebvre, metteur en scène du spectacle. Une forme de thérapie par l’échange, une nouvelle manière de dialoguer entre l’enfant et l’adulte qui se retrouvent ici, tous deux sur le même pied d’égalité, pour apprendre à se construire tout au long de leur vie.

Dans sa forme et son propos, le spectacle travaille cette mise à niveau tant sur scène que dans la salle. " À travers ce projet, je recherche une nouvelle manière de dialoguer entre l’enfant et l’adulte. Cela suppose que l’adulte ne se positionne plus comme un éducateur mais comme une personne devant encore se former elle même. Il est en effet plus facile de partager quand on est à égalité ".

- Redonner de la considération au loup -

Quid du loup ? Ce personnage qui en temps normal représente le danger imminent qu’il faut éloigner ou abattre, ici, au contraire l’idée est de lui redonner de la considération. Pendant son parcours, qui s’apparente à une longue épreuve, le père se déconstruit. Progressivement, le loup n’apparaît plus comme un ennemi extérieur mais comme la partie négative du père, qu’il ne peut nier. C’est en prenant conscience de ses imperfections et en les domptant qu’adulte et enfant pourront se construire.
Une variation des contes de notre enfance ? Quelle belle idée que ce chagrin qui hurle et qui aveugle. Pari osé, pari tenu ? À découvrir dès demain soir !

Spectacle à partir de 9 ans.
Mercredi 30 mars à 20h au Théâtre Luc Donat
Jeudi 31 et Vendredi 1er avril à 19h au Théâtre du Grand Marché.

• Synopsis
C’est l’histoire d’un homme très triste parce qu’il pense avoir perdu tout ce qui lui était cher, la femme qu’il aimait. Cependant perdu dans la mélancolie d’un bonheur passé, il ne voyait plus l’enfant qu’il avait eu de cette femme. Par un soir de grand vent,  alors que père et fils mangent dans la cuisine dans une ambiance glaciale, les bourrasques ouvrent violemment la porte, et le loup entre… Le père ne le voit pas, mais l’enfant oui. Semblant affamé, le loup ne bouge pourtant pas. Quelque chose se passe entre l’enfant et la bête. Le père se retourne alors, bondit de sa chaise les mains tremblantes et se précipite sur son fusil. L’enfant le supplie de ne pas tirer, et pourtant. Un orage éteignit les lumières, le père chercha son enfant dans le noir.
Quand la lumière revient, il ne reste plus que le vide et le froid dans la maison. Le père s’avance sur le seuil de la porte et crie de toutes ses forces le nom de son fils : Maja !

• Sous X

Le Collectif X est une compagnie stéphanoise créée en 2013. Ses membres sont principalement issus de l’École de la Comédie de Saint-Étienne et de l’ENSATT, mais viennent également d’autres horizons. Ils nous proposent ici un spectacle onirique destiné aux adultes comme aux enfants. Chaque projet du collectif est porté par l’un de ses membres, puis le travail se fait collectivement. Pour Maja, le collectif est dirigé par Maud Lefebvre.

vw/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !