Islam :

Grande mosquée de Saint-Denis : Iqbal Ingar passe le relais après 12 ans de présidence


Publié / Actualisé
Président de la Grande mosquée de Saint-Denis pendant 12 ans, Iqbal Ingar passe le flambeau à son successeur Ibrahim Fezlé, son premier vice-président pendant six ans. Après trois mandats marqués entre autres par les attentats et la crise sanitaire, Iqbal Ingar espère faire venir les jeunes dans le conseil d'administration de la mosquée, "un sang neuf, pour une meilleure vitalité" selon lui. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Président de la Grande mosquée de Saint-Denis pendant 12 ans, Iqbal Ingar passe le flambeau à son successeur Ibrahim Fezlé, son premier vice-président pendant six ans. Après trois mandats marqués entre autres par les attentats et la crise sanitaire, Iqbal Ingar espère faire venir les jeunes dans le conseil d'administration de la mosquée, "un sang neuf, pour une meilleure vitalité" selon lui. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Son mandat était renouvelable trois fois : voilà qu'Iqbal Ingar arrive au terme et termine un chapitre, celui de la présidence de la Grande mosquée de Saint-Denis. Durant ces 12 années, neuf ans de présidence et trois de vice-présidence. "Je l'avais dit dès le départ, avec les 75% de jeunes que nous avons aujourd'hui dans le conseil d'administration : il faut un sang neuf, pour une meilleure vitalité. Ces jeunes sont formés et tout à fait capables. On est entrés dans un nouveau monde, il faut ramener plus de jeunes" estime l'ex-président, qui a officiellement quitté son poste ce lundi 16 mai 2022.

Il passe la main à Ibrahim Fezlé. Son successeur devient donc le nouveau président de l'association : expert-comptable de métier, il a été premier vice-président pendant six ans. "Il a une bonne expérience et connaît bien les rouages de la gestion" estime Iqbal Ingar, alors que l'association gère cinq mosquées et quatre écoles, et que 50 personnes travaillent avec les membres. La transition se fait en douceur : "80% de l'équipe actuelle continuent" précise Iqbal Ingar qui pour sa part va "prendre le temps de souffler un peu".

Son mandat a notamment été marqué par "des moments très difficiles", à commencer par les attentats. "Incontestablement, cela a entraîné un changement de la fonction de président. Le public regardait d'un autre oeil la gestion des mosquées, et les présidents des mosquées ont été propulsés sur le devant de la scène, comme s'il fallait se justifier à chaque fois. Mais nous avons fait face et à La Réunion, nous ne sommes pas hors la loi, ça a facilité beaucoup de choses" raconte Iqbal Ingar. Autre avantage : "un dialogue constant avec les élus, des échanges avec le préfet mais aussi les médias".

Parmi les projets à venir, l'association doit reconstruire la salle de prière de Moufia "qui n'est pas aux normes" indique l'ex-président de la Grande mosquée. Les travaux vont commencer au mois de juillet et durer un an. D'autres projets sont en cours comme la construction d'un troisième collège, et la fin des travaux des 1000 m2 de la façade de la mosquée, maintenant restaurée.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Bilkiss, Posté
Il faut surtout que la nouvelle mandature fasse un vrai travail sur le renouvellement des imams, du sang neuf est également nécessaire, des jeunes avec une mentalité nouvelle.