Dans le cadre de la biennale de la ville :

Des portraits de "Réunionnaises de la Creuse" exposés à Venise


Publié / Actualisé
Dans le cadre de la biennale de Venise, événement culturel qui se tient jusqu'au 7 novembre 2022 à Venise (Italie), plusieurs manifestations d'art contemporain, de musique ou d'architecture sont proposés dans la ville. On y retrouve notamment une exposition de photos sur des victimes de maltraitance infantile, parmi lesquelles celles de deux "Réunionnaises de la Creuse." (Photo : FEDD)
Dans le cadre de la biennale de Venise, événement culturel qui se tient jusqu'au 7 novembre 2022 à Venise (Italie), plusieurs manifestations d'art contemporain, de musique ou d'architecture sont proposés dans la ville. On y retrouve notamment une exposition de photos sur des victimes de maltraitance infantile, parmi lesquelles celles de deux "Réunionnaises de la Creuse." (Photo : FEDD)

- Les enfants de la Creuse -

Entre 1962 et 1984, plus de 2 000 enfants, nés à La Réunion, ont été transférés de force vers la métropole, afin de repeupler des départements touchés par l'exode rural. Ces enfants, généralement issus de classes pauvres ont formé le contingent des “enfants de l'assistance”.

La majorité des parents étaient convaincus que leurs enfants partaient pour un avenir meilleur et qu'ils reviendraient régulièrement à La Réunion. En réalité, la majorité d'entre eux ne sont jamais revenus sur leur île natale, et n'ont alors jamais pu revoir leurs parents. Cet épisode est connu comme l'affaire des “enfants" ou des "réunionnais" "de la Creuse”.

- Exposition à Venise -

Le photo-reporter italien, Simone Padovani, a décidé de réaliser un portrait de Valérie Andanson et Sylvie Arcos, toutes deux transférées de force en métropole à leur plus jeune âge, dans les années 60.

"Il m'a demandé de fermer les yeux et de repenser à tout ce que j'ai vécu. Au moment où je les ai rouverts, toute l'émotion enfouie en moi est ressortie, c'est à ce moment-là qu'il m'a prise en photo", confie Valérie Andanson.

Ce portrait est désormais exposé à la biennale de Venise, en compagnie de celui de Sylvie Arcos, et d'une soixantaine d'autres victimes de maltraitance infantile. La FEDD, (fédération des enfants déracinés des DROM), dont Valérie Andanson est secrétaire, a rejoint un vaste mouvement européen de lutte contre les violences faites aux enfants, duquel est né le projet d’une exposition de photos.

Valérie Andanson a été invitée au vernissage de l'exposition à Venise, samedi 21 mai dernier. Pour elle, ces portraits s'inscrivent "dans la continuité des combats menés depuis plusieurs années par la FEDD  en faveur de la reconnaissance de l'histoire des enfants de la Creuse". Elle reçoit cet hommage avec beaucoup d'émotion, comme "une forme de reconnaissance, qui n'effacera toutefois jamais cet épisode de sa vie ancré à tout jamais dans sa mémoire".

- L'histoire de Valérie Andanson -

Valérie Andanson fait donc partie de ces enfants, natifs de La Réunion, transférés dans l'Hexagone. Âgée de seulement trois ans, la jeune fille fut arrachée à ses parents respectifs, puis placée dans une première famille d'accueil dans la Creuse. Pendant quatre ans, elle dut subir des violences physiques de la part d'un père de famille adoptif violent. A sept ans, elle a été transférée dans une nouvelle famille, plus aimante, mais qui lui a toujours caché la vérité, en lui faisant croire qu'ils étaient ses vrais parents.

C'est seulement à l'âge de seize ans qu'elle découvre, par hasard, un document montrant qu’elle a été adoptée. Tiraillée entre la tristesse et la colère, Valérie Andanson est alors entrée en quête de reconstituer sa véritable histoire.

Aujourd'hui devenue secrétaire de la FEDD, elle œuvre à ce que l'histoire des enfants réunionnais exilés de force dans les années 60, 70 et 80 soit reconnue.

- Un devoir de mémoire -

Cette exposition marque la continuité d'un devoir de mémoire, entamé en 2014, lorsque l'Assemblée Nationale adoptait une résolution mémorielle reconnaissant que l'état français avait "manqué à sa responsabilité morale", puis en 2017, par l'intermédiaire d'une lettre rédigée par Emmanuel Macron à destination de la FEDD, reconnaissant que cette politique avait été "une faute". Plus récemment, le 17 février 2022, une stèle a été inaugurée à l'aéroport d'Orly en mémoire des enfants de la Creuse.

Voir aussi : Aéroport d'Orly : une stèle inaugurée en mémoire des enfants de la Creuse

Ces portraits, exposés à Venise jusqu'au 7 novembre 2022, devraient ensuite sillonner différentes villes européennes. De son côté, Valérie Andanson rêve de les voir exposés un jour à La Réunion.

En attendant que son souhait se réalise, la FEDD a déjà prévu plusieurs événements mémoriels dans les prochains mois : un colloque européen le 3 septembre 2022 à l'hôtel de ville de Paris, une commémoration des "enfants de la Creuse" le 20 novembre 2022 à la mairie Saint-Denis ou encore une comédie musicale co-organisée par la fédération en décembre 2022, à La Réunion.

tr/www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !