Enquête sur le vol MH370 (Actualisé à 13h40) :

Les recherches aériennes ont commencé


Publié / Actualisé
Le CASA, un avion de l'armée, a décollé de la base aérienne de Sainte-Marie et a entamé des recherches autour des côtes réunionnaises ce vendredi 7 août 2015 en milieu de journée. Plus tôt dans la matinée, un bateau de la gendarmerie avait croisé au large de Saint-André.
Le CASA, un avion de l'armée, a décollé de la base aérienne de Sainte-Marie et a entamé des recherches autour des côtes réunionnaises ce vendredi 7 août 2015 en milieu de journée. Plus tôt dans la matinée, un bateau de la gendarmerie avait croisé au large de Saint-André.

"A la demande du Président de la République et du Premier ministre, et pour répondre aux besoins de l’enquête, il a été décidé de déployer des moyens aériens et maritimes supplémentaires afin de détecter la présence éventuelle de nouveaux débris au large de la Réunion. Un aéronef de type Casa survolera la zone dès demain matin" déclaraient dans un communiqué commun publié jeudi soir les ministres français de la Défense, des Outre-mer et des Tranports. "Le préfet de la Réunion coordonnera ces opérations qui feront intervenir les forces armées de la zone Sud de l’Océan Indien (Fazsoi - ndlr). Des opérations de la Brigade de Gendarmerie du Transport aérien sont également menées" ajoutait le communiqué

"Nous attendons la demande de concours formulée par la préfecture" ont indiqué les services de presse de l'armée ce vendredi en début de matinée. "Nous mettons tout en œuvre pour pouvoir réagir rapidement et mettre à disposition tous les moyens adaptés à la demande de concours" ont-ils ajouté les services de presse de l'armée.

Soulignant que le temps est globalement couvert sur l’île, ces services ont précisé "nous devons aussi faire face à de contingences en termes de météo. Ce matin, les conditions ne sont pas optimales pour un vol ou pour la mobilisation d’un bâtiment de la marine nationale" et pour le moment "il n’y a pas de troupes au sol pour le moment". Interrogée un peu plus tard dans la matinée sur la présence d'un bateau de la gendarmerie au large de Saint-André, l'armée a souligné "personne n'a entamé de recherches pour le moment".

Une conférence de presse doit avoir lieu en préfecture ce vendredi après-midi. Le détail du dispositif de recherches devrait alors être connu.

La Malaisie a annoncé jeudi que le fragment d'avion trouvé le 29 juillet sur une plage de l'île française de la Réunion provenait bien du Boeing de Malaysia Airlines disparu le 8 mars 2014, première preuve que l'appareil s'est abîmé dans l'océan Indien, suscitant l'espoir de résoudre l'une des plus grandes énigmes de l'aviation, note l'AFP.

Pour leur part, les autorités australiennes, qui dirigent les opérations internationales pour retrouver l'avion parti de Kuala Lumpur pour Pékin avec 239 personnes à bord (vol 370), se sont déclarées à nouveau persuadées de le chercher au bon endroit.

La découverte du fragment d'aile "semble bien montrer que l'avion s'est abîmé, plus ou moins là où l'on pensait qu'il était tombé, et cela montre pour la première fois que nous sommes peut-être un peu plus près de résoudre ce mystère déconcertant", a déclaré le Premier ministre australien, Tony Abbott, cité par l'AFP

A noter que la commune de Saint-André, là où a été retrouvé le morceau d'aile, a annoncé ce jeudi le lancement de "fouilles minutieuses" sur le littoral dès ce lundi matin.

Pour leur part, les promeneurs et joggers du littoral continuent de trouver des objets pouvant provenir du vol MH370. Ce vendredi matin, un marcheur a repéré sur le littoral de l'Etang-Salé une bouteille provenant de Malaisie et similaire à celles déjà trouvées à Saint-André et à Bras Panon.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !