Enquête sur le MH370 (Actualisé à 20h) :

Rotations de l'avion militaire - Les recherches suspendues jusqu'à dimanche


Publié / Actualisé
Entamées en milieu de journée ce vendredi 7 août, les recherches aériennes menées par l'armée pour retrouver d'éventuels débris du vol MH370 ont été suspendues en fin d'après-midi. Elles reprendront dimanche, précisent les Fazsoi (forces armées de la zone sud de l'océan indien). Seul le Casa, un avion militaire, sera engagé dans les recherches. Les bateaux de la marine natonale ne seront mobilisés qu'en cas de repérage de débris dans les eaux. La préfecture a précisé dans la soirée de vendredi que "à minima les forces de la gendarmerie seront mobilisés à pied" et que "la mobilisation des moyens aériens et maritimes dépendra de la météo"
Entamées en milieu de journée ce vendredi 7 août, les recherches aériennes menées par l'armée pour retrouver d'éventuels débris du vol MH370 ont été suspendues en fin d'après-midi. Elles reprendront dimanche, précisent les Fazsoi (forces armées de la zone sud de l'océan indien). Seul le Casa, un avion militaire, sera engagé dans les recherches. Les bateaux de la marine natonale ne seront mobilisés qu'en cas de repérage de débris dans les eaux. La préfecture a précisé dans la soirée de vendredi que "à minima les forces de la gendarmerie seront mobilisés à pied" et que "la mobilisation des moyens aériens et maritimes dépendra de la météo"

 

Pour rappel,  Les ministres français de la Défense, des Outre-mer et des Tranports ont annoncé jeudi soir que de nouveaux moyens de recherches par les airs en mer et sur terre sont déployés à La Réunion suite à la confirmation par la Malaisie que le débris d'avion retrouvé à Saint-André provient bien du vol MH370. Le préfet Dominique Sorain a tenu une conférence de presse ce vendredi après-midi pour détailler le dispositif de recherches mis en place (Photo - P. Becot - FAZSOI)

Les principaux points de la conférence de Dominique Sorain, préfet de La Réunion

• Les moyens mis en œuvre pour les recherches

Un certain nombre de moyen ont été ou vont être déployés. Il y a notamment un avion de tye Casa (avion tactique militaire - ndlr) capable de patrouiller en mer. Aujourd’hui, cet avion est en vol avec 13 hommes à bord. Nous avons mobilisés également une hélicoptère de la marine nationaleainsi que des moyens nautiques avec des patrouilleurs côtiers, La gendarmerie nationale mobilise de son côté une vedette côtière, 2 hélicoptères et des moyens terrestres pour patrouiller sur le littoral. Ces effetifs pourront être compléter par ceux de la police.

• La zone où ont lieu les recherches

Ces recherches ont commencé et vont se développer au cours de la semaine à venir. Cela couvrira une zone de patrouille situé à l’Est de l’île de La Réunion soit environ 100 km sur 60 km. Nous effectuons des recherches en surface. Nous ne recherchons pas une épave d'avion mais des débris.

• Pourquoi la zone a été délimitée de cette façon

Cette zone tient compte de la circulation des courants qui ont emmené le débris sur la plage de Saint-André. Notre objectif est de retrouver des débris correspondant à la pièce qui été trouvée et qui fait l’objet d’une enquête judiciaire. Il s'agit d'claircir les conditions de disparition de l’avion.

• La durée des recherches

Les recherches vont d'abord durer une semaine, le temps de tirer les premières conclusions et éventuellement d’identifier des débris en surface ou sur le littoral.

• Comment seront récupéré les débris éventuels

Si des débris sont détectés en mer par l’avion de patrouille, il est possible d’envoyer un hélico pour procéder à une identification beaucoup plus précise. Si cela est justifié, un patrouilleur ira relever le débris en mer. Mais les recherches vont également continuer sur le littoral.

• Des recherches en coopération avec Maurice

Maurice, a indiqué qu’il allait effectuer  des recherches. D'ailleurs aujourd’hui qu’un avion mauricien était sur la zone. Dans le cadre d’un entrainement prévu de longue date. Des contacts ont eu lieu avec cet avion. Les recherches menées par La Réunion iront jusqu'à la limite de la zone dont Maurice est chargée. Nous allons aussi bien sûr développer les liaisons avec les pays environnants pour examiner dans quelles conditions ils travaillent exactement sur cette recherche de débris.

• Sur la recherche et la récupération des débris par des particuliers

Un certain nombre de débris ont été transmis à la BGTA (brigade de gendarmerie des transports aériens - ndlr). Cela concerne 90 débris environ. Il s’agit souvent de de micro-pièces qui n'ont pas la taille du flaperon (morceau d'aile - ndlr) qui  a été retrouvé. Pour l’instant, il n’y a aucun identification de ces débris. Les expertises sont en cours dans le cadre de la procédure judiciaire. Pour le cas où une personne trouverait un objet pouvant appartenir à un avion, il faut appeler le 17 où elle sera mise en contact avec la police ou la gendarmerie. Les gendarmes vérifieront et les éventuels débris seront esnuite confiés à la BGTA qui est chargée de l'enquête.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !