Tribune libre de Lydia Doloir et Daniel Pouny :

Notre département détient le triste record du nombre de violences conjugales


Publié / Actualisé
Dans un long communiqué d'alerte, les deux procureurs de l'île ont alerté la population contre le manque de moyens permettant de lutter efficacement contre le fléau des violences conjugales, malgré certaines initiatives locales. (Photo : DR)
Dans un long communiqué d'alerte, les deux procureurs de l'île ont alerté la population contre le manque de moyens permettant de lutter efficacement contre le fléau des violences conjugales, malgré certaines initiatives locales. (Photo : DR)

Nos magistrats constatent que la lutte contre les violences conjugales doit passer par la mobilisation générale de l’ensemble des acteurs concernés et, parmi ces acteurs, nous retrouvons en première place le Département de la Réunion, de par sa compétence en faveur de l’enfance et de la famille.

En parallèle, les associations réunionnaises qui évoluent dans ce domaine délicat sont unanimes pour dire que les moyens financiers manquent cruellement pour leur permettre de mener à bien leurs actions.  

Il s’agit donc, pour notre territoire départemental, au-delà des moyens de la justice, de l’Etat, des structures d’accueil et de soin… de dégager des moyens financiers conséquents pour le monde associatif, compétent en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.

Mais potentiellement ces moyens sont là !

Des femmes et hommes politiques, candidat aux élections départementales des 20 et 27 juin prochain, ont à cœur, au côté des associations et institutions, de contribuer à la recherche de ces moyens financiers en vue de la résolution de ce problème majeur.

C’est ainsi que Lydia Doloir et moi-même, Daniel Pouny, candidats à cette élection départementale, sur le canton 04 de Saint-Denis, proposons en point numéro un dans notre programme électoral, intitulé ‘’Le bien-être social pour tous’’,  applicable à l’ensemble du département, que 5 % du budget global du département, soit 55 millions d’euros répartis sur la mandature, soient affectés à cette cause en plus de ce qui existe déjà, pour lutter contre ce fléau.

Aussi, si nous sommes élus, chaque année, nous mettrons 10 millions d’euros supplémentaires sur la table pour soutenir les actions de terrain des associations qui œuvrent dans ce domaine.

Le bien-être est l’affaire de tous, le bien-être se partage. si nous sommes élu, notre action " Réduire toutes formes de violences " sera déclarée grande cause de la mandature.
                                                                                                              
Lydia Doloir et Daniel Pouny

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !