Ventes au déballage :

Les petits commerçants protestent


Publié / Actualisé
Au cours d'une conférence de presse, ce jeudi 16 octobre 2008, la Fédaction, collectifs de petits commerçants, d'artisans et de travailleurs indépendants, s'est opposée fermement aux "ventes au déballage", c'est-à-dire les ventes de marchandises des grandes surfaces sur leurs parkings. Cette "extension des surfaces de ventes" est rendue possible par la Loi de modernisation de l'Economie, adoptée en août dernier. Une concurrence déloyale, estiment les petits commerçants, qui appellent à la manifestation le 27 octobre. Dans un communiqué en réponse à cette prise de position, le président de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de la Réunion dénonce, ce jeudi, "la montée des corporatismes et du populisme".
Au cours d'une conférence de presse, ce jeudi 16 octobre 2008, la Fédaction, collectifs de petits commerçants, d'artisans et de travailleurs indépendants, s'est opposée fermement aux "ventes au déballage", c'est-à-dire les ventes de marchandises des grandes surfaces sur leurs parkings. Cette "extension des surfaces de ventes" est rendue possible par la Loi de modernisation de l'Economie, adoptée en août dernier. Une concurrence déloyale, estiment les petits commerçants, qui appellent à la manifestation le 27 octobre. Dans un communiqué en réponse à cette prise de position, le président de la Chambre de Commerce et de l'Industrie de la Réunion dénonce, ce jeudi, "la montée des corporatismes et du populisme".
Ibrahim Patel, président de la Fédaction (Fédération Départementale des Associations d'Artisans, de Commerçants et de Travailleurs Indépendants organisés de la Réunion), s'érige contre les ventes au déballage, qui pourraient avoir lieu avant les fêtes de fin d'année.
"Des demandes d'autorisations pour ces ventes ont obtenu un avis favorable de la CCIR. Nous demandons au préfet de faire preuve de sagesse en les empêchant", déclare Ibrahim Patel.
Les grandes surfaces demandent l'autorisation de procéder à des ventes de fruits et légumes sur une partie des parkings, à l'approche de Noël. "C'est la période, qui nous pose problème, explique Ibrahim Patel. C'est une période faste pour les petits commerces et là, ça va créer une concurrence difficile." Une concurrence qui touchera tous les secteurs, si l'on en croit le président de la Fédaction, qui estime que "la stratégie des grandes surfaces, c'est de vendre au déballage des fruits et légumes pour attirer le consommateur, qui ensuite, n'a qu'un pas à faire pour entrer dans le supermarché. Il ne faut pas oublier que les grandes surfaces ont en moyenne 1500 mètres carrés de surface non alimentaire." Les petits commerçants craignent ainsi une "évasion de la clientèle vers la périphérie, qui dépeuplerait le centre-ville en cette période de fête. "

Dans un communiqué publié ce jeudi 16 octobre, Eric Magamootoo, le président de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion fustige la "montée des corporatismes". Il ajoute qu'il est "normal que face à la crise de surproduction des letchis en fin d'année, nous puissions donner un coup de main à nos amis agriculteurs et producteurs locaux et je propose même, que les acteurs économiques des centres-villes participent à cet effort de solidarité en organisant des animations sur le thème "fruits et terroir réunionnais".
La Fédaction craint une baisse de 15 à 20 % du chiffre d'affaires des petits commerçants si ces ventes au déballage sont autorisées. "Défendre les petites entreprises, c'est sauver des emplois ", déclare Ibrahim Patel.
Eric Magamootoo a récemment écarté Ibrahim Patel, président de la commission commerce à la CCIR, lui enlevant ses attributions, en partie en raison de ce conflit sur les ventes au déballage.

Le président de la chambre consulaire affirme, dans le communiqué, sa volonté de mener "un travail de fond pour développer le commerce de proximité", appelant au "rassemblement et non à la division" en ces temps de crise.
Inquiets, les 45 associations et syndicats réunis au sein de la Fédaction appellent à la manifestation le 27 octobre, de l'Hôtel de ville, à la préfecture, pour demander au préfet de ne pas autoriser les ventes au déballage.

IMAZ PRESS REUNION - HTTP://WWW.IPREUNION.COM
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !