Economie - Impôts locaux :

Flambée des taxes foncières


Publié / Actualisé
L'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) vient de publier sa 4ème édition de l'observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties. Elle recense le taux d'augmentation de cette taxe entre 2004 et 2009 dans les 50 plus grandes villes de France parmi lesquelles Saint-Denis et Saint-Paul. Le constat est alarmant puisqu'en 5 ans, certains propriétaires ont vu leur cotisation de taxe foncière augmenter de près de 50% au niveau national. C'est à Paris que la taxe a le plus fortement progressé (+65,49%). Saint-Paul se classe 23ème (+ 23,23%) et Saint-Denis 41ème (+19,09%).
L'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) vient de publier sa 4ème édition de l'observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties. Elle recense le taux d'augmentation de cette taxe entre 2004 et 2009 dans les 50 plus grandes villes de France parmi lesquelles Saint-Denis et Saint-Paul. Le constat est alarmant puisqu'en 5 ans, certains propriétaires ont vu leur cotisation de taxe foncière augmenter de près de 50% au niveau national. C'est à Paris que la taxe a le plus fortement progressé (+65,49%). Saint-Paul se classe 23ème (+ 23,23%) et Saint-Denis 41ème (+19,09%).
L'étude montre aussi l'évolution de la taxe foncière entre 2004 et 2009 dans les communes d'une même région. Ainsi, à La Réunion, c'est à Sainte-Suzanne que cette taxe a le plus fortement augmenté (+43,52 entre 2004 et 2009) pour atteindre 29,29%. A contrario, l'évolution est la plus faible à Bras-Panon (+16,73% entre 2004 et 2009) pour atteindre 33,32%.

Pour l'Unpi, cette envolée s'explique par une "hausse déraisonnable des taux d'imposition votés par les collectivités territoriales" (commune, département, région) ainsi que la revalorisation annuelle de la base d'imposition par l'Etat (+2,5% en 2009 contre + 1,6% en 2008). Elle craint même une "envolée" du montant de cette taxe avec le gel des aides étatiques aux collectivités. Pour l'heure, cette hausse des taux d'imposition a été plutôt modérée à La Réunion.

Le taux d'imposition régional en 2009 était de 2,66% à La Réunion. L'île était la 21ème région ayant le taux le plus haut. L'évolution du taux d'imposition régional sur l'île entre 2004 et 2009 est parmi les plus faibles de France avec une hausse de 5,14%. La région où ce taux a flambé le plus est le Languedoc-Roussillon avec une hausse de 90,59%.

Concernant le taux d'imposition départemental, il atteignait 8,39% en 2009 à La Réunion. Là encore, notre île fait figure de bonne élève puisqu'elle se situe dans la moitié inférieure du classement des taux les plus importants. Mais même si La Réunion reste en bonne place sur le classement 2009, son taux d'imposition départemental a connu une forte augmentation entre 2004 et 2009, de l'ordre de 41,96%. C'est la 3ème évolution la plus forte derrière les Bouches-du-Rhone (51,75%) et le Nord (44,50%).

L'étude de l'UNPI recense également le taux d'imposition voté par les 50 plus grandes communes de France qui comprend, pour rappel, Saint-Denis et Saint-Paul. La plus grande commune réunionnaise enregistrait en 2009 un taux de 22,65%, ce qui la classe à la 29ème position sur les 50 plus grandes communes de France. Ce taux n'a pas changé entre 2004 et 2009. Saint-Paul se classe 19ème avec un taux de 24,90% en 2009, soit une progression de 5,46% entre 2004 et 2009.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !