Projet de vente d'Edena à Marbour :

La mairie du Port est contre


Publié / Actualisé
Le projet de vente d'Edena au groupe Marbour suscite l'inquiétude et l'opposition de la Ville du Port. Dans un communiqué publié ce mardi 1er février 2011, la municipalité portoise, propriétaire des sources Blanche et Denise et fournisseur exclusif de la matière première à Edena estime que cette opération ne semble pas "apporter toutes les garanties nécessaires à la pérennité de l'exploitation de la société Edena".
Le projet de vente d'Edena au groupe Marbour suscite l'inquiétude et l'opposition de la Ville du Port. Dans un communiqué publié ce mardi 1er février 2011, la municipalité portoise, propriétaire des sources Blanche et Denise et fournisseur exclusif de la matière première à Edena estime que cette opération ne semble pas "apporter toutes les garanties nécessaires à la pérennité de l'exploitation de la société Edena".
Le 18 janvier dernier, le Journal de l'île indiquait la vente de la société pour l'exploitation et le développement des eaux de source (Edena) au groupe Marbour, présent à La Réunion via la Soboriz et la société de production des huiles de Bourbon. Cette dernière commercialise notamment les produits Lesieur, Corbeille d'Or ou le Forban. Le montant de la transaction n'est pas connu. Un seul chiffre est connu, le prix fixé par la famille Suming, actionnaire principale d'Edena, à savoir 12 à 15 millions d'euros. Ce qui pourrait également être le prix d'achat d'Edena.

Constatant "l'impact négatif" des mouvements de capitaux liés à la mondialisation, la municipalité portoise estime que "le projet de vente de la société Edena au groupe familial Marbour s'inscrit dans ce contexte. "La société Edena, un des fleurons de l'industrie réunionnaise, ne risque‐t‐elle pas de se retrouver sous la coupe de capitaux extérieurs (...) ?", s'interroge la commune de l'Ouest.

Elle rappelle ensuite le sort de la société sucrière de Quartier Français, vendue au groupe international Tereos. "Voilà un exemple de plus des effets pervers de la mondialisation car il apparaît désormais évident que cette opération ne s'explique que par des enjeux financiers et a pour conséquence directe d'avoir dessaisi les Réunionnais de l'industrie locale du sucre au profit d'une société concurrente", juge la Ville du Port.

Le communiqué poursuit : "cette perte de contrôle sur l'industrie sucrière est un coup porté au patrimoine économique et industriel de notre île. C'est pourquoi la reprise éventuelle de la société Edena par le groupe Marbour suscite nos plus vives inquiétudes et ne peut recueillir notre adhésion car cette opération ne nous semble pas apporter toutes les garanties nécessaires à la pérennité de l'exploitation de la société Edena".

La mairie du Port termine en rappelant que la "base de cette déclaration repose sur la constante préoccupation pour le maintien et le développement de l'activité économique réunionnaise ainsi que sur la détermination à oeuvrer pour la sauvegarde des emplois dans le contexte difficile que connaît notre société confrontée à un système économique tributaire de la mondialisation et peu soucieux de progrès social".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !