Grogne contre le prix des carburants (actualisé à 18 heures) :

Vers une bouteille de gaz à 15 euros


Publié / Actualisé
Ce lundi 6 février 2012, dans l'après-midi, après plus de deux heures de réunion au siège de la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) à Saint-Denis sur la problématique du prix des carburants, une première proposition a été formulée aux transporteurs et aux représentants des associations des consommateurs. Une proposition qui porte sur le prix d'une bonbonne de gaz à 15 euros et d'une baisse de 5 à 6 centimes sur le prix des carburants pour les transporteurs. Après s'être concertés à l'abri des regards, ces derniers n'auraient pas encore donné leur accord. Les négociations se poursuivent. Pour rappel, après avoir claqué la table ronde ce matin, une délégation de transporteurs était retournée vers 15h20 à la table des négociations, qui cette fois se tient en présence de Didier Robert, président de la Région, et Nassimah Dindar, présidente du conseil général. Le préfet Michel Lalande est également de la partie.
Ce lundi 6 février 2012, dans l'après-midi, après plus de deux heures de réunion au siège de la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) à Saint-Denis sur la problématique du prix des carburants, une première proposition a été formulée aux transporteurs et aux représentants des associations des consommateurs. Une proposition qui porte sur le prix d'une bonbonne de gaz à 15 euros et d'une baisse de 5 à 6 centimes sur le prix des carburants pour les transporteurs. Après s'être concertés à l'abri des regards, ces derniers n'auraient pas encore donné leur accord. Les négociations se poursuivent. Pour rappel, après avoir claqué la table ronde ce matin, une délégation de transporteurs était retournée vers 15h20 à la table des négociations, qui cette fois se tient en présence de Didier Robert, président de la Région, et Nassimah Dindar, présidente du conseil général. Le préfet Michel Lalande est également de la partie.
C'est aux alentours de 17 heures 30 que Nassimah Dindar, présidente du conseil général, est venue annoncer les modalités de cette première proposition. Une proposition qui porte, selon l'expression de la présidente de la collectivité, sur une baisse du prix de la bouteille de gaz "pour que tous les Réunionnais ne paient plus au dessus de 15 euros". Elle s'est également félicitée "d'une discussion ouverte et en bonne voie". Selon les premières informations, cette baisse aurait déjà été actée par le Département et la Région Réunion.

Une baisse de 5 centimes sur le prix des carburants pour les transporteurs et de 6 centimes pour les taxiteurs a également été proposée. Les professionnels de la route ne se sont pas encore prononcés sur la question. Après s'être concertés à l'abri des regards, ces derniers sont retournés à la table des négociations.

Pour rappel, les transporteurs réclament une baisse de 25 centimes pour tous sur le prix de l'essence et la mise en vente de la bouteille de gaz à 15 euros au lieu de 21,76 euros actuellement.

Ce lundi matin, les transporteurs, les associations de consommateurs et les autorités s'étaient réunis lors d'une table ronde dans les locaux de la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) à Saint-Denis. Table ronde qui n'aura duré en tout et pour tout que quinze minutes. En cause : l'absence de Didier Robert, président de Région, et de Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, alors que les transporteurs avaient demandé qu'ils soient tous deux présents. "On avait fourni une liste des personnes que l'on désirait voir à cette table ronde. Didier Robert et Nassimah Dindar en faisaient partie et jouent à la politique de la chaise vide. Ils ne peuvent pas déléguer leur responsabilité à des représentants. On se sent méprisé aujourd'hui", s'insurgeait alors Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR (fédération nationale des transports routiers).



Dans le même temps, une opération escargot d'une centaine de camions prenait place entre le Port et Saint-Denis. Après avoir rejoint ce convoi aux alentours de 11h30, les transporteurs et les associations de consommateurs avaient bloqué la circulation sur le Barachois à Saint-Denis pendant près d'une heure. Ils réclamaient une audience auprès du préfet avant de reprendre la route aux alentours de 12h40.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !