Le Port - Grève des employés de la SGM :

Le préfet souhaite que la médiation trouve une issue rapide


Publié / Actualisé
Depuis le 11 juin 2012, l'activité de la société Georges Michel (SGM), l'un des quatre manutentionnaires du port, est paralysée par un mouvement social, et le conflit empêche plusieurs navires d'être déchargés. Michel Lalande, préfet de La Réunion, attentif aux conséquences économiques et sociales potentielles de ce conflit appelle les parties à la responsabilité. Le préfet souhaite que la médiation en cours, sous l'égide de l'inspection du travail de La Réunion, entre la direction de l'entreprise et les organisations syndicales représentatives, permette de trouver une issue rapide à ce différend salarial.
Depuis le 11 juin 2012, l'activité de la société Georges Michel (SGM), l'un des quatre manutentionnaires du port, est paralysée par un mouvement social, et le conflit empêche plusieurs navires d'être déchargés. Michel Lalande, préfet de La Réunion, attentif aux conséquences économiques et sociales potentielles de ce conflit appelle les parties à la responsabilité. Le préfet souhaite que la médiation en cours, sous l'égide de l'inspection du travail de La Réunion, entre la direction de l'entreprise et les organisations syndicales représentatives, permette de trouver une issue rapide à ce différend salarial.
Pour rappel, depuis le lundi 11 juin 2012, les dockers de la SGM sont en grève. Soutenus par l'intersyndicale (CGTR, FO, CFE CGC, CFTC), les grévistes réclament une augmentation de salaire de 4%. Jusqu'à présent, les réunions de négociations n'ont rien donné. Conséquences de ce mouvement, les conteneurs ne sont plus déchargés, ni livrés.



   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !