TPE-PME :

Le Collectif Sauvons nos entreprises reçu par Éricka Bareigts


Publié / Actualisé
Ce samedi 4 août 2012, des chefs d'entreprises issus du Collectif Sauvons nos entreprises ont été reçus par Éricka Bareigts. Il s'agissait, pour ces derniers, de faire part à la députée socialiste des difficultés économiques qu'ils rencontrent. Le collectif demande notamment l'abandon des dettes sociales et fiscales avec l'effacement des inscriptions de privilèges et l'arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaires en cours. Il est ressorti satisfait de cette réunion. "Nous avons été entendus", indique Hermann Élise, président du syndicat VTR (Vigilance des terrassiers de La Réunion) et membre du syndicat.
Ce samedi 4 août 2012, des chefs d'entreprises issus du Collectif Sauvons nos entreprises ont été reçus par Éricka Bareigts. Il s'agissait, pour ces derniers, de faire part à la députée socialiste des difficultés économiques qu'ils rencontrent. Le collectif demande notamment l'abandon des dettes sociales et fiscales avec l'effacement des inscriptions de privilèges et l'arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaires en cours. Il est ressorti satisfait de cette réunion. "Nous avons été entendus", indique Hermann Élise, président du syndicat VTR (Vigilance des terrassiers de La Réunion) et membre du syndicat.
Après la préfecture ce jeudi 2 août, le collectif Sauvons nos entreprises avait rendez-vous au siège du parti socialiste à Saint-Denis ce matin. Durant près deux heures, les chefs d'entreprises présents ont expliqué leur situation.

Selon Hermann Élise, présent à cette réunion, la députée s'est dite sensible à leurs doléances et a indiqué qu'elle allait les aider. "Satisfait", le membre du collectif note que la parlementaire s'est montrée "très au courant de la situation" et a assuré qu'elle "ne voulait pas d'astuces mais une solution pérenne jusqu'au démarrage de la commande publique". "Nous espérons de vraies mesures pour aider les entreprises", ajoute-t-il, avant de souligner que "les projets en cours, comme la nouvelle route du littoral, doivent voir le jour, sous peine de tuer les petites entreprises".

Pour rappel, le collectif réclame l'abandon des dettes sociales et fiscales avec l'effacement des inscriptions de privilèges, l'arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaires en cours, la délivrance des attestations de régularité pour pouvoir répondre aux appels d'offre ainsi que d'autres mesures pour assainir de manière pérenne la situation économique de La Réunion.

Ce jeudi 2 août 2012, il avait notamment participé à une table ronde en préfecture. Un protocole d'accord avait été signé. Les représentants des chambres consulaires, des organismes fiscaux et sociaux et le préfet s'étaient accordés à considérer des mesures d'accompagnement pour la sauvegarde des TPE-PME. Il avait été alors décidé d'organiser un diagnostic précis de la situation de ces entreprises pour déterminer les solutions qui pourraient être mises en place en attendant la relance économique générée par le démarrage des grands chantiers. Ce diagnostic sera établi au mois d'août.

"Nous ne baissons pas les bras", termine Hermann Élise. Une nouvelle réunion doit se tenir ce lundi 6 août à la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !