Législatives - Huguette Bello et Patrick Lebreton élus au 1er tour :

Le PCR et l'UMP à terre, le PS en l'air


Publié / Actualisé
Jamais le Parti socialiste ne s'est trouvé dans une position aussi favorable au soir d'un premier tour des législatives, alors que l'UMP encaisse une défaite historique et que le PCR, écrasé dans ses fiefs par Huguette Bello, ne sera plus représenté à l'Assemblée nationale.
Jamais le Parti socialiste ne s'est trouvé dans une position aussi favorable au soir d'un premier tour des législatives, alors que l'UMP encaisse une défaite historique et que le PCR, écrasé dans ses fiefs par Huguette Bello, ne sera plus représenté à l'Assemblée nationale.
Patrick Lebreton réélu, Ericka Bareigts, Monique Orphé, Jean-Jacques Vlody et Jean-Claude Fruteau en ballottage favorable : dans la dynamique de l'élection de François Hollande à l'Elysée, le Parti socialiste est en passe de triompher aux législatives à la Réunion.

Rien n'est encore gagné pour Ericka Bareigts à Saint-Denis, où Nassimah Dindar, arrivée de justesse en deuxième position, jouera une partition de droite pour rallier les électeurs de René-Paul Victoria, le sortant UMP, battu sans gloire. La partie s'annonce un peu plus serrée dans la 3ème circonscription, où Jean-Jacques Vlody confirme son ancrage électoral et affrontera le revenant André Thien-Ah-Koon.

Ces législatives 2012 pourraient marquer un tournant majeur de la vie politique réunionnaise : l'installation du leadership du PS sur la gauche réunionnaise, dominée depuis soixante ans par le PCR. Ce dernier a beaucoup perdu, dimanche soir. Jean-Yves Langenier a été laminé par Huguette Bello dans la 2ème circonscription et aucun de ses candidats n'accède au second tour. 15% pour Elie Hoarau dans la 4ème, 12% pour Fabrice Hoarau dans la 7ème : le parti de Paul Vergès ne pèse plus grand chose. La dissidence d'Huguette Bello lui sera-t-il fatal ? En refusant l'investiture à cette dernière, en envoyant au combat contre elle un candidat d'une envergure insuffisante, le PCR s'est précipité dans une impasse et se trouve réduit à faire l'appoint pour le PS au deuxième tour.

Le carton pourrait être presque plein pour la majorité présidentielle le 17 juin. La participation en berne (46%) témoigne-t-elle d'une démission de l'électorat de droite ? Toujours est-il que l'UMP est " au fond du caniveau ", selon le mot de Jean-Claude Lacouture, qui aura fort à faire dimanche prochain pour rattraper le retard pris sur Thierry Robert, le maire Modem de Saint-Leu. Si ce dernier l'emporte, l'ex-parti présidentiel n'enverra aucun député réunionnais à l'Assemblée nationale : du jamais vu pour la droite locale.

Autre situation inédite : la Réunion pourrait être représentée par trois femmes, sur sept sièges, au palais Bourbon au cours des cinq prochaines années. Retour à la normale, en revanche, pour l'influence du Front national. Après la poussée lepéniste du premier tour de la présidentielle, ses candidats ont plafonné à 3% dimanche soir. Tout comme les candidats écologistes, qui ne parviennent pas à confirmer l'embellie des européennes de 2009.





   

1 Commentaire(s)

Aldanne, Posté
Je puis dire BRAVO Mme BELLO Voilà ce qu'il arrive lorsque l'on veut mettre le bâton dans les roues .