Législatives - La valse des soutiens continue :

Le monde fou, fou, fou de la politique


Publié / Actualisé
Entre deux tours d'élections, les soutiens politiques s'affichent et surgissent parfois de toutes parts. Et ces élections législatives n'échappent pas à la règle. Des soutiens logiques pour certains candidats, et d'autres qui semblent beaucoup plus improbables. Gauche, droite, centre, dans certains cas, tout se mélange et les électeurs en viennent presque à ne plus savoir pour quel parti ils votent. Tour d'horizon de ces soutiens apportés entre le premier et le deuxième tour des législatives, qui peuvent parfois embrouiller les esprits.
Entre deux tours d'élections, les soutiens politiques s'affichent et surgissent parfois de toutes parts. Et ces élections législatives n'échappent pas à la règle. Des soutiens logiques pour certains candidats, et d'autres qui semblent beaucoup plus improbables. Gauche, droite, centre, dans certains cas, tout se mélange et les électeurs en viennent presque à ne plus savoir pour quel parti ils votent. Tour d'horizon de ces soutiens apportés entre le premier et le deuxième tour des législatives, qui peuvent parfois embrouiller les esprits.
Comme l'on pouvait s'y attendre, les soutiens aux candidats à la députation encore en lice, se multiplient avant le 2e tour des élections législatives. Certains paraissent logiques, à l'image de celui du député socialiste guadeloupéen Victorin Lurel aux candidats socialistes de La Réunion, ou celui apporté par l'ex-PCR Huguette Bello à tous les candidats socialistes pour conforter la majorité présidentielle. Parmi les soutiens naturels, on notera aussi ceux du Front de gauche qui appellent à faire barrage à la droite, ou encore ceux, respectifs, des communistes Pierre Vergès et Eric Fruteau aux socialistes Ericka Bareigts (1ère circonscription) et Jean-Claude Fruteau (5e circonscription).

Mais d'autres soutiens affichés peuvent semer le trouble dans les têtes des électeurs. Tout a commencé au lendemain du premier tour. Dès lundi, Michel Fontaine, président départemental de l'UMP, exprime son soutien aux candidats opposés à des socialistes, y compris André Thien Ah Koon, étiqueté divers droite, mais banni de la droite locale depuis plusieurs années. Lundi soir, TAK reçoit le soutien de l'UMP nationale, mais, mardi, l'UMP locale indique finalement ne pas soutenir André Thien Ah Koon, parce qu'il siège dans l'opposition au conseil régional, dans le camp de l'Alliance du communiste Paul Vergès. A noter par ailleurs que TAK, s'il se présente sous l'étiquette Réunion Espoir, peut aussi compter sur le soutien du centre.

Mardi toujours, la droite locale, par la voix de Didier Robert, président du mouvement La Réunion en confiance, annonce en revanche qu'elle soutient Nassimah Dindar et que ses membres feront campagne pour elle. Un soutien qui semble étonnant quand on sait que la présidente du conseil général a elle aussi été écartée par la droite locale. En 2008, elle se voit même contrainte de s'allier aux socialistes et communistes pour garder la tête du Département. Investie aujourd'hui par le Modem de François Bayrou, Nassimah Dindar, contre toute attente, regagne le soutien de Didier Robert, et de la droite locale. A noter que dans la 7e circonscription, l'autre candidat investi par le Modem et qualifié pour le second tour des législatives, Thierry Robert, ne bénéficie lui ni du soutien de la droite, ni de celui des socialistes qui soulignent que le maire de Saint-Leu ne fait pas partie de la majorité présidentielle.

Quant à Nassimah Dindar, la candidate du Modem est décidément au centre de toutes les attentions. Mercredi, le président du Parti Radical, Jean-Louis Borloo, également ancien ministre de l'Environnement de Nicolas Sarkozy, lui fait parvenir son soutien. Yves Jégo, le vice-président du Parti Radical, également ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-mer de Nicolas Sarkozy, en fera de même jeudi.

Nassimah Dindar peut aussi compter sur le soutien de Patrick Savatier, le président de l'association Momon Papa lé la. Le même Patrick Savatier qui s'était déshabillé dans la cour du conseil général en décembre dernier pour réclamer l'attribution de subventions plus conséquentes pour son association caritative.

Enfin, la présidente du conseil général bénéficie aussi de l'appui du front national, qui ce jeudi, s'est prononcé en sa faveur par la voix de Gladys Rivière. Si on résume, Nassimah Dindar, présidente du conseil général, avec une majorité composée de socialistes, de communistes et de démocrates sociaux, se qualifie pour le second tour des législatives sous l'étiquette Modem, et a le soutien de La Réunion en confiance et du Front national pour le 2e tour.

Les représentants locaux du Front national ont de leur côté appelé dès mercredi à faire barrage à la majorité présidentielle dès mercredi. Ils ont ainsi indiqué apporter leur soutien à Stéphane Fouassin (5e circonscription), et à Jean-Claude Lacouture (7e circonscription). Si son nom n'a pas été cité, Jean-Louis Lagourgue (6e circonscription), opposé à la socialiste Monique Orphée, bénéficie lui aussi de l'appui du Rassemblement Bleu Marine. Le positionnement des membres du FN peut paraître étonnant, mais pas tellement lorsqu'on sait que Marine Le Pen, présidente du Front national, a indiqué qu'elle pourrait "très exceptionnellement" soutenir des candidats UMP.

Par ailleurs, le candidat de droite Jean-Louis Lagourgue a reçu un autre soutien ce jeudi, en la personne de Yolande Pausé, l'ex-maire PCR de Sainte-Suzanne. Cette dernière se dit toujours de gauche et même communiste, mais au lieu d'apporter son soutien à la socialiste Monique Orphée, a préféré rejoindre son ami Jean-Louis Lagourgue, qu'elle connaît depuis longtemps. Daniel Alamélou, l'ancien adjoint de Yolande Pausé, qui s'est opposé à elle lors des municipales anticipées de Sainte-Suzanne, s'est lui rangé du côté de Monique Orphée.

Il reste encore deux jours avant le deuxième tour des élections législatives, et certains doivent penser qu'il est temps que tout cela se termine, avant de définitivement embrouiller tous les électeurs. Si le taux d'abstention se révèle important ce dimanche 17 juin, les soutiens inattendus et les alliances surprises y seront certainement pour quelque chose.

   

2 Commentaire(s)

Saturne974, Posté
tiens, le revoilà, pour quel camp est il cette fois, droite , gauche ou seulement lui même
Eternity Red, Posté
Un pays UNI rien ne lui résiste! Tous derrière et avec Nassimah DINDAR et Thierry ROBERT pour porter haut et fort les valeurs de Démocratie, Solidarité et d'Humanisme