Visite ministérielle :

Brigitte Girardin chahutée


Publié / Actualisé
Brigitte Girardin, ministre de l'outre - mer et Pierre - André Wiltzer, ministre délégué à la coopération et à la francophonie, sont arrivés à La Réunion en fin de matinée ce jeudi 22 janvier 2004. À l'aéroport, plusieurs dizaines de manifestants ont chahuté la ministre de l'outre-mer. Ils réclamaient un vrai financement de la continuité territoriale et la titularisation des employés communaux
Brigitte Girardin, ministre de l'outre - mer et Pierre - André Wiltzer, ministre délégué à la coopération et à la francophonie, sont arrivés à La Réunion en fin de matinée ce jeudi 22 janvier 2004. À l'aéroport, plusieurs dizaines de manifestants ont chahuté la ministre de l'outre-mer. Ils réclamaient un vrai financement de la continuité territoriale et la titularisation des employés communaux
"Je regrette que la région n'ait pas cru bon de s'intéresser à la dotation sur la continuité territoriale. Dommage qu'elle ait refusé d'examiner le projet de décret et qu'il n'y ait pas eu de concertation pour définir les modalités d'attribution de cette aide". C'est la réponse que Brigitte Girardin, ministre de l'outre-mer, a eue en conférence de presse à une question portant sur le montant de la dotation de l'État visant à favoriser le transport de personnes au titre de la continuité territoriale entre La Réunion et la France métropolitaine. La ministre venait d'arriver à La Réunion en compagnie de Pierre - André Wiltzer, ministre délégué à la coopération et à la francophonie. Ils effectuent une visite officielle de deux jours et demie où ils participeront notamment, à une conférence sur la coopération régionale.

Motion votée à l'unanimité

"Dans le cadre de cette dotation, dont le décret d'application sera signé dans quelques jours, l'État va débloquer une enveloppe de 8 millions d'euros. Cela permettra à 30 000 personnes de bénéficier d'un billet d'avion pris en charge à hauteur de 30%. Si la Région n'avait pas refusé de participer à cette dotation et s'il elle avait fait le même effort que l'État ce sont 60 000 personnes qui auraient pu en bénéficier" disait encore Brigitte Girardin. Visiblement elle n'a pas l'intention d'à arrondir les angles. C'est une motion votée à l'unanimité par la majorité et l'opposition (dont Margie Sudre) par le conseil régional le 23 octobre dernier qui a déclenché la colère de Brigitte Girardin. Estimant que le financement de la continuité territoire relève de la compétence de l'État et que le montant de la dotation proposée pour l'Outre-mer et bien trop faible, la Région avait refusé d'examiner le projet de décret soumis à son avis.

Manifestations

Dans le hall de l'aéroport, des dizaines de manifestants réclamant la baisse du prix des billets d'avion et la titularisation des journaliers communaux attendaient la ministre. Elle a été un peu chahutée. Les deux représentants du gouvernement se sont ensuite rendus à la préfecture pour participer à un repas avec certains parlementaires locaux et une délégation du ministère australien de la pêche.
Ils étaient attendus par environ 400 manifestants. Ces derniers ont manifesté dans les rues de Saint-Denis. À l'appel de l'intersyndicale du personnel hospitalier et de celle de la fonction publique territoriale et du collectif emplois en danger (CED), les manifestants protestaient contre la précarisation de l'emploi et revendiquaient le maintien du dispositif actuel du financement des emplois aidés.

Indignation

Le collectif emploi en danger espérait être reçu par la ministre. Il n'a pas obtenu d'entrevue avec cette dernière qui a quitté la préfecture par une autre issue sous les cris de désapprobation des manifestants. À 14 heures 30, la réunion prévue avec un conseiller de Brigitte Girardin a tourné court. La délégation du CED a quitté la salle après avoir constaté l'absence de la représentante du gouvernement. À ce moment - là la majeure partie des manifestants avaient quitté les lieux.
Vendredi matin Brigitte Girardin et Pierre André Wiltzer se rendront au Port et à Saint-Pierre. Les deux ministres quitteront l'île samedi matin pour se rendre à Mayotte.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !