Trophée du meilleur jeune coiffeur au Port :

Coiffures superstars


Publié / Actualisé
30 stagiaires en CAP et BP coiffeur de la Chambre de métiers se sont retrouvés ce dimanche 18 avril 2004 au complexe municipal du Port à l'occasion de la 26e édition du trophée du meilleur jeune coiffeur. Une manifestation sur le thème des oiseaux et des papillons
30 stagiaires en CAP et BP coiffeur de la Chambre de métiers se sont retrouvés ce dimanche 18 avril 2004 au complexe municipal du Port à l'occasion de la 26e édition du trophée du meilleur jeune coiffeur. Une manifestation sur le thème des oiseaux et des papillons
Une aigle de 2 mètres d'envergure qui coiffe une jeune fille. Une autruche tout aussi imposante qui repose sur la tête d'une autre. Un papillon géant qui semble s'être délicatement posé sur le crâne d'une troisième... Les stagiaires en BP coiffure ont fait preuve d'imagination hier à l'occasion du 26e trophée du meilleur jeune coiffure organisé par la Chambre de métiers et divers partenaires. Une manifestation qui a rassemblé une trentaine de participants au complexe municipal du Port transformé le temps d'un après-midi en un immense salon de coiffure.

Original

Selon les catégories (CAP ou BP), les candidats devaient se départager à travers trois épreuves chronométrées. Brushing coiffure de ville ou coupe brushing, mise en plis... ils devaient tous faire preuve à la fois de rapidité et de dextérité avec une pointe de créativité. Ainsi, pour les mises en plis de nombreuses candidates ont troqué les "vieux" bigoudis de nos grands-mères avec des objets "plus fun" tels que des petites bouteilles vides, des épis de maïs ou encore... des oeufs. Original avec en plus les mêmes effets.

Faire le point

"Ce concours nous permet de faire le point sur les connaissances de nos stagiaires et en même temps, le trophée offre au lauréat un gage de savoir-faire, d'imagination très appréciés des patrons", souligne Sandra Clain, la directrice du CFA de Sainte-Clotilde. Il faut savoir que la profession de coiffure offre bien de perspectives pour ceux qui maîtrisent parfaitement les différentes techniques.
Sur le plan national, la filière a connu un boum de 11 000 salariés en trois ans. La profession de coiffeur représente 59 000 entreprises et compte 118 000 salariés. Chaque année, 35 000 jeunes dont 23 000 apprentis choisissent cette branche pour se lancer dans la vie active. Malheureusement, la Réunion est encore à la traîne. On recense seulement 500 salons de coiffure pour une population de près de 900 000 habitants. Et les CFA de Sainte-Clotilde et Saint-Pierre forment actuellement 220 jeunes.

En pleine expansion

"La filière est en plein expansion. L'an dernier, il y a eu 75% de réussite au CAP et 58% au BP. Nous pouvons compter sur 350 professionnels pour former nos stagiaires", se réjouit Sandra Clain, encourageant les jeunes à se lancer dans cette profession.
C'est un peu le cas de Elthsolom Souprayen en deuxième année de BP. Apprenti dans un salon de Saint-André, le jeune homme s'était un moment tourné vers le "mannequinat" avant de revenir à sa passion, la coiffure. A deux reprises déjà il a remporté le trophée de meilleur jeune coiffeur. Dimanche, le jury a à nouveau été séduit par son aigle, résultat d'un mélange de plumes et de cheveux et surtout de toute une "alchimie" pour qu'il tienne sur la tête de son hôte.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !