Municipales 2008 :

En place pour le second tour


Publié / Actualisé
Les candidats aux municipales avaient jusqu'à ce mardi 11 mars 18h pour déposer à la Préfecture leurs listes en vue du second tour. Depuis dimanche 9, les tractations sont allées bon train, entre tentatives de fusions, négociations pour obtenir tel ou tel soutien et encouragements au " désistement républicain ". Bilan des accords et désaccords, à quatre jours du second tour, dimanche 16 mars 2008.
Les candidats aux municipales avaient jusqu'à ce mardi 11 mars 18h pour déposer à la Préfecture leurs listes en vue du second tour. Depuis dimanche 9, les tractations sont allées bon train, entre tentatives de fusions, négociations pour obtenir tel ou tel soutien et encouragements au " désistement républicain ". Bilan des accords et désaccords, à quatre jours du second tour, dimanche 16 mars 2008.
Pour les élections municipales, le code électoral autorise les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages à fusionner ; de même, il permet aux candidats dont le score a dépassé 10 % de se maintenir, s'ils le désirent, au second tour. Des options qui donnent des ailes aux trois principales forces en présence, la droite, le PS et le PCR. A Saint-André, où tous les regards sont tournés depuis dimanche, les dés sont jetés même si cela n'a pas été sans difficulté - Éric Fruteau, le candidat PCR en tête, attendant un appel de Emmanuel Sériacaroupin, l'arbitre socialiste, et Emmanuel Sériacaroupin attendant un appel d'Éric Fruteau -. Finalement, le candidat PS a choisi de se retirer au profit du communiste : " M. Fruteau n'a pas souhaité fusionner comme je le voulais mais je suis un homme de conviction et j'apporte malgré tout mon soutien au PCR afin de barrer la route à la droite. C'est dommage car il n'y aura pas de socialiste au conseil municipal ", a-t-il déclaré, un peu amer

Alliances pour le meilleur ou le pire

À Bras-Panon, Jeannick Atchapa (SE) et Yvon Ichiza (PS) ont clairement appelé leurs électeurs à voter Jean-Luc Ratenon (DVG) contre le maire sortant Daniel Gonthier (UMP). Une alliance qui pourrait lui coûter son fauteuil dimanche prochain puisque les voix de ces trois candidats additionnées dépassent son score au premier tour.
À la Plaine-des palmistes, même front uni face à la droite. Jean-Luc Saint-Lambert (PS) et Jean-Pierre Delattre (SE) ont passé un accord afin de se liguer contre le maire sortant Marco Boyer (UMP). Ainsi, Jean-Pierre Delattre se désiste aux municipales au profit de Jean-Luc Saint-Lambert, lequel se retire des cantonales au profit de Patrick Erudel (SE).
à Trois-Bassins, Roland Ramakistin (DVG) et Franck Aly (PS) fusionnent face au maire sortant Pierre Heidegger (DVD). À Petite Ile, fusion également entre Guito Ramoune (PS) et François Rouxel (SE), contre Serge Hoareau (DVG). Pour ces communes, ces alliances de dernière minute, qu'elles prennent la forme d'une fusion ou d'un simple soutien, portent déjà leurs fruits sur la calculette. Reste à voir ce que feront les abstentionnistes et indécis du premier tour.

Soutien

À Sainte-Rose, Fabrice Juppin de Faudaumière (PSR) a finalement choisi la fusion avec Michel Vergoz (PS), tandis que Betty Heekeng (SE), ex-première adjointe au maire sortant, ne donne pas de consignes de vote. Pour Bruno Pajany (UMP), en retard de 1,2 point sur Michel Vergoz dimanche dernier, l'étau se resserre très sérieusement. La même menace pèse sur Cyrille Hamilcaro (Nouveau Centre) à Saint-Louis, devancé de 1,5 point par Claude Hoarau (PCR). Ce dernier reçoit le soutien de Krishna Badamia (DVG), tandis que Serge et Philippe Rangama (SE tous les deux) ne donnent pas de consignes. Les maires de droite, Michel Fontaine, Paul Técher, Didier Robert, Jean-Louis Lagourgue, et le conseiller général Cyril Melchior, ont décidé de se mobiliser ces prochains jours afin d'aider Cyrille Hamilcaro à reconquérir sa mairie.
À l'Entre-Deux, Daniel Tholozan (DVD), après avoir annoncé qu'il se retirait, a finalement décidé de fusionner (mais il s'est placé, volontairement, en position non éligible sur la nouvelle liste) avec Alain Defaud (DVG) et Roland Clain (DVD). En dépit de ce rassemblement, le maire sortant Bachil Valy (DVD) reste en position de force pour l'emporter dimanche prochain.

Alliance contre René-Paul Victoria

À Saint-Denis, où 176 voix séparent les finalistes, le combat se précise. Après avoir entretenu le suspense jusqu'au dernier moment, Gino Ponin-Ballom (DVD) a finalement choisi de fusionner avec Gilbert Annette (PS). Sur cette liste remaniée, la s?ur de René-Paul Victoria apparaît en cinquième position. Ibrahim Dindar (DVD) a également décidé de rejoindre le camp de Gilbert Annette. Quant aux autres candidats malheureux du premier tour, Michel Lagourgue (MoDem), Michel Tamaya (DVG) et Nadia Ramassamy (DVD), ils ne donnent pas de consignes de vote à leurs électeurs. À noter qu'en échange de leur soutien aux municipales, Gino Ponin-Ballom et Ibrahim Dindar ont obtenu du PS qu'il retire les candidats placés face à eux aux cantonales. Si les deux hommes sont élus cela pourrait influer sur le rapport droitre - gauche au conseil général et notamment sur l'élection pour la présidence du Département.
À Saint-Paul, Thierry Araye (SE) en son nom, a finalement décidé de laisser libres ces électeurs de dimanche dernier. Mais sa liste a fusionné avec celle d'Alain Bénard (UMP) contre celle de la communiste Huguette Bello.
Enfin, à Saint-Leu, le socialiste Philipe Boisvilliers accorde son soutien au candidat du MoDem, Thierry Robert., au nom du " renouveau " Déjà en tête, le nouveau conseiller général apparaît désormais en excellente voie pour détrôner le maire sortant Jean-Luc Poudroux (UMP).
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !