Visite ministérielle :

Yves Jego à La Réunion


Publié / Actualisé
Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jego, est arrivé ce jeudi 27 mars 2008 dans un contexte politique assez difficile puisque les élus de droite démissionnaires de l'UMP ont décidé de boycotter sa visite. Par ailleurs, la situation à Mayotte, où des violences sont commises envers les métropolitains, apparaît également complexe. Au programme de son séjour, une rencontre avec les acteurs économiques pour affiner les dispositions de la loi-programme, une réflexion sur le projet environnemental " Réunion 2030 " et une intervention sur les enjeux de la mondialisation.
Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jego, est arrivé ce jeudi 27 mars 2008 dans un contexte politique assez difficile puisque les élus de droite démissionnaires de l'UMP ont décidé de boycotter sa visite. Par ailleurs, la situation à Mayotte, où des violences sont commises envers les métropolitains, apparaît également complexe. Au programme de son séjour, une rencontre avec les acteurs économiques pour affiner les dispositions de la loi-programme, une réflexion sur le projet environnemental " Réunion 2030 " et une intervention sur les enjeux de la mondialisation.
Pour sa première visite, le nouveau secrétaire d'Etat a préféré les honneurs militaires au traditionnel accueil dans le petit salon de Gillot. Après une cérémonie très solennelle à la base aérienne 181, Yves Jego s'est donc directement rendu à la préfecture où il a rencontré les journalistes. La présidente du conseil général Nassimah Dindar, accompagnée d'une centaine de militants UMP et de quelques conseillers généraux de gauche étaient également venus lui souhaiter la bienvenue. " Il faut accueillir dignement un représentant de l'Etat, déclarait Jean-Jacques Vlody, élu socialiste, pour justifier sa présence ". A droite, seuls Bruno Mamindy-Pajany (conseiller de Sainte-Rose) et le sénateur Jean-Paul Virapoullé avaient fait le déplacement. A propos de l'absence des principaux membres de la droite locale, Yves Jego a déclaré qu'il n'était pas venu pour entrer dans des " querelles de personnes " mais " au nom de l'intérêt général ". " Je suis là pour porter l'ambition de l'Etat et faire avancer les grands dossiers en matière d'aménagement, de développement, de logement social... Il y a beaucoup de travail, beaucoup d'investissements - près de 8 milliards d'euros - en jeu. Je regrette les querelles au sein de ma famille mais je n'ai pas à juger publiquement de l'attitude des élus de la République qui sont par ailleurs des amis, a-t-il déclaré. Je suis prêt à les rencontrer pour travailler. Ma porte leur reste ouverte, ici ou à Paris quand les tensions seront apaisées ". Quant aux accusations suggérant qu'il avait favorisé la réélection de Nassimah Dindar à la tête du Département, il les a entièrement réfuté : " Ces mises en cause sont absolument sans fondement a-t-il clamé haut et fort devant la presse ".

Développement durable, mondialisation et loi-programme

Après un dépôt de gerbe au monument aux morts, le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer s'est plié à des visites protocolaires à la mairie de Saint-Denis, qu'il a rejointe à pied, et au conseil général. Il a ensuite débuté l'après-midi sur le campus universitaire du Tampon où il a fait un discours sur la formation des jeunes Réunionnais, la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables dans le cadre du projet " Réunion 2030 ". A cette occasion, il a loué l'exemplarité de l'île dans les secteurs de la recherche, de l'enseignement et du développement durable. Il a aussi annoncé la décentralisation des concours des grandes écoles métropolitaines pour les étudiants réunionnais et la création d'une école d'ingénieurs spécialisée en génie civil et travaux publics. La journée s'est poursuivie par une intervention au Port sur la mondialisation. Enfin, la soirée, qui s'est déroulée à la Préfecture, était placée sous le thème de la loi-programme. Yves Jego a en effet dîné en compagnie des parlementaires et des forces vives du Département afin de poursuivre les consultations à propos de cette mesure. " Je sais qu'il y a des interrogations sur la loi-programme et ma visite a pour but de rassurer les inquiets, a -t-il rappelé. Je suis là dans un esprit de découverte, d'écoute et de dialogue. La loi n'est pas figée. J'ai d'ailleurs convié les présidents ces trois chambres consulaires le 17 avril prochain afin de poursuivre les concertations ". Avec 100 millions d'euros supplémentaires alloués au budget de la loi, les possibilités sont nombreuses et personne, y compris les petits commerçants, ne sera laissé de côté a assuré le secrétaire d'Etat. Yves Jego a également prévenu qu'il reviendrait très régulièrement à la Réunion pour juger des avancées et des retards dans tous les domaines. Vendredi 28, le ministre doit participer à une réunion de travail avec les acteurs du monde économique sur le projet " Réunion 2030 ", avant de s'envoler vers Mayotte. Il sera de retour samedi 29 au soir à la Réunion. Le programme précis de dimanche n'a pas encore été communiqué.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !