Carburant - mouvement des transporteurs :

Fin de blocage


Publié / Actualisé
Un protocole d'accord a été signé à 19 h 45 ce lundi entre les transporteurs, l'État, la Région et le monde économique. Le document acte une baisse de 10 centimes par litre de carburant pour tous à laquelle s'ajoute une détaxe temporaire de 10 centimes pour les transporteurs. La baisse pour les professionnels de la route, sera financée par les recettes supplémentaires de l'octroi de mer à hauteur de 2, 4 millions d'euros. Cette décision a été prise par le conseil régional et l'association des maires. Les transporteurs ont donc totalement obtenu gain de cause. Les barrages devraient être levés dans le courant de la soirée et la situation sur les routes revenir à la normale dès mardi matin. À noter que des particuliers réclament à leur tour l'obtention d'une baisse de 20 centimes applicable à tous les usagers de la route
Un protocole d'accord a été signé à 19 h 45 ce lundi entre les transporteurs, l'État, la Région et le monde économique. Le document acte une baisse de 10 centimes par litre de carburant pour tous à laquelle s'ajoute une détaxe temporaire de 10 centimes pour les transporteurs. La baisse pour les professionnels de la route, sera financée par les recettes supplémentaires de l'octroi de mer à hauteur de 2, 4 millions d'euros. Cette décision a été prise par le conseil régional et l'association des maires. Les transporteurs ont donc totalement obtenu gain de cause. Les barrages devraient être levés dans le courant de la soirée et la situation sur les routes revenir à la normale dès mardi matin. À noter que des particuliers réclament à leur tour l'obtention d'une baisse de 20 centimes applicable à tous les usagers de la route
Le protocole d'accord intervient après une semaine de conflit. Démarré en début de semaine dernière, ce mouvement des transporteurs s'est en effet amplifié ce lundi, 10 novembre 2008. Dans la perspective des négociations prévues aujourd'hui entre les représentants de l'intersyndicale des transporteurs, de la Région, de l'État et du monde économique, les manifestants avaient fait monter la pression d'un cran. Les barrages routiers se sont multipliés tout au long de la journée. De nombreuses voies d'accès, laissées libres la semaine dernière, avaient été obstruées par des camions et autres poids lourds. Ce qui a provoqué des kilomètres d'embouteillages dans toute l'île mettant la patience de milliers d'automobilistes à rude épreuve. La tension était d'ailleurs perceptible sur certains barrages.

Plusieurs écoles primaires, dans le sud notamment n'ont pas ailleurs pas ouvert leurs portes, les cantines n'ayant pas été approvisionnées en denrées alimentaires. Dans le sud toujours, le ramassage des ordures ménagères a également été perturbé en raison de l'inaccessibilité de la décharge contrôlée de la rivière Saint-Etienne.

Depuis le début du conflit, le monde agricole subit également de pleins fouets les conséquences de ce blocage de route. Les cannes des planteurs non transportées à l'usine s'assèchent aux champs et les éleveurs ne sont plus ravitaillés en aliments pour bétail a rappelé Jean Yves Minatchy, le président de la chambre d'agriculture et représentant de la CGPR. A la tête d'une délégation d'une centaine de planteurs ce dernier s'était rendu ce lundi matin sur les lieux de la négociation à la chambre de commerce et d'industrie de la réunion et en avait appelé à un règlement rapide du conflit avant d'être associé aux négociations. Des négociations qui, malgré un climat assez tendu, ont fini par déboucher sur un protocole d'accord.

http://
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !