Intempéries :

Routes paralysées


Publié / Actualisé
Alors que le cyclone Gaël continue à s'éloigner, La Réunion ce lundi 9 février 2009, subit les conséquences des pluies du week-end précédent. Certains axes de circulation importants sont sérieusement endommagés par les intempéries, entraînant des perturbations du trafic routier.
Alors que le cyclone Gaël continue à s'éloigner, La Réunion ce lundi 9 février 2009, subit les conséquences des pluies du week-end précédent. Certains axes de circulation importants sont sérieusement endommagés par les intempéries, entraînant des perturbations du trafic routier.
La route du littoral est toujours fermée. L'effondrement d'une partie de la chaussée le dimanche 8 février 2009, provoqué par la forte houle, a empêché toute possibilité d'ouverture. Des convois s'organisent pour permettre la circulation des poids lourds jusqu'à la réouverture prévue le mercredi 11 février.

Alors que les véhicules légers doivent emprunter la déviation par la RD 41, route de la Montagne, un glissement de terrain y a eu lieu ce lundi vers 8h45, au 9ème kilomètre (PR 9-300). La route a été déblayée à la main par les agents du conseil général, en attendant qu'un engin arrive pour finir les travaux. Les trois quarts de la chaussée étant neutralisés, la circulation s'est faite par alternance dans les deux sens. La voie est complètement réouverte à la circulation depuis 11h20.

Dans le Sud, c'est le radier de la rivière Saint-Etienne à Saint-Louis qui a été endommagé par la crue le samedi 7 février 2009 dans l'après-midi. Cette route remplaçait une partie du pont après son écroulement lors du passage du cyclone Gamède en 2007. Le radier est fermé à la circulation et le restera demain mardi 10 février 2009. La circulation se fait sur le pont dans les deux sens.

Des radiés submergés sont fermés à la circulation, notamment le radier du Ouaki à Saint-Louis et celui du Chaudron à Sainte-Clotilde.

Ces problèmes de route, perturbant la circulation pour des milliers de salariés et de véhicules professionnels, ralentissent ainsi l'économie de l'île.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !