Action contre la vie chère :

Manifestation dans les allées de Carrefour


Publié / Actualisé
À l'initiative du collectif contre la vie chère, une centaine de personnes a envahi l'hypermarché Carrefour à Sainte-Clotilde ce samedi 14 février 2009. Il s'agissait de sensibiliser le public et les dirigeants de la grande distribution à la lutte contre la vie chère. Les manifestants, qui réclament une baisse de 20% sur les produits de consommation courante, ont distribué 2 000 tracts aux clients du magasin. Une délégation a également été reçue par la direction de l'enseigne. L'action a eu lieu dans le calme.
À l'initiative du collectif contre la vie chère, une centaine de personnes a envahi l'hypermarché Carrefour à Sainte-Clotilde ce samedi 14 février 2009. Il s'agissait de sensibiliser le public et les dirigeants de la grande distribution à la lutte contre la vie chère. Les manifestants, qui réclament une baisse de 20% sur les produits de consommation courante, ont distribué 2 000 tracts aux clients du magasin. Une délégation a également été reçue par la direction de l'enseigne. L'action a eu lieu dans le calme.
C'est sous les applaudissements des consommateurs que le collectif a mené son opération. À l'issue de sa rencontre avec le directeur du magasin, Jean-Hugues Ratenon, l'un des membres du collectif a indiqué : "nous lui avons proposé de contacter le syndicat de la grande distribution et de l'informer de notre action afin que l'on puisse ensuite discuter de la situation".

Pour Jean-Hugues Ratenon, l'objectif principal a été atteint, "les grands magasins sont prévenus: nous ne lâcherons pas". Le collectif a laissé entendre que le mouvement pourrait se durcir "si la grande distribution fait la sourde oreille".


Rappelons que le collectif contre la vie chère regroupe 25 associations, syndicats et partis politique. Il revendique 200 euros d'augmentation pour les salaires, les minima sociaux, les retraites et les bourses des étudiants, 20% de baisse sur les produits de consommation courante, une baisse immédiate de 5 euros sur le prix de la bouteille de gaz et le gel de loyers des logements sociaux. La structure revendicative prévoit également d'interpeller les responsables de la grande distribution sur la cherté des prix et de demander audience au préfet ainsi qu'aux parlementaires.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !