Clôture de l'enquête publique sur la MCUR :

Un projet qui divise


Publié / Actualisé
La réception des contributions dans le cadre de l'enquête publique concernant le projet de la Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise (MCUR) est arrivé à son terme ce jeudi 7 janvier 2010. À cette occasion, partisans et opposants au projet ont organisés deux mobilisations opposées dans la journée.
La réception des contributions dans le cadre de l'enquête publique concernant le projet de la Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise (MCUR) est arrivé à son terme ce jeudi 7 janvier 2010. À cette occasion, partisans et opposants au projet ont organisés deux mobilisations opposées dans la journée.
Une cinquantaine de personnes ont effectué une randonnée à vélo pour se retrouver à Saint-Paul afin de remettre quelque 230 courriers de soutien à la construction de la MCUR. Les membres du comité régional de promotion du vélo (CRPV) considèrent que ce projet pourrait occuper une part importante dans le développement durable, culturel et social, de La Réunion. Il est à noter que la MCUR devrait être un bâtiment HQE (haute qualité environnemental) à basse consommation et à énergie positive. Il serait alors le premier équipement culturel et muséal à être "bâtiment vert".

En face, l'association Réagir, fermement engagés contre ce projet, a également déposé des pétitions et contributions dans l'espoir d'empêcher la MCUR de voir le jour. Les membres de l'association estiment principalement que ce projet coûteux n'a pas sa place dans le contexte de crise économique actuel.

Politiques, historiens et citoyens s'affrontent depuis plusieurs années quant au bien-fondé de cette Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise. Parmi les principaux reproches, le coût (près de 100 millions d'euros), le lieu de construction (non loin du cap Marianne) et les expropriations. Mais depuis une semaine, le fond du dossier fait également l'objet d'analyses contradictoires. L'historien Prosper Eve publiait notamment un article dans le Journal de l'île du 31 décembre 2009 contredisant, entre autres, la thèse défendue par les promoteurs de la MCUR selon laquelle les esclaves n'auraient, localement, jamais eu de sépulture.

La Maison des Civilisations et de l'Unité Réunionnaise constitue l'un des projets phare du président de la Région, Paul Vergès. Présenté comme un musée vivant et un centre culturel, ce nouveau lieu de l'histoire restituerait "l'histoire et la culture d'une société sans passé précolonial" Le programme scientifique et culturel de la MCUR présente ainsi ses objectifs : "l'historiographie réunionnaise à propos de l'esclavage et de l'engagisme est en cours, mais elle [...] demeure une histoire positiviste de faits et de chiffres. Au récit du système esclavagiste "bienveillant", la MCUR opposera la voix des Marrons, des rebelles, des résistants silencieux, des mères qui tuaient leurs enfants... Au récit d'un passé mythique, la MCUR opposera le récit des vies au quotidien des esclaves. [...]"

Paul Vergèst avait abordé la philosophie de ce projet il y a plus de 10 ans, en 1999. Depuis trois ans, la réalisation de cette maison se précise. L'année 2008 a été consacrée à l'achèvement des études : architecture, muséographie, foncier, paysage, et dimension écologique du bâtiment. Entre 2006 et 2008, une campagne de collecte d'un patrimoine culturel réunionnais matériel et immatériel s'est organisée sur tout le territoire de l'île sous la houlette de Françoise Vergès, directrice scientifique de la MCUR. A ce jour, plus de 1 800 objets ont été collectés dont 537 objets transmis en don.

Mais en mars 2009, l'enquêteur public chargé de déterminer de l'utilité publique de ce projet a émis deux conditions suspensives à sont avis favorable sur le projet d'implantation de la MCUR à Saint-Paul. Il avait notamment reproché à la Région d'avoir prévu 12 hectares inutiles au projet, d'avoir annoncé un montant total de 61,3 millions d'euros alors que le coût réel serait de 30% supérieur, et de ne pas avoir assez prêté attention à l'intégration du projet dans le paysage. Ces réserves avaient alors conduit à la mise en place d'une seconde enquête publique qui a démarré le 7 décembre 2009 pour s'achever ce jeudi 7 janvier.

Avant que le projet ne soit retardé du fait des réserves émises à l'issue de la première enquête publique, il était prévu que la MCUR soit construite cette année 2010 pour ouvrir ses portes en 2011.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !