Mayotte :

Un kwassa-kwassa fait naufrage : 9 morts


Publié / Actualisé
Un kwassa-kwassa a fait naufrage sur le récif au sud des côtes de Mayotte dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 mars 2010. 9 personnes, dont 4 femmes et 5 bébés, ont été tués, annonce un communiqué de la préfecture de Mayotte publié ce dimanche par clicanoo.com, le site web du Journal de l'Île. Les victimes de ce drame sont vraisemblablement des originaires de l'île comorienne d'Ajouan et tentaient d'entrer clandestinement sur le territoire français de Mayotte.
Un kwassa-kwassa a fait naufrage sur le récif au sud des côtes de Mayotte dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 mars 2010. 9 personnes, dont 4 femmes et 5 bébés, ont été tués, annonce un communiqué de la préfecture de Mayotte publié ce dimanche par clicanoo.com, le site web du Journal de l'Île. Les victimes de ce drame sont vraisemblablement des originaires de l'île comorienne d'Ajouan et tentaient d'entrer clandestinement sur le territoire français de Mayotte.
Selon le communiqué de la préfecture de Mayotte, l'alerte a été donnée à 3 heures 30 par un pécheur qui venait de recueillir 5 naufragés. Des vedettes de la gendarmerie maritime et de la police aux frontières soutenues par l'hélicoptère de la gendarmerie se sont rendus rapidement sur les lieux et ont permis le sauvetage de 24 naufragés rescapés. 9 corps ont été repêchés.

Parmi les rescapés, 10 ont été conduits au service des urgences du centre hospitalier de Mayotte. "Les recherches se poursuivent avec les navires et l'hélicoptère de la gendarmerie afin de retrouver d'éventuels rescapés. Une cellule d'aide psychologique a été mise en place par la DASS au centre de rétention administrative" indique le communiqué publié par clicanoo.com.

À la recherche de meilleures conditions de vies, de très nombreux Anjouanais tentent régulièrement d'entrer clandestinement à Mayotte. La traversée, périlleuse en raison de la fragilité des embarcations et de l'inexpérience de la mer des passeurs, a déjà provoqué la mort de centaines de personnes. Le bras de mer séparant l'île d'Anjouan de celle de Mayotte est ainsi tristement surnommé par les Comoriens "le plus grand cimetière clandestin au monde".

Anjouan est l'une des trois îles de l'Union des Comores, qui compte parmi les pays les plus pauvres au monde. Dans la région, Mayotte, fait figure d'Eldorado en raison de son niveau de vie et de sécurité sanitaire sans commune mesure avec les trois îles comoriennes.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !