Enseignants mutés en métropole :

Les profs enchaînés évacués du rectorat


Publié / Actualisé
La vingtaine d'enseignants affectés en métropole qui s'étaient enchaînés dans le rectorat a été évacuée par les policiers à 17h30 ce lundi 17 mai 2010. Après avoir coupé les chaînes des professeurs, les forces de l'ordre ont fait sortir un à un les manifestants. L'évacuation s'est faite dans le calme. A 16 heures, les enseignants qui demandent une réaffectation à la Réunion s'étaient enchaînés à l'intérieur des locaux. Un peu plus tôt, une rencontre tripartite entre le recteur Mostafa Fourar, le président de Région Didier Robert et 20 enseignants-stagiaires de l'enseignement secondaire affectés en métropole avait eu lieu à 15h30 ce lundi.
La vingtaine d'enseignants affectés en métropole qui s'étaient enchaînés dans le rectorat a été évacuée par les policiers à 17h30 ce lundi 17 mai 2010. Après avoir coupé les chaînes des professeurs, les forces de l'ordre ont fait sortir un à un les manifestants. L'évacuation s'est faite dans le calme. A 16 heures, les enseignants qui demandent une réaffectation à la Réunion s'étaient enchaînés à l'intérieur des locaux. Un peu plus tôt, une rencontre tripartite entre le recteur Mostafa Fourar, le président de Région Didier Robert et 20 enseignants-stagiaires de l'enseignement secondaire affectés en métropole avait eu lieu à 15h30 ce lundi.
A la demande de Didier Robert, président du conseil régional, les professeurs stagiaires ont été reçus, ce mercredi, par le recteurd'Académie, Mostafa Fourar. L'objectif de cette rencontre était de faire un point sur les demandes d'affectation de ces professeurs.

Le président de Région précise dans un communiqué avoir réaffirmé son soutien aux démarches menées par les professeurs stagiaires. Le Recteur a, quant à lui, annoncé qu'il ne "disposait d'aucun élément nouveau à proposer et que toutes les pistes possibles d'affectation à La Réunion ont été étudiées".

Didier Robert n'est "pas satisfait de cette issue" et ajoute qu'il interviendra de nouveau auprès du ministre de l'Education nationale et du ministre de l'Outre-mer "pour que les besoins en termes d'ATP (affectation à titre provisoire) soient définis de manière plus précise et que soient résolues en priorité les affectations des professeurs stagiaires présentant des situations personnelles, familiales et sociales difficiles". A noter que le "ministère fait preuve d'une approche restrictive des ATP", puisqu'aucune affectation à titre provisoire n'aurait été délivrée pour la rentrée prochaine au niveau national, rapporte une enseignante.

Les professeurs ont fait part de leur "désillusion" par rapport aux promesses du président de Région : "Il nous soutient certes, mais en attendant ce n'est pas cela qui nous empêchera de prendre l'avion pour la métropole. Ils se sont également indignés de "l'arrogance du recteur". "Nous en avons assez que l'on se fiche de nous. Nous sommes des êtres humains avant tout. Une collègue vient d'accoucher et le recteur s'en fiche. Ce n'est pas tolérable" lance une enseignante après avoir été évacuée des locaux. "Nous avons été traités comme des moins que rien. Les personnels de l'Académie ne sont pas plus que nous. Nous ne sommes pas moins. Nous demandons le respect. Nous restons plus que jamais mobilisés. Marie-Luce Penchard (ndlr - en visite à la Réunion du 20 au 22 mai) va entendre parler de nous !" prévient un membre du collectif des profs 974.

Après plus d'un mois et demi de conflit, les enseignants entament leur vingt-quatrième nuit de camping à la Région ce lundi soir, "dans un esprit un peu moins calme qu'auparavant". Les profs préparent leurs actions pour l'arrivée de la ministre en charge de l'Outre-mer ce jeudi. Une mobilisation devrait être organisée dès le premier jour de son arrivée sur l'île, lors de sa rencontre avec Didier Robert à la Région jeudi matin.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !