Salazie - Rivière du Mât :

Éboulis spectaculaire


Publié / Actualisé
C'est aux environs d'une heure du matin ce vendredi 17 septembre 2010 qu'un éboulis a entraîné un pan de montagne dans le lit de la rivière du Mât, sur la route de Salazie. 10 000 M3 de terre, selon le bureau de recherche géologique et minier (BRGM), ont ainsi déferlé dans le lit de la rivière. "Cela a provoqué la formation d'un barrage artificiel et d'un lac artificiel. Le risque c'est qu'il y ait une rupture du barrage", confie le maire de Salazie, Stéphane Fouassin. Pour autant ce dernier se veut rassurant, "comme ce sont des matériaux nobles, on peut penser que l'eau va s'évacuer progressivement, comme lors des deux précédents éboulis". Actuellement le site est sous la surveillance de la DDE et du BRGM.
C'est aux environs d'une heure du matin ce vendredi 17 septembre 2010 qu'un éboulis a entraîné un pan de montagne dans le lit de la rivière du Mât, sur la route de Salazie. 10 000 M3 de terre, selon le bureau de recherche géologique et minier (BRGM), ont ainsi déferlé dans le lit de la rivière. "Cela a provoqué la formation d'un barrage artificiel et d'un lac artificiel. Le risque c'est qu'il y ait une rupture du barrage", confie le maire de Salazie, Stéphane Fouassin. Pour autant ce dernier se veut rassurant, "comme ce sont des matériaux nobles, on peut penser que l'eau va s'évacuer progressivement, comme lors des deux précédents éboulis". Actuellement le site est sous la surveillance de la DDE et du BRGM.
Le barrage naturel présente une hauteur de 10 m à 15 m et a généré une
retenue d'eau de 200 mètres de long à l'amont, représentant un volume approximatif
de 300 000 m3 d'eau, indique la préfecture.

Aucune habitation n'est menacée. "Actuellement, le niveau de l'eau est entrain de monter, il devrait être à son maximum en fin de journée et devrait commencer à passer par dessus le barrage artificiel", explique le maire. "Il n'y a plus qu'à espérer que l'eau se vidange progressivement et que la rupture du barrage soit progressive"

L'éboulis a été d'une telle violence, qu'avec le souffle de la chute, beaucoup d'éléments naturels, comme de la terre, des branchages, ont été projetés de l'autre côté de la rivière, allant parfois jusque sur la route. "Les habitants de l'îlet Morin, village situé en face de l'éboulis, ont eu très peur. Les bruits ont quand même été entendus à 6km en amont".

À noter qu'un arrêté de la sous-préfecture a interdit l'accès à la rivière. la prudence est donc de mise.


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !