Séisme au large de l'Indonésie :

Quatre bateaux coulés par un raz-de-marée


Publié / Actualisé
4 bateaux de plaisance ont été coulés dans le port de Saint-Marie et 1 bateau a été chaviré dans le port de Saint-Pierre ce mardi 26 octobre 2010 suite à un raz-de-marée de faible intensité déclenché par un séisme de 7,5 sur l'échelle de Richter enregistré au large de l'Indonésie. Des vagues de 1 mètre à 1 mètre 50 sont entrées dans l'enceinte portuaire de Sainte-Marie aux environs de 3 heures du matin. Les plaisanciers n'ayant eu aucune information sur une éventuelle alerte tsunami, ils n'ont pas pu anticiper l'arrivée des vagues. Selon les premières estimations, les dégâts sont évalués à plus de 150 000 euros. Les propriétaires des bateaux crient déjà leur colère. Ils se demandent pourquoi ils n'ont pas été prévenus sur ce risque.
4 bateaux de plaisance ont été coulés dans le port de Saint-Marie et 1 bateau a été chaviré dans le port de Saint-Pierre ce mardi 26 octobre 2010 suite à un raz-de-marée de faible intensité déclenché par un séisme de 7,5 sur l'échelle de Richter enregistré au large de l'Indonésie. Des vagues de 1 mètre à 1 mètre 50 sont entrées dans l'enceinte portuaire de Sainte-Marie aux environs de 3 heures du matin. Les plaisanciers n'ayant eu aucune information sur une éventuelle alerte tsunami, ils n'ont pas pu anticiper l'arrivée des vagues. Selon les premières estimations, les dégâts sont évalués à plus de 150 000 euros. Les propriétaires des bateaux crient déjà leur colère. Ils se demandent pourquoi ils n'ont pas été prévenus sur ce risque.

Sur le port de Sainte-Marie, Jacqueline Parc est abattue. "Une amie m'a appelée à 3 heures 30 du matin. Elle m'a dit qu'un raz-de-marée avait frappé le port et que mon bateau avait coulé", raconte-t-elle. Arrivée sur place, elle ne peut que constater les dégâts. Son bateau acheté il y a 2 ans est sous l'eau, écrasé par le ponton. Valeur du préjudice, près de 57 000 euros. Comble de malchance, c'est la deuxième fois qu'elle est victime d'un raz-de-marée après celui de décembre 2004. Elle avait alors perdu un autre bateau.

"Ce n'est pas normal qu'on n'ait pas été prévenu d'un risque de tsunami", s'insurge Jacqueline Parc. "Pourquoi la préfecture n'a pas déclenché l'alerte ? Nous aurions mis nos bateaux à l'abri", ajoute t-elle. La colère et les interrogations sont les mêmes chez les autres plaisanciers touchés par les vagues. Au total, 4 bateaux ont coulés sur le port de Sainte-Marie. 1 bateau a chaviré à Saint-Pierre.

Mounice Najafaly pour www.ipreunion.com

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !