Ipos - Bulletin de conjoncture du 3ème trimestre :

Les ménages sont inquiets et moroses


Publié / Actualisé
La morosité et les inquiétudes perdurent au sein des ménages de La Réunion au 3ème trimestre 2010, note Ipsos Réunion dans son dernier bulletin de conjoncture. "La consommation des ménages reste "molle", les intentions d'investissements et d'embauches des entreprises sont à la baisse" remarque Ipsos. Sur un an, la mesure des préoccupations montre "une inquiétude grandissante pour le chômage, de plus en plus loin devant les autres sujets proposés et une percée notable des impôts et taxes" souligne encore Ipsos. Du côté des chefs le moral se dégrade "à la fois pour la situation de leur entreprise et pour celle, plus générale, de La Réunion"
La morosité et les inquiétudes perdurent au sein des ménages de La Réunion au 3ème trimestre 2010, note Ipsos Réunion dans son dernier bulletin de conjoncture. "La consommation des ménages reste "molle", les intentions d'investissements et d'embauches des entreprises sont à la baisse" remarque Ipsos. Sur un an, la mesure des préoccupations montre "une inquiétude grandissante pour le chômage, de plus en plus loin devant les autres sujets proposés et une percée notable des impôts et taxes" souligne encore Ipsos. Du côté des chefs le moral se dégrade "à la fois pour la situation de leur entreprise et pour celle, plus générale, de La Réunion"
Malgré l'amélioration relative constatée au trimestre précédent par rapport à l'an passé, la majeure partie des indicateurs suivis ce trimestre est au mieux au même niveau qu'au troisième trimestre de l'année dernière, mais souvent en dessous, détaille ensuite l'institut de sondage. Le moral des ménages est assez stable avec néanmoins une correction à la baisse du niveau de vie perçu, analyse Ipsos. La confiance en l'avenir est stable également, toujours loin en dessous des niveaux atteints durant les années 2003-2006.

Ipsos détaille son étude en relevant que la consommation courante des ménages reste molle avec une fréquentation et des dépenses en GMS (grandes et moyennes surfaces) alimentaires en baisse par rapport à l'an passé. "Ce phénomène inédit dure maintenant depuis 2 trimestres" souligne Ipos. La part des marques premiers prix et hard discount a progressé de près de 2.5 points en un an, représentant avec les marques distributeurs environ 27% des achats en GMS.

Pour les équipements, sur un an, seuls les abonnements au satellite et à Internet tirent leur épingle du jeu. Les intentions de dépenses, générales ou sectorielles, sont proches de leurs niveaux de l'année dernière ou légèrement en dessous. Cela "à l'exception notable des intentions de dépenses "vacances- voyages ", qui se situent significativement au-dessus" remarque Ipsos

La volonté de réduire les dépenses futures impacte presque tous les secteurs : équipements du foyer (les meubles et l'électroménager, les équipements de la personne (les vêtements, les chaussures, la santé, l'hygiène, la beauté), et les dépenses "plaisir" : l(es petits cadeaux pour les proches et les sorties ainsi que les spectacles et restaurants). La consommation de loisirs payants est en baisse et les prévisions de dépenses dans les mois à venir diminuent également ce trimestre (- 4 points).
Les Réunionnais s'adaptent tant bien que mal et essaient de gérer au mieux leur budget : près de la moitié d'entre eux déclarent avoir des "fins de mois" difficiles.

"Du côté des chefs d'entreprise de six salariés et plus, le moral se dégrade ce trimestre, à la fois pour la situation de leur entreprise et pour celle, plus générale, de La Réunion" poursuit l'institut.

Après la chute importante constatée au trimestre dernier, la confiance pour l'avenir se stabilise ce trimestre, à un niveau identique à celui de l'année dernière (très bas) pour ce qui concerne la situation générale à La Réunion. Elle est un peu meilleure qu'un an auparavant pour la situation de l'entreprise. Dans ce contexte, les projets d'investissement et d'embauches sont orientés à la baisse.
Au final, les chefs d'entreprise restent très inquiets : 6 sur 10 sont pessimistes pour les mois à venir, même si on perçoit sur cet indicateur une petite amélioration ce trimestre par rapport à l'année dernière.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !