Tribunal correctionnel - Air Austral :

Gérard Ethève condamné pour harcèlement moral


Publié / Actualisé
Gérard Ethève, président directeur général d'Air Austral, et sa compagnie aérienne ont été condamnés pour harcèlement moral par le tribunal correctionnel ce mardi 9 août 2011. Le chef d'entreprise et sa société devront payer une amende respectivement de 15 000 euros et de 50 000 euros. Gérard Ethève devra par ailleurs verser 32 000 euros de dommages-intérêts à l'ancienne salariée qui l'accusait d'harcèlement moral. Les avocats du pdg d'Air Austral ont annoncé qu'ils interjetteraient appel.
Gérard Ethève, président directeur général d'Air Austral, et sa compagnie aérienne ont été condamnés pour harcèlement moral par le tribunal correctionnel ce mardi 9 août 2011. Le chef d'entreprise et sa société devront payer une amende respectivement de 15 000 euros et de 50 000 euros. Gérard Ethève devra par ailleurs verser 32 000 euros de dommages-intérêts à l'ancienne salariée qui l'accusait d'harcèlement moral. Les avocats du pdg d'Air Austral ont annoncé qu'ils interjetteraient appel.
Interrogé sur son sentiment suite à cette condamnation, Gérard Ethève n'a pas souhaité s'exprimer, laissant le soin à ses avocats de prendre la parole. "C'est une erreur de droit" s'est offusqué maître Jean Michel Baloup, avocat de Gerard Ethève, à la sortie du tribunal correctionnel. "Non seulement il n'y a pas eu harcèlement moral. Mais encore, le jugement est entaché de graves irrégularités. La plainte de la partie civile n'était pas recevable. Et nous espérons que le juge de la cour d'appel saura nous donner raison", a expliqué l'avocat.

Le parquet avait requis 50 000 euros d'amende pour Air Austral, 4 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende pour Gérard Ethève. Le tribunal correctionnel n'a pas prononcé de condamnation à une peine de prison. Interrogé sur la sévérité ou non de la peine, Me Baloup a simplement répondu : "que la peine soit de 2 euros ou de 50 000 euros, nous aurions de toute façon interjeté appel. Il n'y a donc pas à débattre sur cette question".

Du côté de la partie civile, Me Vincent Hoarau s'est félicité de cette condamnation. "C'est un soulagement pour ma cliente. C'est une des dernières étapes qui vient d'être franchie. Reste le procès en appel", a-t-il déclaré.

Pour rappel, Gérard Ethève et la compagnie aérienne étaient poursuivis pour harcèlement moral sur une ancienne salariée. Cette dernière était responsable de la communication à l'époque des faits, entre 2006 et 2008.

Le marathon judiciaire de la compagnie n'est pas terminé. Une autre affaire était entendue ce mardi après-midi, au tribunal des Prud'hommes cette fois. Il s'agit d'un pilote qui a été suspendu de ses fonctions car il a refusé de signer un nouveau contrat. "On voulait baisser mon salaire. J'ai refusé", justifie-t-il. Ce dernier demande sa réintégration en tant que pilote.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !