Colère des parents d'élèves à Saint-Paul :

"Une classe, ouvrez-nous"


Publié / Actualisé
L'accès à l'école primaire de la Saline-les-Bains est de nouveau bloqué ce mardi matin 23 août 2011. Le barrage est organisé par les parents d'élèves qui, comme la veille, continuent de réclamer l'ouverture d'une classe supplémentaire. Même situation devant l'école maternelle Carambole à la Plaine Saint-Paul où les parents d'élèves ont brièvement barré la route devant l'établissement pour demander, eux également, la création d'une classe supplémentaire. Les uns comme les autres attendent la fin de la réunion de ce mardi matin au rectorat où les derniers postes vacants d'enseignants doivent être attribués
L'accès à l'école primaire de la Saline-les-Bains est de nouveau bloqué ce mardi matin 23 août 2011. Le barrage est organisé par les parents d'élèves qui, comme la veille, continuent de réclamer l'ouverture d'une classe supplémentaire. Même situation devant l'école maternelle Carambole à la Plaine Saint-Paul où les parents d'élèves ont brièvement barré la route devant l'établissement pour demander, eux également, la création d'une classe supplémentaire. Les uns comme les autres attendent la fin de la réunion de ce mardi matin au rectorat où les derniers postes vacants d'enseignants doivent être attribués
"Une classe ouvrez-nous" scandent les enfants et les parents devant le portail fermé de l'école de la Saline. À l'intérieur, une poignée d'enfants déposés tôt à la garderie par leurs parents affichent sur leur poitrine la phrase :"je ne suis pas un numéro". À l'extérieur, le même type de slogans fleurit sur les tee shirts, les cartables et les vélos. "J'aime mon école", "je suis votre futur", "l'école n'est pas un élevage", "je veux réussir" disent ces pancartes improvisées.

"Il y a 334 élèves dans cette école et 12 classes. Nous réclamons l'ouverture d'une 13ème classe afin d'arriver à une moyenne de 28 enfants par classe. Le rectorat refuse au motif qu'il aurait fallu un total de 336 élèves pour accéder à notre demande. C'est vraiment n'importe quoi" explique Pascale Forcade, porte-parole des parents d'élèves en colère. "De plus il y a là un manque évident d'anticipation. Dans quelques mois un lotissement d'une quarantaine de logements sociaux va être livré. Il y aura donc forcement des demandes d'inscriptions supplémentaires pour l'école. Le chiffre de 336 inscrits va donc être dépassé. Alors pourquoi ne pas ouvrir cette 13ème classe tout de suite" s'indigne la mère de famille.

Même réclamation à l'école maternelle Carambole de la Plaine Saint-Paul. L'établissement est situé en zone d'éducation prioritaire et regroupe 8 classes. Compte-tenu de cette situation, normalement nous devrions avoir une moyenne de 24 élèves par classe. Nous en sommes à 26,5. Ce qui signifie aussi des effectifs de 29 à 30 dans certaines grandes sections" remarque Alexandra Giovannelli Durfeld, porte-parole des parents d'élèves des Caramboles. "Le rectorat nous avait promis l'ouverture d'une 9ème classe. La promesse n'a pas été tenue" regrette la mère de famille.

Après avoir barré brièvement la rue devant l'école, les parents ont finalement libéré l'accès à l'établissement. Les cours ont repris et une délégation de parents s'est rendue au rectorat pour attendre la fin de la réunion d'attribution des derniers postes vacants d'enseignants.

À la Saline, les parents d'élèves ont aussi barré la route nationale devant l'établissement. Ils ont pris le petit déjeuner sur place et ont offert le café aux automobilistes. Une délégation de parents a ensuite été été formée pour se rendre devant le rectorat. Quant aux autres parents qui sont restés sur place, ils ont levé le barrage aux environs de 9h30 et attendent les annonces qui seront faites à l'issue de la réunion au rectorat.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !