Marquage des requins - La préfecture modifie son arrêté :

La chasse sous-marine autorisée dans le parc marin


Publié / Actualisé
Depuis le jeudi 10 novembre 2011, la pêche sous-marine est autorisée par la préfecture dans l'enceinte de la réserve marine. Cette pratique était strictement interdite depuis la mise en place du parc marin. C'est pour capturer des appâts vivants (perroquet, licorne et carangue) et faciliter ainsi le marquage des requins que le préfet a pris cet arrêté. Ces prélèvements devront être faits "dans des quantités strictement proportionnées", dit l'arrêté. Aucune précision n'est donnée sur la qualité des personnes autorisées à pratiquer ces captures. Géry Van Grevelynghe, co-fondateur de l'association Squal'Idées, désapprouve cette décision préfectorale. Il estime les prélèvements "inappropriés" et note : "les gens vont se demander pourquoi dans le cadre d'une démarche scientifique, on tolère cette pratique, tandis que pour le loisir, on est en infraction".
Depuis le jeudi 10 novembre 2011, la pêche sous-marine est autorisée par la préfecture dans l'enceinte de la réserve marine. Cette pratique était strictement interdite depuis la mise en place du parc marin. C'est pour capturer des appâts vivants (perroquet, licorne et carangue) et faciliter ainsi le marquage des requins que le préfet a pris cet arrêté. Ces prélèvements devront être faits "dans des quantités strictement proportionnées", dit l'arrêté. Aucune précision n'est donnée sur la qualité des personnes autorisées à pratiquer ces captures. Géry Van Grevelynghe, co-fondateur de l'association Squal'Idées, désapprouve cette décision préfectorale. Il estime les prélèvements "inappropriés" et note : "les gens vont se demander pourquoi dans le cadre d'une démarche scientifique, on tolère cette pratique, tandis que pour le loisir, on est en infraction".
"C'est un appel négatif à la chasse dans la réserve marine", note Géry Van Grevelynghe. L'utilisation de proies vivantes "n'est pas scandaleuse" dit-il. Cependant, "elle pose problème car on capture ces proies en chasse sous-marine alors que cette activité est une infraction", explique le spécialiste des requins. Elément intéressant, son association, Squal'Idées, a, par arrêté préfectoral, obtenu "la coordination spécifique de l'opération de marquage" des requins.

Outre le fait d'autoriser à nouveau, "dans des quantités strictement proportionnées" la chasse sous-marine, l'arrêté préfectoral n° 1775 du 10 novembre 2011 (*) étend la zone d'action pour le marquage et donc le prélèvement d'appâts vivants. Ce qui du coup élargit encore un peu plus le secteur de pêche sur le périmètre de la réserve naturelle.

La décision d'apporter des modifications au premier arrêté datant du 17 octobre 2011 et réglementant le marquage des squales - sans autoriser la chasse sous-marine -, est due selon Géry Van Grevelynghe à un "empressement de la part des autorités". "Au bout de quelques semaines d'autorisation de marquage, seuls des requins tigres ont été attrapés, et aucun bouledogue. Or, la préfecture voulait un résultat rapide, le pêcheur chargé de capturer les requins s'est retrouvé sous pression et a donc proposé la technique de capture à base d'appâts vivants", commente-t-il.

Pourtant, pour le co-fondateur de Squal'Idées, "la capture en chasse sous-marine n'est pas une technique appropriée". Il souligne par ailleurs : "Ce n'est pas au bout d'un mois qu'il faut changer de méthode de pêche". "Ce n'est pas parce qu'on a pas attrapé des requins bouledogues, accusés d'être responsables des attaques près de nos côtes, que l'opération de marquage est forcément un échec. C'est peut-être au contraire un début d'information", estime-t-il. "Il est possible que les bouledogues ne soient pas dans la zone actuellement. Les conditions météorologiques ne sont pas non plus propices à leur présence. C'est peut-être pour cela qu'on ne parvient pas à les attraper, et non pas parce que la technique de pêche n'est pas la bonne", insiste Géry Van Grevelynghe.

Il voit un autre inconvénient majeur à cette autorisation de chasse sous-marine, c'est, dit-il, "un appel négatif à la chasse dans la réserve. Les gens vont se demander pourquoi dans le cadre d'une démarche scientifique, on tolère cette pratique, tandis que pour le loisir, on est en infraction". En effet, conformément à la réglementation sur la protection de la réserve marine, la loi punit toute action de chasse sous marine dans l'enceinte du parc et les contrevenants encourent de lourdes amendes. Difficile dès lors pour un particulier de comprendre que l'on puisse à la fois interdire la chasse sous marine de subsistance ou de loisir dans l'enceinte de la réserve et l'autoriser pour accélérer la capture de requins.

Une accélération qui tient visiblement à c?ur la préfecture. Ainsi dans son arrêté du 10 novembre modifiant celui du 17 octobre, il est stipulé que les opérations de marquage sont dorénavant conduites à une fréquence "minimale" de deux fois par semaine. Dans le même temps, dit l'arrêté modificatif, les dates des opérations de marquage des squales seront communiquées à la commune de Saint-Paul avec un préavis minimal de 24 heures contre une semaine précédemment. Deux indications soulignant la volonté de la préfecture de faire marquer au plus vite le plus grand nombre possible de requins.

Le marquage des squales avait été décidé après les attaques successives contre des surfeurs, parfois très près des côtes. Il s'agit d'obtenir un maximum d'informations sur les comportements et les migrations des requins.

Samia Omarjee pour


(*) L'arrêté préfectoral du 10 novembre ajoute à l'article 6 de l'arrêté du 17 octobre, relatif au marquage des requins, l'alinéa suivant :"afin de préparer dans les meilleures conditions, les opérations (de marquage des requins - ndlr), le recours préalable à la capture d'appâts vivants (perroquet, licorne et carangue) dans des quantités strictement proportionnées à l'action de pêche est autorisée. La technique de pêche sous marine pourra, dans ce cadre et pour ces espèces, être employée"
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !