Météo - Perturbation tropicale :

Ex Chanda ravage le sud-ouest malgache


Publié / Actualisé
Ce mardi matin 10 janvier 2012, la perturbation ex Chanda était en train de se désagréger en laissant derrière elle une situation de désolation. Elle a en effet provoqué des dégâts importants dans la région de Menade dans le sud-ouest de Madagascar. Un pêcheur est porté disparu, plusieurs bâtiments ont eu leur toit arraché, neuf communes sont totalement isolées du reste de l'île. Ex Chanda a commencé à se calmer dans la nuit de lundi à mardi. Toutes les alertes ont donc été levées à Madagascar. Aucune menace cyclonique n'est envisagée pour La Réunion dans les prochaines 72 heures. Les pluies qui s'abattent sur l'île depuis mardi matin n'ont pas de lieu avec la perturbation
Ce mardi matin 10 janvier 2012, la perturbation ex Chanda était en train de se désagréger en laissant derrière elle une situation de désolation. Elle a en effet provoqué des dégâts importants dans la région de Menade dans le sud-ouest de Madagascar. Un pêcheur est porté disparu, plusieurs bâtiments ont eu leur toit arraché, neuf communes sont totalement isolées du reste de l'île. Ex Chanda a commencé à se calmer dans la nuit de lundi à mardi. Toutes les alertes ont donc été levées à Madagascar. Aucune menace cyclonique n'est envisagée pour La Réunion dans les prochaines 72 heures. Les pluies qui s'abattent sur l'île depuis mardi matin n'ont pas de lieu avec la perturbation
Après avoir emporté un pêcheur à Miandrivazo (sud ouest de Madagascar) et inondé des foyers, ex Chanda a frappé le district de Manja dans la matinée de lundi, indique www.lexpressmada.com, le site du journal l'Express de Madagascar. "Les tôles du bâtiment de district ont été emportées par le vent ainsi que celles de quelques familles. Il est difficile de traverser le fleuve Kabatomena nous reliant à Morondava. Alors que de l'autre côté, la route secondaire de Mandabe à Mahabo est presque inaccessible. Trois véhicules 4x4 y ont traversé, dimanche, mais on ne sait pas s'ils sont arrivés ou non", note M. Iambana, commissaire divisionnaire local.

"Sur les 14 communes du district, neuf sont inaccessibles dont Belinta, Berevo, Ambiky, Ankalalobe, Ankirondro,...Pour aller à Ambiky, il faut traverser 22 km seulement en charrette dans la boue. La commune d'Ankalalobe est isolée vu que seule la voie fluviale de 13h en partant de Belo sur Tsiribihina est l'issue possible, mais avec la montée des eaux c'est impraticable. Même le bac transportant les marchandises ne peut pas y passer ", relate à lexpressmada.com, le chef de district José Henri Rasolofonirina.

"Heureusement, la pluie a cessé à Belo sur Tsiribihina hier (lundi - ndlr) vers 16 heures. Avec des bâtiments vieux de plusieurs années et plus exposés aux catastrophes naturelles, Morondava n'était pas épargné. Avec la perturbation de la communication de dimanche et des coupures de courant fréquentes, Chanda y a laissé ses empruntes pendant ses deux heures de passage dans la nuit du dimanche" souligne le journal malgache. 

"Le bureau de la région de Menabe est détruit à 35%, d'autres bureaux administratifs aussi. Aucun sinistré n'a été recensé jusqu'à aujourd'hui dans la ", ajoute le chef district de Morondava Henri Jocelyn Mahatody. Les cours ont été suspendus, lundi, dans les régions du Menabe et d'Atsimo Andrefana. 

Ex Chanda a commencé à perdre de son intensité. Les avis de menace sont levés dans toutes les régions malgaches. 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !